Transaction : comment bien négocier avec le salarié ?

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

3.7 (3 avis)

Suite au départ conflictuel de l'un de vos salariés, celui-ci vous menace de porter le litige devant le Conseil de prud'hommes ou l'a même déjà saisi. Vous envisagez de lui proposer un accord amiable afin de le dissuader de saisir le juge ou encore d'arrêter la procédure en cours. Avez-vous pensé à la conclusion d'un accord transactionnel ?  La transaction est un mode alternatif de résolution d'un conflit par la signature d’un protocole transactionnel. Ce protocole a pour objet d'éviter ou de mettre un terme au contentieux en cours ou à venir. Néanmoins, la signature d’un tel document doit respecter un certain nombre de conditions sur le fond et sur la forme. A défaut, la transaction ne sera pas valide. En outre, ces accords peuvent connaître des effets divers et emporter des conséquences multiples. Avec ce dossier, nous vous accompagnons pas à pas pour vous aider à négocier au mieux votre transaction avec votre salarié.

Voir le dossier dédié aux Salariés


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Transaction
  • Indemnité transactionnelle
  • Négocier
  • Licenciement amiable
  • Rupture conventionnelle
  • Protocole d'accord transactionnel

Plan détaillé du dossier

22 Questions Essentielles

  • I. La transaction : définition, recours, conditions de validité

  • De quoi se compose l'indemnité transactionnelle ?

  • Rupture conventionnelle et transaction, est-ce la même chose ?

  • Les points à connaître avant de signer une transaction

  • Qu'est-ce qu'une transaction ?

  • Quel est l'intérêt pour l'employeur de conclure une transaction ?

  • A quel moment la transaction doit-elle être signée ?

  • La transaction doit-elle nécessairement intervenir postérieurement à la rupture du contrat ?

  • Puis-je proposer une transaction alors que le contrat de mon salarié est en cours ?

  • Quel est le montant de l'indemnité transactionnelle ?

  • Une transaction conclue après un licenciement peut-elle faire l'objet d'une remise en cause ?

  • Par la transaction, le salarié peut-il renoncer à agir en reconnaissance de la faute inexcusable de l'employeur ?

  • Quelles sont les conditions de validité de l'accord transactionnel ?

  • La transaction est-elle soumise à des conditions de forme ?

  • Quels sont les types de différends auxquels il peut être mis fin par un protocole transactionnel ?

  • L'existence de concessions réciproques est-elle indispensable pour conclure une transaction ?

  • Dans quels cas a-t-il été jugé que la condition des concessions réciproques n'était pas respectée ?

  • Dans quels cas a-t-il été jugé que la condition des concessions réciproques était respectée ?

  • II. Indemnité transactionnelle : régime fiscal et social

  • A quel régime social est soumise l'indemnité transactionnelle ?

  • Annulation de la transaction : l'indemnité transactionnelle est-elle remboursée à l'employeur ?

Voir les autres questions essentielles

2 Fiche(s) express

  • Les conditions de recours à la transaction et ses effets

  • L'indemnité transactionnelle : montant, imposition et avantages annexes

1 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Modèle de transaction

28 Avis des juges

  • La validité de la transaction.

  • Licenciement d'un salarié protégé : ce que doit payer l'employeur

  • Une transaction n’est valide qu’en cas de concessions réciproques

  • Une transaction entre un employeur et son salarié conseiller prud’homal ne peut intervenir qu’après autorisation administrative

  • Le licenciement est valable, la transaction également

  • Une transaction peut être conclue alors que le salarié est toujours présent dans l’entreprise

  • Un Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE) ne peut pas prévoir qu'un salarié doit transiger pour bénéficier d'une indemnité supplémentaire

  • Avant de transiger, il faut licencier

  • Transaction et possible réclamation d'indemnité conventionnelle de licenciement.

  • Une transaction n'empêche pas une éventuelle réclamation

  • Se désister en vertu d’une transaction n’empêche pas de contester celle-ci

  • La transaction n’empêche pas de contester le versement de cotisations retraite

  • Vous demandez la nullité de la transaction, vous devrez rembourser

  • La lettre de licenciement remise en main propre invalide la transaction postérieure

  • Rupture d’un commun accord et transaction

  • La prise en compte de la motivation du licenciement lors de l’appréciation de la validité de la transaction en réglant les conséquences

  • La notification du licenciement : condition de validité d’une transaction.

  • L’appréciation des concessions réciproques par le juge.

  • La renonciation, lors d'une transaction, à la contrepartie financière de la clause de non concurrence

  • La renonciation à des dispositions conventionnelles lors d'un départ négocié

  • La transaction : des conditions à respecter

  • La conclusion d'une transaction en l'absence de lettre de licenciement

  • La transaction conclue avec un salarié protégé.

  • La nullité de la transaction signée avant la notification du licenciement.

  • L’existence de concessions réciproques.

  • La distinction entre la transaction et la rupture d’un commun accord.

  • La validité d’un départ négocié en l’absence de tout litige.

  • L'annulation de la transaction en cas d'indemnité dérisoire

Voir les autres avis des juges


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Votre salarié a quitté la société suite à une démission, une rupture conventionnelle, une mise à la retraite, un licenciement ou encore une prise d'acte. Ce salarié et vous êtes d'accord pour transiger sur le différend qui vous oppose, dans le but d'éviter une procédure devant les tribunaux qui peut être longue et onéreuse.

Opter pour la transaction peut soulever pour vous plusieurs questions : dans quel cas la transaction peut-elle être mobilisée ? La transaction est-elle prévue par le Code du travail ? Diffère-t-elle de la rupture conventionnelle ? Peut-on envisager une transaction après un licenciement pour faute grave ? Quelles sont les conditions de fond et de forme pour la rédaction d’un protocole transactionnel ? Comment négocier ? Comment déterminer le montant de l’indemnité ? Quel est le régime fiscal et social de l’indemnité versée ? Risque-t-on une contestation malgré la conclusion d'une transaction ? 

Ce dossier répond à toute vos interrogations et vous propose un modèle de transaction.

Contenu du dossier :

Ce dossier vous donne toutes les informations à connaitre avant de vous lancer dans la négociation d’une transaction :

  • négociation du départ du salarié (préavis, indemnités, avantages en nature ...) ;
  • conditions inhérentes à la conclusion d’une transaction ;
  • contenu du protocole transactionnel (et modèle de transaction);
  • période de signature de la transaction ;
  • calcul de l’indemnité transactionnelle ;
  • régime fiscal et social de l’indemnité versée ;
  • réclamations suite à la transaction ;
  • modèle de transaction.

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


La question du moment

De quoi se compose l'indemnité transactionnelle ?

Par le paiement d'une indemnité transactionnelle, l'employeur obtient le renoncement d'une action du salarié devant le Conseil de prud'hommes.

La transaction est un contrat par lequel les parties, par des concessions réciproques, terminent une contestation née, ou préviennent une contestation à naître.  Le contrat doit être rédigé par écrit (1).

Cette indemnité ne se substitue pas au versement des indemnités de rupture et aux éléments de rémunération dus au salarié. Elle s'y ajoute.

Il est également possible de prévoir, à travers la transaction, le versement de plusieurs sommes dont les montants sont librement définis par les parties. Il s'agit d'une négociation entre l'employeur et son salarié.

Ainsi, les sommes versées peuvent être réparties en deux catégories :

  • des sommes ayant le caractère de salaire. En effet, si le litige a pour objet le montant de la rémunération, les parties peuvent se mettre d'accord sur un montant de rémunération à verser dans le cadre de la transaction ;
  • une indemnité globale forfaitaire transactionnelle visant à réparer le préjudice subi par le salarié et qui compense sa concession tendant à ne pas agir devant le tribunal.

L'employeur doit diagnostiquer la relation de travail afin de repérer les faiblesses dont il a pu faire preuve dans le respect des droits du salarié (paiement incomplet des heures supplémentaires, non respect des temps de pause, absence de formation malgré de nombreuses années d'ancienneté,  etc...) ou lors de la rupture du contrat de travail (licenciement s'appuyant sur des motifs qui peuvent être contestés, par un exemple un licenciement pour insuffisance professionnelle, si le salarié a une ancienneté importante, etc...).

Une fois le diagnostic établi, le risque financier lié à une contestation en justice du salarié doit être évalué pour s'engager sur une négociation de l'indemnité transactionnelle.


Les avis des internautes

3.7

Note moyenne sur 3 avis

  • 5

    Tout est clair et compréhensif Catherine R.

    le 26/07/2019

  • 3

    J'aurai souhaité trouver dans le dossier un exemple de calcul de la fiche de paie. DORIANE L.

    le 11/03/2016

  • 3

    Un exemple de chronologie des actions serait intéressant, et un récapitulatif des textes impliqués BERNARD H.

    le 27/11/2014

Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés