Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Indemnité légale de licenciement économique : tout savoir pour bien la calculer

Droit du Travail Salarié

Particulier

Page 0 du dossier Indemnité légale de licenciement économique : tout savoir pour bien la calculer
Page 1 du dossier Indemnité légale de licenciement économique : tout savoir pour bien la calculer

Rédigé par KevinLe Moyec - Mis à jour le 08 Avril 2020

5.0 (3 avis)

Différentes crises peuvent toucher une entreprise. Lorsqu’elle est confrontée à des difficultés économiques, elle peut être amenée à devoir se séparer d’une partie de ses salariés en recourant à un licenciement économique. Mais une telle démarche n’est pas sans conséquence pour les salariés visés. Par ailleurs, différentes dispositions imposent le versement d’une indemnité aux employés perdant leur emploi.

Vous faites ou allez faire l'objet d'un licenciement pour motif économique ? Vous vous interrogez sur les modalités et conséquences d'une telle procédure à votre encontre. A quelles indemnités pouvez-vous prétendre ? Etes-vous tenu à un préavis et des indemnités compensatrices peuvent-elles vous être versées à ce titre ? Est-il possible que plusieurs indemnités se cumulent dans le cadre d'un licenciement économique ?

Nous vous aidons à y voir plus clair. 



Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Indemnité légale de licenciement
  • Préavis
  • Indemnité compensatrice de préavis
  • Priorité de réembauche
  • Contestation du licenciement économique
  • Régime social et fiscal
  • Indemnité transactionnelle
  • Licenciement économique

Plan détaillé du dossier

17 Questions Essentielles

  • Puis-je prétendre à une indemnité de licenciement pour motif économique?

  • Quel est le régime social et fiscal des indemnités versées à l’occasion du licenciement économique ?

  • A quel moment l’indemnité légale de licenciement me sera t'elle versée ?

  • La convention collective peut-elle prévoir une indemnité de licenciement ?

  • Mon contrat de travail peut-il prévoir une indemnité en cas de licenciement économique ?

  • Ai-je droit à une indemnité compensatrice de préavis ?

  • Quel est le montant de l'Indemnité transactionnelle convenue dans le cadre de mon licenciement économique ?

  • Ai-je droit à une indemnité en cas de non-respect de la priorité de réembauchage ?

  • J'ai opté pour partir dans le cadre d'un plan de départ volontaire, à quoi ai-je droit ?

  • Quel est le régime fiscal et social de l'indemnité transactionnelle ?

  • Puis-je cumuler mon indemnité légale de licenciement avec d’autres indemnités ?

  • À quelle indemnité ai-je droit en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse ?

  • Quel est le montant de l’indemnité en cas d’irrégularité de la procédure ou de licenciement injustifié ?

  • Comment est appréciée mon ancienneté pour le calcul de l’indemnité légale de licenciement ?

  • Mon licenciement est déclaré nul, ai-je droit aux indemnités de rupture ?

  • Comment se calcule l'indemnité de licenciement ?

  • Quel est le salaire de référence pour le calcul de l’indemnité légale de licenciement ?

Voir les autres questions essentielles

1 Fiche(s) express

  • Le calcul des indemnités de licenciement

19 Avis des juges

  • Plusieurs salariés font valoir leur priorité de réembauchage : vous devez proposer à tous les postes disponibles

  • Convention de Reclassement Personnalisé : droit à l’indemnité de préavis en l’absence de motif économique

  • La conséquence de l’absence de cause réelle et sérieuse du licenciement sur la convention de reclassement personnalisée

  • Les indemnités allouées pour défaut de notification de la priorité de réembauchage et pour licenciement économique abusif sont cumulables

  • L’indemnisation pour défaut de notification de la priorité de réembauchage

  • Le défaut de la mention de priorité de réembauchage dans la lettre de rupture

  • Licenciement économique abusif et absence d’indication des critères retenus pour fixer l’ordre des licenciements : un double préjudice

  • Offres de reclassement individuelles, précises et écrites : mission accomplie

  • Obligation de reclasser le salarié même s’il est désavantagé.

  • La réintégration d'un salarié dont le licenciement a été annulé.

  • La prise en compte de la prime d'intéressement dans le calcul de l'indemnité conventionnelle de licenciement.

  • L'indifférence du mandat social dans le calcul de l'ancienneté du salarié.

  • Le calcul de l’ancienneté d’un salarié au sein d’un groupe.

  • Le cumul d'une indemnité contractuelle de licenciement et de l’indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

  • La date de naissance du droit à l’indemnité légale de licenciement.

  • L’indemnité contractuelle de fin de carrière et cotisations sociales.

  • L’ancienneté prise en compte pour déterminer le montant de l’indemnité conventionnelle de licenciement.

  • Le montant de l’indemnité de licenciement sans cause réelle et sérieuse.

  • L’incidence de l’absence de cause réelle et sérieuse sur l’indemnité de licenciement prévue par le plan de sauvegarde de l’emploi.

Voir les autres avis des juges

1 Formulaires CERFA

  • Cerfa n°12625*01 Convention d’allocations temporaires dégressives - Bulletin d’adhésion du salarié


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier

Vous êtes salarié d'une entreprise qui connaît de graves difficultés financières et vous craignez que votre employeur engage une procédure de licenciement économique. Quels sont vos droits et comment est calculée l'indemnité à laquelle vous pouvez prétendre ? Votre ancienneté dans l'entreprise a-t-elle une incidence sur son calcul ? Pouvez-vous prétendre à une priorité de réembauchage ?  Votre licenciement peut-il être contesté et donner lieu à des indemnités complémentaires ?  Une convention collective peut-elle modifier vos droits concernant le montant de l’indemnité ou son calcul ? Votre indemnité de licenciement sera-t-elle soumise à des cotisations sociales ou fiscales ?

Ces multiples questions peuvent générer de nombreuses incertitudes dans l'éventualité d'une procédure de licenciement pour motif économique.

Notre dossier vous apporte toutes les réponses en vous permettant de vous préparer au mieux à cette épreuve.


Contenu du dossier : 

Notre dossier complet et détaillé aborde divers thèmes relatifs notamment :

  • à l’indemnisation du licenciement économique ;

  • au calcul de l’ancienneté et du salaire de référence ;

  • au régime social et fiscal des indemnités ;

  • au rôle de votre Convention Collective ;

  • au préavis et aux indemnités afférentes ;

  • à votre priorité de réembauchage ;

  • au plan de départ volontaire et à l’indemnité transactionnelle ;

  • au cumul d'indemnités


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Le mot de l'auteur

L'indemnité légale de licenciement est due au salarié ayant au moins 8 mois d'ancienneté ininterrompus au service du même employeur. Cette règle s'applique aux salariés licenciés, hors faute grave ou lourde, après le 23 septembre 2017 (l'ancienneté requise pour avoir droit à l'indemnité légale a été ramené à 8 mois au lieu d'un an, par l'ordonnance du 22 septembre 2017).

Kevin Le Moyec Juriste

3

Articles publiés

12

Documents rédigés


Les dernières actualités sur cette thématique

Si le jugement du CPH ne précise pas, les condamnations contre l’employeur sont à lire en brut

Lorsque le Conseil de Prud’hommes ne donne aucune précision dans son jugement quant à l'imputation des cotisations et des contributions sociales, les indemnités que l’employeur est condamné à verser au salarié sont à lire en brut (Cass....

Voir +

SYNTEC : l'indemnité conventionnelle et les 2 ans d’ancienneté des cadres

Pour les cadres soumis à la convention collective nationale des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs–conseils et des sociétés de conseils (dite SYNYEC), il est très utile de déterminer précisément si le salarié a...

Voir +

Contrat de sécurisation professionnelle : Licenciement économique abusif

En cas de licenciement économique abusif, le préavis doit être payé au salarié.

Voir +


La question du moment

Ai-je droit à une indemnité compensatrice de préavis ?

Le préavis correspond à la période qui suit la notification de la rupture du contrat de travail. Il correspond à une période durant laquelle vous continuez d'exécuter normalement votre contrat de travail dans l'attente de sa rupture définitive, sauf si votre employeur vous a dispensé de son exécution. Même en tel cas, votre contrat ne sera rompu qu'à l'échéance de son terme.

Le préavis est d'ordre public. Il s'applique à presque toutes les ruptures du contrat de travail, donc y compris en cas de licenciement économique, que vous soyez à temps plein ou à temps partiel.  Par exception, le préavis est exclu en cas de licenciement pour faute grave ou lourde. 

La période de préavis vise à vous permettre de rechercher un nouvel emploi.

A défaut de dispositions conventionnelles ou contractuelles plus favorables (fréquent en pratique), la durée de votre préavis, qui est fonction de votre ancienneté dans l'entreprise, est calculée comme suit (1) :

  • si vous avez moins de 6 mois d'ancienneté, il revient à votre contrat de travail, à votre convention collective ou aux usages de votre profession ou de votre localité d'en déterminer la durée. a défaut de précisions, vous ne pouvez y prétendre (2) ;
  • si vous avez entre 6 mois et 2 ans d'ancienneté, vous bénéficierez d'un préavis d'une durée d'un mois ;
  • si vous avez plus de 2 ans d'ancienneté, votre préavis durera deux mois.
A titre dérogatoire, la loi prévoit pour certaines catégories de salariés les préavis particuliers suivants :
  • VRP : 1 mois durant la 1ère année du contrat, 2 mois la 2ème année et 3 mois après (3) ;
  • journaliste : 1 mois au minimum jusqu'à 2 ans d'ancienneté (4) ;
  • salariés handicapés (et plus généralement les bénéficiaires de l'obligation d'emploi) : préavis légal doublé sans toutefois excéder 3 mois, cette règle ne s'appliquant pas si la convention collective ou à défaut les usages prévoient déjà un préavis d'une durée au moins égale à 3 mois (5).

Attention: votre contrat de travail ne peut prévoir une durée de préavis inférieure à ce qui est prévu par la loi ou votre convention collective. Une telle clause est nulle de plein droit (3).

Le point de départ de votre préavis est le jour de présentation de votre lettre de licenciement (4).

Votre employeur peut vous dispenser de son exécution (5). Dans ce cas, il est tenu de vous verser une indemnité compensatrice de préavis.  En revanche, si la dispense d'exécution est à votre initiative, cette indemnité ne vous est pas due. 

Notez-le : votre indemnité de congés payés voue est également dû pour la période de préavis non-exécuté (6)

L'indemnité compensatrice de préavis est calculée sur la base des salaires et avantages bruts que vous auriez perçu si vous aviez travaillé pendant cette période (7). Elle a le caractère d'un salaire et est donc soumise en totalité à l'impôt sur le revenu et aux cotisations sociales. 


Les avis des internautes

5.0

Note moyenne sur 3 avis

  • 5

    rapide complet

    le 13/06/2017

  • 5

    le 01/06/2016

  • 5

    les indications données furent très clair. Il manque une seule chose c'est le mode de calcul de carence et des droits à Pole emploi

    le 13/06/2015

Les autres dossiers sur le même thème