Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement & Rupture conventionnelle » Licenciement : Motifs et Procédures » Licenciement pour Motif Personnel » Licenciement hors faute grave et lourde » Indemnité légale de licenciement : comment calculer le montant ? » Actualités

Brève Indemnité légale de licenciement : comment calculer le montant ?

Calcul de l'indemnité de licenciement suite à un arrêt maladie

Par , Juriste d'entreprise - Modifié le 20-07-2018

Calcul de l'indemnité de licenciement suite à un arrêt maladie Pixabay

En arrêt maladie depuis plusieurs mois, votre employeur vous a informé qu'il envisageait de vous licencier. Votre indemnité de licenciement est calculée sur la base des rémunérations perçues avant la rupture et de votre ancienneté dans l'entreprise. Vous craignez d'être lésé car votre rémunération a considérablement diminué pendant votre absence. L'employeur est-il en droit de réduire d'autant votre indemnité de licenciement ? Votre ancienneté est-elle impactée ? Explications...

Sauf si vous avez êtes licencié pour faute grave ou lourde (1) ou que vous ayez moins de 8 mois d'ancienneté, vous avez droit à une indemnité. Pour la calculer, l'employeur doit faire la moyenne de votre rémunération brute sur les 3 (primes annuelles et exceptionnelles incluses) ou 12 derniers mois, selon la période la plus avantageuse (2).

Si le salarié a jusqu'à 10 ans d'ancienneté, la moyenne calculée précédemment est multipliée par 1/4, puis multipliée par le nombre d'années d'ancienneté dans l'entreprise (3).

Exemple : 8 ans d'ancienneté, rémunération moyenne sur les 3 derniers mois de 2.500 EUR. Le calcul est : 2.500 X 1/4 X 8 = 5.000 EUR d'indemnité de licenciement.

Si le salarié a plus de 10 ans d'ancienneté (3) :

  • la même formule énoncée plus haut est appliquée pour les 10 premières années d'ancienneté ;
  • pour les années d'ancienneté au-delà, la moyenne obtenue précédemment est multipliée par 1/3, puis on re-multiplie le résultat par le nombre d'années d'ancienneté au-delà de 10 ans ;
  • les deux résultats doivent être additionnés.


Exemple : 14 ans d'ancienneté, rémunération moyenne des 12 derniers mois de 3.000 EUR. Le calcul est :

  • 3.000 X 1/4 X 10 = 7.500
  • 3.000 X 1/3 X 4 = 4.000
  • 7.500 + 4.000 = 11.500 EUR

Votre convention collective peut accorder une indemnité de licenciement plus intéressante que l'indemnité légale !
 

Si le salaire est réduit pendant la maladie...

Or, pendant votre absence pour maladie, votre rémunération a été partiellement maintenue, voire inexistante. Pas d'inquiétude : lorsque le salarié est licencié à l'issue d'un arrêt maladie, la rémunération à prendre en considération est, selon l'option la plus favorable, celle des 3 ou 12 derniers mois précédant l'arrêt de travail (4). Il n'est donc pas tenu compte des mois où votre bulletin de paie était à 0, mais des mois où votre salaire était complet.

Le calcul de l'indemnité se fait ainsi sur la moyenne de la rémunération perçue sur les 3 ou 12 derniers mois, précédant, non pas l'envoi de la lettre de licenciement, mais votre arrêt maladie.

L'absence maladie, non prise en compte pour l'ancienneté

Ce n'est pas parce que vous avez été recruté dans votre entreprise il y a 14 ans que vous avez 14 ans d'ancienneté. La période pendant laquelle vous avez été absent pour maladie n'est pas prise en compte pour déterminer votre ancienneté et donc pour le calcul de l'indemnité de licenciement (5), sauf convention ou usage plus favorable.

Cependant, s'il s'agit d'absences pour maladie professionnelle ou suite à un accident du travail, la période est obligatoirement prise en compte pour le calcul de votre ancienneté (6).

Une indemnité doublée dans un cas particulier

Lorsque votre arrêt maladie conduit à un licenciement, l'employeur peut être tenu de multiplier par deux votre indemnité de licenciement, si les trois conditions suivantes sont remplies :

  • vous êtes déclaré inapte à la suite de votre arrêt maladie ;
  • votre inaptitude est d'origine professionnelle (maladie professionnelle ou accident de travail) ;
  • l'employeur n'a pas réussi à vous reclasser et/ou votre refus du reclassement proposé n'est pas abusif (7).

Références :

(1) Article L1234-9 du Code du travail
(2) Article R1234-4 du Code du travail
(3) Article R1234-2 du Code du travail
(4) Cass. Soc. 23 mai 2017, n°15-22223
(5) Cass. Soc. 5 mai 1982, n°80-40698 et Article L1234-11 du Code du travail
(6) Article L1226-7 du Code du travail
(7) Article L1226-14 du Code du travail

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Indemnité légale de licenciement : comment calculer le montant ? ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité