Brefs rappels sur le temps partiel thérapeutique 

Le temps partiel thérapeutique permet d'aménager de manière temporaire, la reprise du travail

Le salarié peut prétendre à la reprise à temps partiel pour motif thérapeutique dans les cas suivants (1) :

  • le maintien au travail ou la reprise du travail et le travail effectué sont reconnus comme étant de nature à favoriser l'amélioration de son état de santé ;
  • il doit avoir fait l'objet d'une rééducation ou d'une réadaptation professionnelle pour recouvrer un emploi compatible avec son état de santé.

La CPAM (Caisse Primaire d'Assurance Maladie) se prononce sur sa mise en place, après avis du médecin-conseil.

 À lire : Litige avec la Sécurité sociale ? Voici comment agir

illustration

CDI à temps partiel : tout savoir pour bien le rédiger

Heures complémentaires, congés payés : tirez les conséquences de la mise en place d'un temps partiel pour motif thérapeutique. Ce dossier contient 22 questions/réponse, 2 modèles de lettres, 2 modèles de contrats et 5 fiches explicatives.

1. Répondre à la demande formulée par le salarié en vue d'une reprise à temps partiel thérapeutique

Accord de l’employeur requis

En pratique, à défaut de raisons particulières et légitimes, l’employeur donne son accord à la mise en place d'un temps partiel thérapeutique.

L'employeur peut-il refuser la demande du salarié ? 

L'employeur peut refuser la demande du salarié de mettre en place d'un temps partiel thérapeutique pour motifs légitimes : ils doivent faire apparaître des contraintes de fonctionnement pour l'entreprise. 

En cas de refus, l'employeur est tenu de faire connaître, par écrit, les motifs qui s'opposent à ce qu'il y soit donné une suite favorable :

2. Définir l'organisation du travail : qui organise et fixe les horaires du salarié ?

Combien d'heures par jour le salarié peut-il effectuer ? Détermination des parties

Sauf si la convention collective qui s'applique dans l'entreprise prévoit une durée minimale différente, le salarié à temps partiel thérapeutique doit travailler au minimum 24h/semaine (3).

À noter : communément appelé "mi-temps thérapeutique", ce temps partiel n'est en réalité un mi-temps que lorsque le salarié effectue 50% de la durée légale de travail. Dans les faits, le salarié peut être à temps partiel pour motif thérapeutique à hauteur de 60%, 70%, 80%...

La loi ne fixe pas les modalités de définition des horaires du travail à temps partiel thérapeutique. Il appartient aux parties (employeur et salarié) de les définir d'un commun accord, dans le respect des préconisations du médecin du travail.

 Exemple : 3 jours de travail par semaine de 8h à 12h et de 14h à 17h.

Durée du temps partiel thérapeutique

Pas de durée maximum légale...

Le Code du travail ne fixe pas non plus la durée du temps partiel thérapeutique : si l'employeur est d'accord, le salarié peut continuer à travailler à temps partiel pour motif thérapeutique au-delà de la durée initialement prévue.

Si à l’issue de la période de temps partiel thérapeutique initialement prévue, le salarié n'est pas en mesure reprendre son activité professionnelle à temps complet et qu'il remplit les conditions d'incapacité requises, il peut faire une demande de reconnaissance d’invalidité.

... mais une indemnisation limitée dans le temps

Le temps partiel prend - généralement - fin, au plus tard, au terme de l'indemnisation du salarié par la Sécurité sociale.

En effet, l'indemnité journalière, elle, ne peut être versée que pendant une durée maximale qui ne peut excéder 3 ans (4).  

La durée d'indemnisation du temps partiel thérapeutique, au titre de l'assurance maladie, ne peut dépasser de plus d'1 an les périodes suivantes  :

  • la période de 3 ans de versement des indemnités journalières (IJ) en cas d'affection de longue durée (ALD)  (5) ;
  • la dernière des 360 indemnités journalières versées au cours de la période de référence de 3 ans, dans les autres cas.

Après un accident du travail, aucune durée maximale d'indemnisation n'est prévue. 

illustration

Découvrez nos accompagnements pour les professionnels :

- accès à la base documentaire en illimité ;
- accès aux conventions collectives à jour des derniers accords ;
- mise en relation avec nos juristes du lundi au vendredi de 9h à 18h.

3. Établir une attestation destinée à la Sécurité sociale

Une fois son accord donné au salarié, l'employeur est tenu d'établir une attestation indiquant :

  • son accord de principe sur la reprise ;
  • la nature de l’emploi à temps partiel et la rémunération correspondante ;
  • les modalités du temps partiel thérapeutique (répartition des jours, des heures de travail, la rémunération correspondante...).

À noter : la transmission de cette attestation à la CPAM incombe au salarié. 

4. Organiser une visite de reprise 

S'il accepte la reprise du salarié à temps partiel thérapeutique, l'employeur doit convoquer le salarié à une visite médicale de reprise - sauf si l’arrêt de travail est inférieur à 30 jours ou que le salarié n’a pas été en arrêt de travail au préalable.

L'examen de reprise a pour objet (6) :

  • de vérifier si le poste de travail que doit reprendre le travailleur ou le poste de reclassement auquel il doit être affecté est compatible avec son état de santé ;
  • d'examiner les propositions d'aménagement ou d'adaptation du poste repris par le travailleur ou de reclassement faites par l'employeur à la suite des préconisations émises le cas échéant par le médecin du travail lors de la visite de préreprise (en cas d'absence supérieure à 30 jours et ce dès que le retour du salarié à son poste de travail est anticipé. Cette visite peut intervenir à la demande du salarié, du médecin du travail ou du médecin-conseil de la Sécurité sociale) ;
  • de préconiser l'aménagement, l'adaptation du poste ou le reclassement du travailleur ;
  • d'émettre, le cas échéant, un avis d'inaptitude.

5. Rédiger un avenant pour formaliser la mise en place du temps partiel thérapeutique

Si le médecin du travail considère que le salarié est apte à reprendre le travail, l’employeur doit établir un avenant de temps partiel thérapeutique au contrat de travail du salarié.

Il mentionne :

  • la durée de l'aménagement ;
  • les horaires de travail ;
  • et la rémunération du salarié pendant la période concernée.

6. Rémunérer le salarié au prorata de son temps de travail 

Rémunération selon les heures effectuées

L’employeur est tenu de verser au salarié une rémunération équivalant aux heures de travail effectivement réalisées.

La Sécurité sociale indemnise le salarié par le versement d'indemnités journalières, qui ne suffisent pas nécessairement à combler l'intégralité du salaire que le salarié aurait perçu s'il avait continué à travailler à temps plein (ou selon la durée de travail prévue au contrat initial). 

Le montant de cette indemnité journalière ne peut pas non plus être supérieur à la perte de gain journalière liée à la réduction de l'activité résultant du travail à temps partiel pour motif thérapeutique.

Possible maintien de la rémunération

La loi n'oblige pas l'employeur à compléter ces indemnités journalières, le contrat n'étant pas suspendu. Cependant, certaines conventions collectives peuvent prévoir le maintien de la rémunérationExemple : la convention collective nationale de la banque du 10 janvier 2000.

 Vérifiez ce que prévoit votre convention collective !

Attention aux discriminations !

Jurisprudence :

Dans un arrêt du 9 septembre 2023, la Cour de cassation a considéré que le mi-temps thérapeutique ne pouvait pas minorer la prime de participation.
Elle a fondé sa décision sur l’interdiction de toute discrimination en raison de l’état de santé du salarié et jugé que la période de mi-temps thérapeutique devait être assimilée à une période de présence dans l’entreprise pour la répartition de la participation aux résultats (7). 

illustration

Bon à savoir :

Le versement de l'indemnité journalière ne fait pas obstacle à ce que l'assuré demande, avec l'accord du médecin traitant, à accéder aux actions de formation professionnelle continue (8).

6. Remplir des obligations déclaratives

Attestation de salaire (DSIJ) : toujours obligatoire en 2024

L'employeur est tenu de transmettre une attestation de salaire des indemnités journalières (DSIJ) à la CPAM.

La mise en place d'un dispositif de transmission de cette attestation via la DSN (déclaration sociale nominative) se fait progressivement.

En 2024, les employeurs relevant du régime général de sécurité sociale doivent continuer à réaliser une DSIJ - même s’ils déclarent le temps partiel thérapeutique en DSN (à la différence des employeurs relevant du régime agricole) (7).

Déclarer les conditions de durée et de rémunération

Pendant la durée du temps partiel pour motif thérapeutique, l’attestation de salaire à établir doit préciser plusieurs éléments.

 Exemples :

  • la période de travail à temps partiel ;
  • le salaire brut réellement perçu par votre salarié au cours de cette période ;
  • et le salaire brut perdu par rapport à ce qu'il aurait perdu à temps plein sur cette période.
illustration

Posez gratuitement votre 1re question !

Nos juristes vous répondent en 24 heures.

🔍 Vous êtes salarié ? Cet article peut vous intéresser : Mi-temps thérapeutique : salaire, durée, indemnités

Références :

(1) Article L323-3-1 du Code de la sécurité sociale
(2) Article L4624-6 du Code du travail 
(3) Articles L3123-27 et L3123-19 du Code du travail
(4) Article R323-1 du Code de la sécurité sociale
(5) Articles Article L323-1 et R323-3 du Code de la sécurité sociale
(6)  Article R4624-32 du Code du travail
(7) Cass. Soc., 20 septembre 2023, n°22-12293
(8) Article L323-3-1 du Code de la sécurité sociale
(9) DSN – Temps partiel thérapeutiques en DSN pour le régime général : DSIJ TPT obligatoires en 2024