1. Demande de travail en mi-temps thérapeutique, définition

Le temps partiel thérapeutique (souvent appelé mi-temps thérapeutique) est un aménagement temporaire de la durée du travail. Il vous permet de reprendre progressivement votre activité, suite à une maladie professionnelle ou ordinaire, ou suite à un accident du travail ou de la vie courante.

Il s'agit d'un aménagement temporaire de la durée du travail permettant de reprendre progressivement votre activité, suite à une maladie ou un accident, professionnel ou non.

Destiné à améliorer votre état de santé ou à favoriser votre guérison, il vous est également possible d'y recourir lorsque vous avez fait l'objet d'une rééducation ou d'une réadaptation professionnelle (1). 

Ainsi, ce mi-temps thérapeutique vous permet, lorsque vous êtes encore malade, de reprendre votre activité professionnelle, mais avec un temps de travail réduit, ce qui limite la fatigue (et éventuellement l'intensité de la douleur), mais aussi le stress engendré par la reprise d'une activité professionnelle intense.

Vous souhaitez bénéficier d'un temps partiel pour motif thérapeutique ? Découvrez tout ce que vous devez savoir grâce à notre dossier complet.

2. Quelles démarches pour bénéficier d'une reprise en temps partiel thérapeutique ? Comment l'obtenir ? La procédure

La reprise à temps partiel thérapeutique n'est pas obligatoirement consécutive à la période d'arrêt de travail. En effet, elle peut être consécutive à une reprise temporaire à temps complet faisant suite à l'arrêt initial (2).

La marche à suivre :

  • 1. prenez rendez-vous avec votre médecin traitant : le temps partiel thérapeutique doit en effet être prescrit par le médecin traitant (certificat médical). Ce dernier devra préciser le pourcentage d'activité (50%, 80%...) ;
  • 2. parlez-en à votre employeur pour avoir son accord ;
  • 3. établissez conjointement avec votre employeur, une attestation comprenant les modalités du temps partiel thérapeutique (répartition des jours, des heures de travail, la rémunération correspondante...), la nature de l'emploi et l'accord de l'employeur ;
  • 4. assistez à la visite médicale de reprise si l'employeur vous convoque. Le médecin du travail va constater votre faculté à reprendre un travail dans le cadre d'un temps partiel thérapeutique (3). Il émettra alors un avis d'aptitude ou d'inaptitude ; 
  • 5. transmettez la prescription médicale du médecin traitant et l'attestation de l'employeur à la CPAM (caisse primaire d'assurance maladie). Cette dernière donnera alors son accord, ou pas, après avis du médecin conseil, pour indemniser votre mi-temps thérapeutique.

Attention, votre employeur n'est pas obligé d'accepter cet aménagement du temps de travail, invoquant pour ce faire, les contraintes de fonctionnement de l'entreprise (4).

3. Quel salaire pour un travail à mi-temps thérapeutique ? Comment êtes-vous payé ?

Ce que vous touchez pendant un temps partiel thérapeutique = votre salaire selon le nombre d'heures de travail effectué + indemnités journalières de sécurité sociale + indemnisation complémentaire de l'employeur (si votre convention collective la prévoit).

🔎 En détails : s'agissant de votre rémunération, l'employeur doit vous verser votre salaire au prorata du temps de travail effectué. Ainsi, si vous travaillez 24 heures par semaine, vous serez rémunéré sur la base de ces 24h. Vous serez donc payé le nombre d'heures que vous travaillez effectivement (24h). A cela s'ajoutent l'indemnisation de la sécurité sociale et éventuellement l'indemnisation complémentaire de l'employeur.

L'indemnité journalière peut être versée pendant une durée maximale de 3 ans en cas d'arrêt de travail (5).

Pour une reprise à temps partiel thérapeutique, la CPAM peut décider de prolonger ce délai d'indemnisation pour une durée d'1 an maximum.

📌 L'indemnité journalière ajoutée au salaire, ne doit pas dépasser le salaire que vous auriez perçu à temps plein, auquel cas elle sera réduite (6). Elle est calculée de la même façon que les indemnités journalières de Sécurité sociale (IJSS), versées en cas d'arrêt de travail pour maladie.

Pour calculer le montant de vos IJSS : Arrêt maladie : modalité de calcul et montant des indemnités journalières.

📌 La loi n'oblige pas votre employeur à compléter les indemnités journalières versées par la Sécurité Sociale, votre contrat n'étant plus suspendu. Cependant, certaines conventions collectives peuvent prévoir le maintien de la rémunération. Dans ce cas, votre employeur sera obligé tenu de maintenir votre salaire.

Par exemple, la convention collective nationale de la banque du 10 janvier 2000 (7), prévoit qu'en cas de reprise à mi-temps thérapeutique, les salariés bénéficient, pour la période indemnisée par la Sécurité Sociale, du droit à maintien de salaire par l'employeur ou par un tiers mandaté.

Ancienneté du salarié

Maintien de salaire à 100%

Puis maintien du salaire à 50%

1 à 5 ans

Pendant 2 mois

Puis pendant 2 mois

5 à 10 ans

3 mois

3 mois

10 à 15 ans

4 mois

4 mois

15 à 20 ans

5 mois

5 mois

Plus de 20 ans

6 mois

6 mois

4. Quelle est la durée maximale d'un mi-temps thérapeutique ? Combien de temps peut-il durer ?

Le mi-temps thérapeutique n'a pas de durée maximale définie par la loi.

Cependant, la durée maximale d'indemnisation du mi-temps thérapeutique, ne peut excéder d'1 an, le délai de 3 ans pendant lequel les indemnités journalières peuvent être versées (6).

Si votre employeur est d'accord, rien ne vous empêche de continuer à temps partiel par la suite, mais vous n'obtiendrez plus les indemnités journalières de la CPAM. Vous serez donc payé uniquement en proportion de votre temps de travail.

📌 Exemple : si vous êtes à temps partiel de 24h/semaine => en mi temps thérapeutique, vous aviez votre salaire sur la base de 24h de travail par semaine + les indemnités journalières de la CPAM. Si vous continuez à temps partiel après la durée maximale d'indemnisation, vous ne toucherez plus que votre salaire sur la base de 24h (vous n'aurez plus le droit au complément de la CPAM).

5. Quels horaires pour un mi-temps thérapeutique ? Qui choisit les horaires ?

🕑 Les horaires de travail sont fixés librement, d'un commun accord entre vous et l'employeur, en respectant les prescriptions du médecin traitant. Libre à vous et en conformité avec les préconisations du médecin, de définir les horaires : 2 jours par semaine de 8h à 12h et de 14h à 17h par exemple.

En règle générale, en temps partiel, vous devez travailler au minimum 24h/semaine (8) (sauf si votre convention collective prévoit une autre durée minimale (9)).

Cependant, le Code du travail précise que la durée peut être inférieure à 24h en raison de contraintes personnelles (10).

💡 L'avis du médecin, dans le cadre du temps partiel thérapeutique, peut s'analyser comme une contrainte personnelle et vous permettre de travailler plus ou moins de 24h par semaine.

6. Quel est votre statut pendant le temps partiel thérapeutique ? 

En cas de temps partiel thérapeutique, vous reprenez votre activité. Ainsi, votre contrat de travail n'est pas suspendu. Toutefois, dès lors qu'il emporte une modification de votre contrat de travail, ce passage à un mi-temps thérapeutique doit être formalisé par un avenant.

Avocats par téléphonie

Besoin d'une assistance juridique ? De conseils ?

7. Mi-temps thérapeutique et congés payés

Lorsque vous êtes en mi-temps thérapeutique, vous acquérez le même nombre de jours de congés payés que les salariés à temps complet ou que les autres salariés à temps partiel (11).

2 jours et demide congés par mois

Ainsi, les salariés en mi-temps thérapeutique bénéficient de 2 jours et demi de congés (jours ouvrables) par mois de travail effectif, dans la limite de 30 jours maximum (12).

8. Puis-je prendre mes congés pendant un mi-temps thérapeutique ?

En ce qui concerne la prise des congés pendant un mi-temps thérapeutique : c'est possible ! Vous pouvez poser vos congés payés pendant le temps partiel thérapeutique, comme tout salarié à mi-temps ou à temps complet.

Cependant, il ne faut pas que les congés payés, ajoutés à l'indemnité journalière de sécurité sociale, vous fassent bénéficier d'un salaire supérieur à la perte journalière de gain, liée à la réduction de votre activité pour cause de mi-temps thérapeutique (6).

📞 Il est donc important que vous préveniez votre CPAM, pour éviter que le cumul entre indemnité journalière et paiement des congés payés ne dépasse ce montant. 

9. Peut on faire des heures supplémentaires ou complémentaires en mi temps thérapeutique ?

Le mi-temps thérapeutique n'est pas compatible avec les heures supplémentaires. En effet, une reprise du travail en mi-temps thérapeutique a pour finalité de reprendre en douceur le travail, dans le but de favoriser la guérison ou d'améliorer l'état de santé du salarié.

Imposer à un salarié des heures supplémentaires (appelées "heures complémentaires" dans le cadre d'un temps partiel), ne rentre pas dans l'objectif du mi-temps thérapeutique. Les préconisations du médecin quant à la durée du travail à respecter pour que le salarié puisse reprendre son activité progressivement, ne seraient pas respectées dans ce cas.

10. Mi-temps thérapeutique et chômage partiel

Vous êtes en mi-temps thérapeutique et, en raison du coronavirus (Covid-19) ou d'un autre motif, votre employeur vous place en chômage partiel. Comment ça marche pour votre rémunération ?

Imaginons que vous êtes en mi-temps thérapeutique : vous travaillez 17,30 heures par semaine au lieu des 35h (donc mi-temps, à 50%). En temps normal, votre employeur vous rémunère pour les 17h30 travaillées. A cela s'ajoutent les indemnités journalières de la sécurité sociale.

1ère possibilité - votre employeur vous met en chômage partiel total :

En chômage partiel total, vous ne travaillez plus du tout, sur les 50% (17h30) que vous devez habituellement faire.

💡 Pour rappel :

En chômage partiel, les heures que vous ne travaillez pas sont indemnisées à hauteur de 60% de votre rémunération horaire brute.

Pour plus d'informations sur le chômage partiel, consultez notre article : Chômage partiel, les évolutions 2022

Dans ce cas :

  • vous toucherez 60% de votre rémunération brute calculée sur 17h30 ;
  • et rien ne change pour vos indemnités journalières de sécurité sociale (vous continuez à les toucher normalement).

2ème possibilité - votre employeur vous met en activité partielle (chômage partiel consistant simplement en une réduction de l'horaire de travail) :

Dans ce cas, vous devriez travailler 17h30 par semaine, mais vous êtes mis en chômage partiel pour 50%.

Ainsi :

  • vous travaillez normalement (avec rémunération normale) pendant 8,75 heures ;
  • vous êtes en chômage partiel (vous ne travaillez pas) pendant 8,75 heures = avec 60% de votre rémunération brute habituelle pour ces 8,75 heures ;
  • et rien ne change pour vos indemnités journalières de sécurité sociale (vous continuez à les toucher normalement).

11. Les fonctionnaires peuvent-il demander un mi-temps thérapeutique ?

Oui, les fonctionnaires peuvent tout à fait demander auprès de l'Administration, à bénéficier d'un mi-temps thérapeutique, dès lors que cet aménagement du temps de travail permet :

  • le maintien ou le retour à l'emploi du fonctionnaire et si cela favorise l'amélioration de son état de santé ;
  • ou le bénéfice d'une rééducation ou d'une réadaptation professionnelle, pour retrouver un emploi compatible avec son état de santé (13).

⚠ Attention, le temps partiel thérapeutique des fonctionnaire ne peut pas être inférieur à un mi-temps (14). Autrement dit, l'agent de la Fonction publique ne peut pas effectuer moins de 50% de son temps de travail. Il peut travailler à 50%, 60%, 70%, 80% ou 90% (15).

📌 Par exemple, s'il travaille habituellement 35 heures par semaine, il pourra voir son temps de travail réduit (temps partiel), mais uniquement dans la limite de 17h30. En effet, il ne pourra pas travailler moins de 17h30 par semaine (17h30 = mi-temps d'un 35 heures, soit 50% d'un 35 heures).

L'autorisation de temps partiel thérapeutique est accordée et renouvelée par l'Administration, pour des périodes de 1 à 3 mois, sur une durée maximale de 1 an (16).

👓 Vous aimerez aussi cet article : Peut-on licencier un salarié en mi-temps thérapeutique ? 

Références :

(1) Article L323-3 du Code de la sécurité sociale

(2) Article L323-3 du Code de la Sécurité sociale modifié par la loi n°2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale pour 2019

(3) Articles R4624-30 et R4624-32 du Code du travail

(4) Article L4624-6 du Code du travail 

(5) Article R323-1 du Code de la sécurité sociale

(6) Article R323-3 du Code de la sécurité sociale, modifié par le décret n°2019-856 du 20 août 2019 relatif à la certification des logiciels d'aide à la prescription et à la dispensation ainsi qu'à l'indemnité journalière en cas de travail à temps partiel pour motif thérapeutique

(7) Convention collective nationale de la banque du 10 janvier 2000

(8) Article L3123-27 du Code du travail

(9) Article L3123-19 du Code du travail

(10) Article L3123-7 du Code du travail

(11) Article L3123-5 du Code du travail

(12) Articles L3141-1 et L3141-3 du Code du travail

(13) Article L823-1 du Code général de la fonction publique

(14) Article L823-3 du Code général de la fonction publique

(15) Article 23-1 du décret n°86-442 du 14 mars 1986 relatif à la désignation des médecins agréés, à l'organisation des conseils médicaux, aux conditions d'aptitude physique pour l'admission aux emplois publics et au régime de congés de maladie des fonctionnaires.

(16) Article L823-5 du Code général de la fonction publique et Article 23-3 du décret n°86-442 du 14 mars 1986 relatif à la désignation des médecins agréés, à l'organisation des conseils médicaux, aux conditions d'aptitude physique pour l'admission aux emplois publics et au régime de congés de maladie des fonctionnaires.