La capacité d’emprunt figure parmi l’un des éléments les plus indispensables dans la décision d’un dossier de crédit. Avant de délibérer, le montant à octroyer, les membres du comité de crédit vérifient ce point. Si le résultat les convainc, l’approbation se déroule à merveille. Toutefois, s’il est médiocre, ce dernier met en doute les décisionnaires. Voyons les autres dispositifs à prendre en compte dans le calcul de la capacité d’emprunt. 

Capacité d’emprunt : en dépendance avec le ratio de solvabilité du promoteur

Même si les organismes financiers sont soumis à des objectifs, ils restent toujours prudents. Cela en respectant les normes imposées par la loi de crédit, notamment le ratio de solvabilité. Ce dernier est également nécessaire pour veiller à leur santé financière.

  • Si l’emprunteur n’est pas solvable, la banque ne prend non plus aucun risque. Le crédit est une somme d’argent que vous devez acquitter dans une durée fixée dans le contrat.
  • Votre crédibilité compte beaucoup aux yeux de l’établissement prêteur. Dans une demande de crédit, la réponse est multiple. Soit, la banque accorde le montant demandé, soit elle le révise à la baisse, soit elle refuse votre dossier.

De nos jours, certaines personnes optent pour le crédit pour financer ses projets. En revanche, si les conditions ne sont pas remplies, il est difficile pour la banque de les prêter de l’argent. D’autres croient également qu’emprunter une somme au-dessous de 500 euros est facile. Dans la politique de crédit, quel que soit le montant du prêt, le processus d’analyse demeure le même.

Revenus du foyer : dispositif pour optimiser la capacité d’emprunt

Après calcul, si votre capacité d’emprunt est insuffisante, cela a souvent rapport avec vos revenus. Ces derniers doivent être déclarés auprès de votre banquier pour qu’elle soit optimale. Si vous travaillez dans une entreprise, votre rémunération est prise en compte. L’organisme financier vous demande dans ce cas de fournir des copies de bulletins de salaire. Il existe des établissements financiers qui ont besoin d’une attestation d’emploi. Cela leur permet de découvrir la nature de votre contrat. Si vous possédez un logement en location, vos revenus locatifs entrent dans la détermination de la capacité d’emprunt.

Pour les bénéficiaires des pensions alimentaires, vous êtes amenés à présenter des pièces justificatives pour que la banque relève ses montants nets. Quant aux subventions, elles font aussi partie des ressources au cas où ses régularités sont justifiées. Il y a des sociétés commerciales qui offrent des primes exceptionnelles à ses employés. Néanmoins, les organismes financiers excluent ces dernières dans la liste des revenus.

Charges fixes : éléments en adéquation avec la capacité d’emprunt

Puisque les organismes financiers considèrent les revenus dans la détermination de la capacité d’emprunt, ils intègrent par ailleurs les charges fixes afin de contrebalancer le calcul. Si elles sont élevées, cela peut soulever votre niveau d’endettement. Le résultat de votre capacité sera négatif. Ainsi, la banque a du mal à vous emprunter de l’argent. Il existe plusieurs variables que les établissements prêteurs admettent comme charges. Il peut s’agir des loyers à payer auprès des bailleurs, des allocations familiales dues, des factures à régler, etc.

Il est probable que vous ayez déjà contracté un crédit ailleurs. Pour cela, la banque vous demande certains détails, en l’occurrence le montant du prêt, la mensualité, la durée de crédit, le nombre de mois déjà écoulé et celui à courir. Si le crédit ultérieur dispose d’une durée à long terme, le nouvel organisme prêteur est réticent face à la situation. Elle pourra mettre votre dossier sous le coude. Toutefois, si vous avez souscrit un crédit moins de 6 mois, vous n’aurez pas besoin de fournir toutes ces informations.

Source