Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Rémunération du salarié : respecter le salaire minimum

Droit des Employeurs - Droit Social

Professionnel

Page 0 du dossier Rémunération du salarié : respecter le salaire minimum
Page 1 du dossier Rémunération du salarié : respecter le salaire minimum

Rédigé par KevinLe Moyec - Mis à jour le 05 Juin 2020

En contrepartie du travail qu’il fournit, le salarié doit toucher un salaire. Si l'employeur et le salarié peuvent librement négocier la rémunération, tout n’est pas permis et certaines règles s’imposent à eux. L'employeur est en effet tenu, dans tous les cas, de respecter certains minima issus de la loi et de la convention collective applicable à l'entreprise. Quels sont-ils ? Lequel appliquer lorsque à la fois la loi et la convention collective mettent en place un minimum ? 


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Salaire
  • Rémunération
  • Minima à respecter
  • Smic
  • Accord du salarié
  • Pourboire
  • Salaire minimum interprofessionnel de croissance
  • Salaire minimum conventionnel
  • Modification de la rémunération
  • Modification du salaire

Plan détaillé du dossier

29 Questions Essentielles

  • Bien respecter le salaire minimum

  • I. Rémunération : les minima a respecter

  • Pour fixer la rémunération des salariés, des minima doivent-ils être respectés ?

  • Qui doit respecter le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) ?

  • Pour quels salariés l'employeur doit-il respecter le Smic ?

  • Quel est le salaire minimum que doit verser l'employeur à un jeune salarié ?

  • Le Smic : qu'est-ce que c'est ?

  • De quels éléments de rémunération dois-je tenir compte pour savoir si je respecte bien le Smic ?

  • L'employeur peut-il réduire le salaire d'un salarié rémunéré au SMIC ?

  • Qu'est-ce que le salaire minimum conventionnel ?

  • Quel salaire minimum appliquer : le Smic ou le salaire minimum conventionnel ?

  • Quelles sanctions je risque si je rémunère un salarié en deçà du Smic ?

  • II. La modification de la rémunération contractuelle

  • Peut-on modifier la rémunération du salarié ?

  • Suis-je obligé de reverser les pourboires donnés par la clientèle aux salariés ?

  • Est-il possible de prévoir une clause de variation de la rémunération dans le contrat de travail d'un salarié ?

  • Quelle procédure faut-il respecter pour pouvoir modifier la rémunération du salarié ?

  • Quelle est la procédure à respecter lorsqu'une modification de la rémunération pour un motif économique est envisagée ?

  • Quelles sanctions risque l'employeur s'il modifie la rémunération du salarié sans son accord ?

  • En cas de modification illicite de la rémunération du salarié, quelles sont les conséquences financières pour l'employeur ?

  • L'employeur peut-il procéder à une réduction de la rémunération de son salarié ?

  • III. Rémunérer un salarié au pourboire

  • Qu'est-ce qu'un pourboire ?

  • Quels sont les salariés concernés par les pourboires ?

  • Comment les pourboires sont-ils versés aux salariés ?

  • Comment traiter les pourboires vis-à-vis de la paie (cotisations sociales, bulletin de paie) ?

  • Les pourboires sont-il pris en compte pour vérifier que le salarié perçoit bien le Smic ou le minimum conventionnel ?

  • A quels salariés dois-je reverser les pourboires laissés par les clients ?

  • L’augmentation générale des salaires peut-elle prévoir l’exclusion d’un salarié sur la base d’un critère de performance ?

Voir les autres questions essentielles

3 Fiche(s) express

  • Rémunérer un salarié au pourboire

  • Respecter le salaire minimum

  • Modifier la rémunération du salarié (montant et structure)

3 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Lettre accordant une augmentation de salaire

  • Lettre de refus d'accorder une augmentation de salaire

  • Reçu pour règlement du salaire en espèces

1 Modèle(s) de Contrat(s)

  • Avenant au contrat de travail : augmentation du montant de la rémunération

8 Avis des juges

  • Conséquences du non-respect de la rémunération annuelle conventionnelle

  • Verser les pourboires : le salarié doit être en contact avec le client

  • Prêter de l’argent au salarié : que faire s’il ne rembourse pas ?

  • Faut-il appliquer la convention collective au gérant ?

  • Rémunération inférieure au SMIC, dommages et intérêts automatiques !

  • La nature des fonctions réellement occupées détermine la reconnaissance du statut cadre

  • L’application du taux réduit de la prime de précarité d’un CDD doit répondre aux exigences de formation effective

  • Maintien de rémunération pendant la maladie : dispositions plus favorables dans la chimie

Voir les autres avis des juges


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Lors de l'embauche, la fixation du salaire est l'un des points clés de la négociation. Mais ensuite, tout au long de la vie de ce contrat, le salaire évolue car il peut ou doit, selon les circonstances, être revalorisé, soit :

  • de manière contractuelle (augmentation, promotion professionnelle, changement de poste, changement d'échelon ou de classification ...) ;
  • de manière légale (revalorisation du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) chaque année ;
  • conformément aux dispositions conventionnelles (grille de salaire de la convention collective applicable à votre entreprise) ;
  • ou suite à des négociations collectives (accord d'entreprise sur les salaires par exemple).

Le SMIC et les salaires minima conventionnels s'imposent à l'employeur. A compter du 1er janvier 2020, le SMIC horaire est de 10,15 euros brut.

Contenu du dossier :

Ce dossier vous informe sur différents points vous permettant de fixer la rémunération de votre salarié et de vous assurer que son montant respecte les minima prévus :

  • que retenir entre le SMIC et le salaire minimum conventionnel ;
  • la base de calcul applicable ;
  • la composition du salaire de base de votre salarié ;
  • les éléments à prendre en compte dans le calcul du SMIC (avantages en nature, pourboires, primes de rendement …) ;
  • la modification de la rémunération du salarié ou son montant.

N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Le mot de l'auteur

CREA Jules Magnan 15/09/2017

Kevin Le Moyec Juriste

3

Articles publiés

12

Documents rédigés


Les dernières actualités sur cette thématique

Puis-je demander à mes salariés de travailler bénévolement pour aider à la reprise ?

Suite à la crise liée au Covid-19, votre entreprise connait des difficultés financières. Vous voulez savoir si vous pouvez demander à vos salariés de travailler gratuitement, pour aider à la reprise de l'activité ? La réponse est non, vous ne pouvez...

Voir +

Smic et plafond de la sécurité sociale 2020

Voici les nouveaux chiffres de référence au 1er janvier 2020 Montant du Smic Au 1er janvier 2020.

Voir +

Les salaires minima prévus par la convention collective des bureaux d’études techniques (Syntec-Cinov)

Vous travaillez dans le monde de l'édition de jeux électroniques ou vous êtes salariés dans un bureau de conseil en relations publiques et communication ? Des activités qui relèvent de la Convention Collective Nationale (CCN) des bureaux d'études...

Voir +


La question du moment

Suis-je obligé de reverser les pourboires donnés par la clientèle aux salariés ?

L'employeur a pour obligation de remettre les pourboires qu'il centralise à l'ensemble des salariés qui sont en contact avec la clientèle (1).

Il s'agit d'une disposition d'ordre public à laquelle il n'est pas possible de déroger y compris par la convention collective (2) ni par une clause insérée au contrat de travail (3).

L'employeur ne peut pas se réserver une partie des pourboires sous prétexte qu'il a aidé lors du service les serveurs de la salle de restaurant (4).

S'il ne reverse pas les pourboires qu'il a centralisés ou qu'il en reverse seulement une partie, il s'expose à une amende prévue pour les contraventions de 3 ème classe, soit  au maximum 450 euros pour une personne physique et  2.250 euros pour une personne morale (5).


Les autres dossiers sur le même thème