illustration logo

Convocation à un entretien préalable en vue d'une rétrogradation

illustration aperçu dossier

5656 utilisateurs ont déjà utilisé ce modèle de lettre

photo de Anna Kaleykis

Rédigé par Anna Kaleykis

Mis à jour le 15 février 2022


Ce modèle de lettre : Convocation à un entretien préalable en vue d'une rétrogradation

Un salarié a commis une faute et vous souhaitez le sanctionner par une rétrogradation. Pour ce faire, vous le convoquez à un entretien préalable.

4,80€ TTC

photo de Anna Kaleykis

Rédigé par Anna Kaleykis

Mis à jour le 15 février 2022


La recommandation de l'auteur

Vous devez convoquer le salarié dans un délai de 2 mois à compter de la commission ou de la découverte des faits fautifs. Au-delà, les faits sont prescrits.

Pour fixer la date et l'heure de l'entretien, il vous faut tenir compte de l'acheminement des courriers, et laisser le temps au salarié de prendre éventuellement contact avec une personne susceptible de l'assister.

Pour vous laisser une marge de manœuvre une fois l'entretien réalisé, il est possible d'indiquer en objet qu'il s'agit d'un entretien préalable à une sanction pouvant aller jusqu'à un licenciement, et non simplement à une éventuelle sanction. Il peut paraître plus pertinent d'indiquer, dès la première lettre de convocation, qu'une rupture du contrat est possible.

 

Ce modèle de lettre est inclus dans le dossier :

Ce que dit la loi

La rétrogradation est un déclassement du salarié à un poste hiérarchique inférieur.

Cette mesure a donc pour conséquence une diminution des fonctions et responsabilités du salarié et, par conséquent, de sa rémunération.   

À cet égard, l'article L1332-2 du Code du travail prévoit que lorsque l'employeur envisage de prendre une sanction ayant une incidence sur la présence du salarié dans l'entreprise, sa fonction, sa carrière ou sa rémunération, il doit le convoquer à un entretien préalable. 

L'employeur n'est pas obligé d'indiquer les motifs de la sanction envisagée dans la lettre de convocation. Il n'est pas tenu d'indiquer qu'il envisage de rétrograder le salarié.

La convocation à l'entretien préalable doit être émise par lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre remise en main propre contre décharge.

Cependant, pour rétrograder un salarié, cette sanction disciplinaire doit être prévue dans le règlement intérieur de l'entreprise à partir du moment où elle emploie au moins 50 salariés. Il doit fixer la nature et l'échelle des sanctions que l'employeur peut prendre à l'encontre d'un salarié (article L1311-2 du Code du travail).

Il rappelle également les dispositions légales et règlementaires, ou encore, conventionnelles, relatives aux droits de la défense des salariés. Ces droits concernent notamment l'obligation de respecter une procédure stricte avant toute notification de sanction (articles L1321-1 à L1321-6 du Code du travail). L'employeur doit donc veiller à se conformer strictement à cette procédure.

illustration-question-juridique

Une question vous trotte dans la tête ?

Testez gratuitement notre abonnement en posant votre question
à nos juristes. On vous répond en moins de 48 h !

Pour aller plus loin

illustration-abonnement

Grâce à l'abonnement Juritravail, accédez à tous les documents du site en libre accès et à jour des dernières réformes

Découvrir nos abonnements

Testez notre solution gratuitement

Nos actualités sur le thème Sanction disciplinaire & procédure d'avertissement au travail

Par Caroline Audenaert Filliol le 29/07/2022 • 757497 vues

L'un de vos salariés a commis une faute. Après avoir apprécié les faits au regard de critères objectifs (ancienneté, contexte, etc.), vous envisagez de le sanctionner. L'avertissement vous s...


Par Caroline Audenaert Filliol le 28/07/2022 • 248255 vues

L'un de vos salariés se présente trop fréquemment en retard au travail et désorganise le bon ...


Par Patrick LINGIBE le 16/08/2021 • 1650 vues

L'entretien au cours duquel le supérieur hiérarchique annonce au salarié qu'il compte demander...


Par Jérémy DUCLOS le 30/06/2021 • 1772 vues

Dans un arrêt du 27 mai 2021 (n° 19-17.587), publié au bulletin, la chambre sociale de la Cour...


Voir toutes les actualités
illustration-question

Une question  ?

Appelez-nous gratuitement au 01 75 75 36 00


20 ans que l’on accompagne
les professionnels

Une équipe de 50 juristes
bac +5 et 700 avocats

Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

+ 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

Ils partagent leurs expériences