Afin que le travail existe, il faut que le contrat de travail existe. En droit français, plusieurs modèles de contrats sont disponibles tels que le contrat à temps partiel ou complet, le contrat à durée indéterminée (CDI). Il existe également d’autres types de contrat comme le contrat à durée déterminée (CDD), le contrat de travail intermittent…

Come-back sur les bases du contrat de travail

Le contrat de travail est disponible à partir du moment où un individu se met à bosser, avec salaire. Le tout se fait sous la direction et pour le compte d’un autre individu (l’employeur). Habituellement, le contrat de travail se fait par écrit.

Il spécifie de plus la qualification, le salaire, les attributions et la durée du travail du salarié. Une fois que la contractualisation existe, salarié et employeur possèdent ainsi des obligations mutuelles l’un envers l’autre.

Les obligations de l’employeur consistent à :

  • verser la rémunération adéquate au boulot réalisé ;
  • donner un boulot dans le cadre de l’horaire dressé…

De son côté, le salarié doit :

  • effectuer le travail sollicité en respectant les instructions données ;
  • noter les horaires de travail, etc.

La numérisation du contrat : une modification de point de vue

Si le contrat de travail se numérise, il est également accompagné d’autres fonctionnalités importantes. C’est alors que la signature électronique favorise la validation du contrat de vos prochains salariés depuis tout type de terminal. Pour eux, c’est l’accomplissement d’une expérience candidat premium qui cible l’élimination de l’ensemble des points de friction.

Pour votre part, c’est l’assurance d’une traçabilité unique. Vous comprenez quels contrats sont conclus ou non, ceux qui sont en position d’attente et ceux qui sont changés ou rejetés. Souvenez-vous que la requalification doit être montrée par l’intention frauduleuse ou la mauvaise foi. Et ce, après un défaut de signature de l’employé. Si l’employé ne désire pas procéder à la signature, il faut qu’il évoque son refus.

Les atouts du contrat de travail virtuel

En ce moment, le contrat en version papier ne représente plus la norme absolue. De plus, la digitalisation permet de changer les processus internes. Par conséquent, avec un espace en ligne sécurisé, les salariés ont à leur portée leur contrat de travail. Et les atouts sont nombreux. D’abord, la mobilisation humaine et les circulations sont limitées. En effet, ce n’est plus nécessaire de conclure en personne, de patienter de le réceptionner par la Poste.

Vous ne serez plus obligés de faire son impression, sa signature, son scan avant de le réexpédier par courriel. Dès le contrat signé, il est involontairement sauvegardé et expédié aux deux parties. Tout s’effectue involontairement, pas besoin de relance ou de patience. Puis, la gestion est facilitée. Ce n’est plus nécessaire de disposer de gens qui contrôlent la conformité des signatures, du contrat, qui effectuent les relances.

Source