Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit du Travail Salarié » Maladie & Santé au Travail » Maladie » Arrêt maladie : vos droits & votre salaire pendant votre absence » Actualités

Actualité Arrêt maladie : vos droits & votre salaire pendant votre absence

Arrêt maladie & maintien de salaire : que dit votre convention collective ?

Par , Juriste Rédactrice web - Modifié le 15-09-2020

Arrêt maladie & maintien de salaire : que dit votre convention collective ?

Lorsque vous êtes en arrêt maladie, vous percevez des indemnités journalières versées par la Sécurité sociale (IJSS). À ces indemnités peuvent s'ajouter des indemnités complémentaires, versées quant à elles, par votre employeur. C'est ce que l'on appelle le maintien de salaire. Sur ce point, votre convention collective peut d'ailleurs prévoir des conditions d'indemnisation plus favorables. Découvrez ce à quoi vous pouvez prétendre !

Qu'est-ce que le maintien de salaire en arrêt maladie ?

48hPour justifier votre absence auprès de votre employeur

Le Code du travail prévoit que tout salarié ayant 1 an d'ancienneté dans l'entreprise bénéficie, en cas d'arrêt maladie ou d'accident médicalement constaté, d'une indemnisation complémentaire à l'indemnité journalière de sécurité sociale (IJSS) (1).

Pour cela, vous devez remplir les conditions suivantes :

  • être pris en charge par la Sécurité Sociale ;
  • être soigné sur le territoire français ou dans l'un des autres États membres de la Communauté européenne ou dans l'un des autres États partie à l'accord sur l'Espace économique européen ;
  • avoir justifié votre absence auprès de votre employeur dans les 48 heures par le biais d'un certificat médical.

À retenir :

Le maintien de salaire correspond au versement, par votre employeur, d'un pourcentage de votre rémunération habituelle. Celui-ci est destiné à compléter les indemnités journalières versées par la Sécurité Sociale, afin que votre salaire soit en partie maintenu pendant la période de suspension de votre contrat de travail.

Peut-on bénéficier de l'indemnisation complémentaire de l'employeur dès le 1er jour de l'arrêt de travail ?

Un délai de carence de 7 jours est prévu pour chacun des arrêts de travail. Par conséquent, le versement des indemnités complémentaires dues par votre employeur commence à compter du 8ème jour d'arrêt (2).

Bon à savoir :

Dans le cadre de la crise sanitaire, les salariés qui font l'objet d'une mesure d'isolement parce qu'ils ont été en contact avec une personne testée positive au Covid-19 (salariés dit "cas contact"), peuvent encore bénéficier d'un arrêt de travail dérogatoire. À ce titre, ils peuvent percevoir des indemnités journalières de sécurité sociale mais également des indemnités complémentaires de l'employeur sans délai de carence et ce, jusqu'au 10 octobre 2020 (3).

👓 Vous aimerez aussi cet article : Arrêt de travail covid : conditions & modalités ?

Quel est le montant des indemnités complémentaires versées par l'employeur ?

Le montant des indemnités complémentaires versées par l'employeur s'élève à (4) :

  • 90% de la rémunération brute qu'aurait perçue le salarié s'il avait continué à travailler, pendant les 30 premiers jours ;
  • 2/3 de la rémunération brute qu'aurait perçue le salarié s'il avait continué à travailler, à partir du 31ème jour d'arrêt consécutif (pendant les 30 jours qui suivent les 30 premiers jours).

Bien entendu, vous ne pouvez pas percevoir un salaire supérieur à celui que vous auriez perçu si vous aviez continué à travailler.

Pour calculer l'indemnité complémentaire due par votre employeur, il convient de déduire le montant des indemnités journalières de sécurité sociale (IJSS) que vous avez éventuellement perçues au cours des 12 derniers mois (5).

Il en est de même des indemnités perçues au titre des régimes complémentaires de prévoyance (pour la part correspondant aux versements employeur).

En revanche, les indemnités issues des assurances privées que vous avez pu souscrire ou qui ont pu être souscrites par un tiers à votre profit ne donnent pas lieu à déduction (6).

Pendant combien de jours peut-on percevoir des indemnités complémentaires de l'employeur ?

La durée de versement des indemnités complémentaires varie en fonction de votre ancienneté dans l'entreprise.

Les durées d'indemnisation sont augmentées de 10 jours par période entière de 5 ans d'ancienneté en plus de la durée d'une année requise, sans que chacune d'elle puisse dépasser 90 jours (7).

En résumé, les durées de versement suivantes s'appliquent :

Ancienneté

Durée de l'indemnisation pendant les 30 premiers jours
(à hauteur de 90% du salaire brut)

Durée de l'indemnisation pendant les 30 jours suivants (soit à partir du 31ème jour)
(à hauteur de 2/3 du salaire brut soit 66,66%)

1 à 5 ans 30 jours 30 jours
6 à 10 ans 40 jours 40 jours
11 à 15 ans 50 jours 50 jours
16 à 20 ans 60 jours 60 jours
21 à 25 ans 70 jours 70 jours
26 à 30 ans 80 jours 80 jours
Au-delà de 31 ans 90 jours 90 jours

Quels avantages peut prévoir la convention collective en matière de maintien de salaire ?

En cas d'arrêt de travail pour maladie, votre convention collective peut prévoir :

  • un maintien intégral du salaire : votre rémunération est alors maintenue à 100%, vous ne perdez rien sur votre salaire habituel ;
  • l'absence de condition d'ancienneté minimale : vous pouvez alors percevoir une indemnité complémentaire de la part de votre employeur même si vous ne justifiez pas d'un an d'ancienneté dans l'entreprise ;
  • un maintien de la rémunération pendant une période plus longue ;
  • l'absence de délai de carence ou un délai de carence raccourci : votre convention peut en effet prévoir un délai de carence moins important que le délai de carence légal, voire pas de délai de carence du tout. Dans ce dernier cas, le versement des indemnités complémentaires de l'employeur commencera donc dès le 1er jour d'absence, peu importe le délai de carence légale de 7 jours.

Exemples de conventions collectives avantageuses en matière de maintien de salaire

CCN Conditions à remplir Maintien de salaire
Établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées (IDCC n°413) (8) Salariés comptant 1 an de présence dans l'entreprise

Les non-cadres recevront :

  • 100% du salaire net qu'ils auraient perçu normalement sans interruption d'activité pendant les 3 premiers mois ;
  • 50% du salaire net correspondant à leur activité normale pendant les 3 mois suivants.
Les cadres recevront :
  • 100% du salaire net qu'ils auraient perçu normalement sans interruption d'activité pendant les 6 premiers mois ;
  • 50% du salaire net correspondant à leur activité normale pendant les 3 mois suivants.
Immobilier (IDCC n°1527) (9) Indemnisation sur 12 mois sous réserve de prise en charge par la sécurité sociale

Maintien du salaire global brut mensuel contractuel à 90% (sans délai de carence) :

  • 1 an d'ancienneté : pendant 30 jours ;
  • 3 ans d'ancienneté : pendant 90 jours ;
  • 8 ans d'ancienneté : pendant 110 jours ;
  • 13 ans d'ancienneté : pendant 120 jours ;
  • 23 ans d'ancienneté : pendant 170 jours ;
  • Après 33 ans d'ancienneté : pendant 190 jours.
Bureaux d'études techniques (SYNTEC-CINOV) (IDCC n°1486) (10) À partir d'un an d'ancienneté

Indemnisation sans délai de carence :

  • 1 mois à 100% + 2 mois à 80% pour les ETAM ayant 1 à 5 ans d'ancienneté ;
  • 2 mois à 100% + 1 mois à 80% pour les ETAM ayant 5 ans et plus d'ancienneté ;
  • 3 mois à 100% pour les cadres à partir d'un an d'ancienneté.

Cette liste n'est pas exhaustive, d'autres CCN prévoient des dispositions plus favorables. Vérifier le contenu de votre convention collective afin de vous assurer que votre employeur respecte ses obligations.

 NB : Cet article concerne uniquement l'arrêt de travail résultant d'une maladie non professionnelle ou d'un accident de la vie privée.

👓 À lire également :


Références :
(1) Article L1226-1 du Code du travail
(2) Article D1226-3 du Code du travail
(3) Décret n°2020-859 du 10 juillet 2020
(4) Article D1226-1 du Code du travail
(5)
Articles D1226-4 et D1226-5 du Code du travail

(6) Cass. Soc. 13 décembre 1979, n°78-41142
(7) Article D1226-2 du Code du travail

(8) Convention collective nationale de travail des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées du 15 mars 1966, Article 26
(9) Convention collective nationale de l'immobilier, administrateurs de biens, sociétés immobilières, agents immobiliers du 9 septembre 1988, Article 24
(10) Convention collective nationale des bureaux d'études techniques, des cabinets d'ingénieurs conseil et des sociétés de conseils (SYNTEC-CINOV) du 15 décembre 1987

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Arrêt maladie : vos droits & votre salaire pendant votre absence ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Vos Réactions

  • kittyange - Membre Le 14-10-2016 à 09:51

    Dans votre chapitre " versement d'un complément en dehors de toute disposition convetionnelle", vous ne parlez pas du délai de carence de 7 jours comme mentioné sur le site du service-public.fr ..... est-ce un oubli ou le site qui est en tort car mon employeur se base sur ces 7 jours pour ne pas me faire le maintien de salaire à 90% dés le premier jour. Merci de votre réponse !
  • hell78700 - Visiteur Le 31-03-2017 à 14:07

    Bonjour,

    je suis en cdi depuis plus de 3 ans en crèche privée j'ai eu 2 arrêts maladie ce mois ci donc 6 jours de carence cependant ma convention collective "acteurs du liens social et familial" ne prévoit pas de carence si la grossesse est constatée ce qui est le cas.

    chapitre IX MALADIE: 

     en cas d’absences liées à la maladie d’une salariée dont la grossesse est médicalement constatée (attestation faite par mon médecin traitant). À compter du premier jour de prise en charge par l’employeur du maintien de salaire et pendant 90 jours, ils reçoivent la totalité de la rémunération nette qu’ils auraient perçue s’ils avaient continué à travailler. Pendant les 90 jours suivants, ils perçoivent 75 % de cette rémunération.

    comment faire pour que mon employeur me verse les 6 jours de carence qu'il me doit ???

    Cordialement. 
  • Alainverce - Moderateur Le 31-03-2017 à 16:34

    Ne posez pas vos questions ici !!!
    Utilisez le forum dédié. 
  • bki2 - Visiteur Le 30-05-2018 à 20:23

    Bonjour, 
    j'aimerai savoir combien de temps après la fin de l'arrêt de travail a-t-on pour pouvoir encore réclamer ce complément? 
  • Mapetitesecrétaire - Visiteur Le 25-02-2019 à 17:31

    Bonjour,
    Pourriez-vous m'informer des obligations de subrogation (de plein droit ou partielle) dues par l'employeur. Peut-on contraindre un employeur à maintenir le salaire d'un employé (moins les retenues pour maintien des congés) en cas de maladie? Mon mari travaillant dans les "espaces verts" n'a d'autre choix que d'être affilié à la MSA qui accuse un retard de minimum 2 mois pour les IJSS. Certains collègues de mon mari se trouvent dans des situations financières très problématiques et ne parviennent plus à vivre décemment lorsqu'ils sont malades du fait de ce retard. Par ailleurs, en dépit des textes de loi en matière d'accident du travail, les salaires de certains de ses collègues se sont trouvés amputés des jours de carence alors qu'une déclaration d'accident du travail avait été faite. Comment se déroule la procédure de déclaration d'accident de travail entre l'empoyeur et les organismes de sécurité sociale et en l'occurence entre une société privée et la MSA? Bien que leur métier soit notoirement à risque et engendre des problèmes de santé physiques reconnus par l'ensemble des syndicats professionnels, les organismes de santé, qui sont de plus obligatoires pour ce corps de métier, n'assurent pas leur rôle. La seule solution serait que l'employeur se subsitue à eux pour éviter des conséquences financières parfois désatreuses pour leurs affiliés (salaires peu élevés).
    Etant leur délégué du personnel, il cherche à trouver une solution à ces deux problèmes. Pouriez-vous l'y aider?
  • Juliana198329 - Visiteur Le 06-04-2019 à 14:39

    Bonjour mon conjoint et en arrêt maladie depuis fin novembre. La sécu ne lui avait rien versé depuis janvier. Il bénéficie d'un maintient de salaire. Je voulais savoir si au moment du paiement sécu les maintient de salaire sont déduit ou non de se que la sécu va lui verse ? Merci de vos réponses. Cordialement
  • Maddyhp Animateur Communautaire - Moderateur Le 08-04-2019 à 11:09

    Bonjour Juliana,

    Si votre conjoint bénéficie du maintien de salaire par son employeur, ce n'est pas lui qui reçoit les paiements de la sécu mais son employeur.

    Rejoignez le forum Juridique de Juritravail afin d'ouvrir une discussion et de pouvoir débattre de ce sujet :
    https://www.juritravail.com/Forum/salaries-prive

    Bonne journée
  • Julie151515389 - Visiteur Le 08-11-2019 à 18:26

    Bonjour, Je suis auxiliaire de vie je dépends de la convention collective du service à la personne nationale entreprise. Je voulais savoir si j’ai le droit de demander le complément de salaire car cela n’est pas très clair pour moi et à qui et comment je dois faire la demande. Merci de vos explications
  • Maddyhp Animateur Communautaire - Moderateur Le 13-11-2019 à 08:57

    Bonjour,

    Avez-vous essayé d'ouvrir une discussion sur les forums de juritravail ? 
    >> https://www.juritravail.com/Forum/salaries-prive

    Noubliez pas de préciser de quelle convention collective vous dépendez^^

    Bonne journée

    Cordialement
  • Tony34 - Visiteur Le 16-04-2020 à 11:48

    Bonjour,

    Dans ma convention collective (bricolage), il est indiqué qu'il faut avoir minimum 2 ans d'ancienneté pour être indemnisé à 90%.
    Est-ce que c'est la convention collective ou le code du travail qui s'applique dans mon cas ?
    J'ai un an et demi d'ancienneté.

    En vous remerciant. 

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité