Lettre demandant au bailleur commercial son autorisation en vue d’une...

illustration aperçu lettre.png

Modèle de lettre : Lettre demandant au bailleur commercial son autorisation en vue d’une déspécialisation plénière

Photo de Lorène Bourgain

Rédigé par Lorène Bourgain

Mis à jour le jeudi 14 mars 2024

842 utilisateurs ont déjà consulté ce modèle de lettre

Vous êtes preneur d'un local à usage commercial et souhaitez changer totalement l'activité exercée dans les locaux. Ou bien, vous envisagez d'exercer une nouvelle activité sans lien avec celle(s) prévue(es) au bail commercial (hors activité connexe ou complémentaire). Pour cela, vous devez obtenir l'autorisation de votre bailleur.... Lire la suite

4,80€ TTC

Ce modèle de lettre est inclus dans le dossier :


illustration people

Rédigé par un juriste

illustration prêt à l'emploi

Prêt à l’emploi

illustration telechargement immédiat

Téléchargement immédiat

En bref

Vous êtes preneur (locataire) d’un local à usage commercial via un bail soumis au statut des baux commerciaux, et vous souhaitez changer totalement l’activité exercée dans les locaux, ou d’exercer une nouvelle activité sans lien avec celle(s) prévue(es) au bail commercial (hors activité connexe ou complémentaire). 


Pour cela, vous devez obtenir l’autorisation de votre bailleur.

La recommandation de l'auteur

Il est indispensable de faire notifier ce courrier par lettre recommandée avec demande d’avis de réception ou par exploit d’un commissaire de justice territorialement compétent auquel vous fournirez une copie du bail. Une fois que vous avez l’accord du bailleur, il est préférable d’établir un avenant et de l’enregistrer afin de le rendre opposable aux tiers.

Il est aussi essentiel de vérifier dans les statuts de votre société si la nouvelle activité est présente dans son objet social. À défaut, il faudra procéder à une modification des statuts.

 

 

Ce modèle de lettre est inclus dans le dossier :

Ce que dit la loi

Le locataire peut, sur sa demande, être autorisé à exercer dans les lieux loués une ou plusieurs activités différentes de celles prévues au bail (article L145-48 du Code de commerce). 

 

Toutefois, cela n’est possible que sous réserve des 2 conditions cumulatives suivantes :

  • la conjoncture économique et l'organisation rationnelle de la distribution le nécessitent. Par exemple, en prouvant que votre activité actuelle n’est plus rentable ;
  • la nouvelle activité est compatible avec la destination, les caractères et la situation de l'immeuble. Par exemple, l'activité ne doit pas empiéter sur les parties communes ou créer de troubles de voisinage.

Avant de procéder à cette, il vous faut impérativement demander l’autorisation à votre bailleur par le biais d’un courrier recommandé avec accusé de réception ou par acte de commissaire de justice, qui doit mentionner les activités envisagées.

Le bailleur dispose alors de 3 mois pour répondre

Dans le mois qui suit la demande, le bailleur doit aviser les locataires envers lesquels il s’est engagé à leur garantir une exclusivité pour les activités visées dans la demande (article L145-49 du Code de commerce).

À défaut de réponse de sa part dans le délai de 3 mois, celui-ci sera réputé accepter le principe de la déspécialisation totale.

Notez que la demande doit aussi être notifiée, selon les mêmes modalités, aux créanciers inscrits sur le fonds de commerce exploité par le locataire (article L145-49 du Code de commerce).

Le bailleur ne peut refuser la déspécialisation totale (Article L145-53 du Code de commerce) que pour un motif grave et légitime, notamment s’il souhaite exercer son droit de reprise du local à la prochaine échéance triennale pour exécuter certains travaux immobiliers (article L145-53 du Code de commerce).

S’il s’y oppose pour un motif que vous jugez illégitime, vous pouvez toujours saisir le tribunal judiciaire afin qu’il vous accorde l’autorisation d’exercer cette nouvelle activité (article L145-52 du Code de commerce).

Vous pouvez profiter de ce courrier pour proposer à votre bailleur une révision du loyer si vous considérez que l’activité envisagée est de nature à modifier celui-ci, et également saisir le juge à défaut d’accord sur ce point. Le bailleur peut lui-même demander en contrepartie une modification du prix du bail, ou une indemnité si la nouvelle activité lui cause un préjudice (article L145-50 du Code de commerce).

 

illustration-question-juridique

Une question vous trotte dans la tête ?

Testez gratuitement notre abonnement en posant votre question
à nos juristes. On vous répond en moins de 24 h !
Nos juristes vous répondent
gratuitement en 24h !

Pour aller plus loin

illustration-question

Nos juristes experts vous accompagnent au quotidien

Gagnez en temps et en sérénité, nous répondons à vos questions dans tous les domaines de droit !

Plus d'infos au 01 75 75 36 00 !

Découvrir notre assistance juridique

Le droit plus simple au quotidien

Nos actualités en lien avec : "Lettre demandant au bailleur commercial son autorisation en vue d’une déspécialisation plénière"

Par Fabien Gaillard le 23/05/2024 • 169 vues

Par dérogation au bail commercial de 9 ans, il peut être conclu un bail dérogatoire d’une durée maximale de 3 ans à l’issue de laquelle les locaux doivent être restitués au...


Par Caroline Audenaert Filliol le 25/04/2024 • 19122 vues

Vous avez décidé de lancer votre propre entreprise et vous hésitez, dans le cadre du...


Par Caroline Audenaert Filliol le 15/03/2024 • 31905 vues

Le bail commercial est un contrat protecteur qui assure une certaine stabilité au preneur (le...


Par Caroline Audenaert Filliol le 14/03/2024 • 5242 vues

Le bail commercial précaire est un contrat de location dérogatoire : il constitue une...


illustration-rdv-avocat

Vous souhaitez consulter un avocat compétent en droit de l'immobilier proche de chez vous ?

Retrouvez les coordonnées d'avocats partout en France dans notre annuaire.

Appelez notre équipe au 01 75 75 42 33 pour vous faire accompagner (prix d'un appel local).


20 ans que l’on accompagne
les professionnels

Une équipe de 50 juristes
bac +5 et 700 avocats

Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

+ 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

Ils partagent leurs expériences