illustration

À retenir : 

Des salariés heureux, c'est :
- une équipe stable et performante ;
- une diminution des absences et des maladies professionnelles ;
- une bonne réputation pour l'entreprise ;
- plus de rentabilité pour l'entreprise.

Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer (CHO) ? Quel est son rôle ? Définition !

20 mars 2024 Journée du bonheur

Le CHO, a fait son apparition aux États-Unis dans de grandes entreprises renommées telles que Google ou McDonald's, il y a maintenant quelques années. Encore peu connu en France, de plus en plus d'entreprises françaises se lancent aussi.

Parmi les entreprises françaises à s'être dotées d'un manager du bonheur, il est possible de citer BlaBlaCar qui figurait en 3ᵉ position des entreprises françaises de moins de 500 salariés où il fait bon travailler en 2016, ou encore Just Eat qui figurait en 35ᵉ position, selon une étude de Great place to work (1).

Sa mission ? Faire en sorte que les salariés de l'entreprise aient le sourire le matin lorsqu'ils prennent leurs postes.

Le Happiness manager, responsable du bonheur, fait en quelque sorte office de coach en bien-être au travail en ce qu'il veille au maintien de la santé des salariés et œuvre pour améliorer la qualité de vie au travail. Il est chargé d'agir pour le bien-être des salariés au travail, voire de prévenir les risques de burn-out. Il peut également contribuer à réduire la pénibilité au travail.

La recherche du bonheur constitue une aspiration fondamentale de chaque individu. Étant donné que nous investissons une part significative de notre temps dans le travail, il est légitime de se demander pourquoi cette sphère devrait être une source de malheur.

Ce responsable du bonheur vise à remédier à cette situation, allant au-delà de la simple étiquette qui lui est souvent attribuée. Ses initiatives ne se limitent pas à l'installation de divertissements tels qu'un baby-foot, des corbeilles de fruits ou une console de jeux. Son action peut se concentrer sur l'écoute des préoccupations des employés, que cela soit personnel ou professionnel, et l'instauration d'un dialogue constructif autour de leurs revendications. L'objectif est d'identifier les actions véritablement bénéfiques pour améliorer le bien-être des salariés. Il inscrit son travail dans une démarche d'amélioration de la qualité de vie et des conditions de travail. 

illustration

Vous souhaitez obtenir davantage d'informations sur la prévention de la pénibilité au travail ?

Notre dossier comprend : 
- 57 questions essentielles ;
- 2 modèles de lettres ;
- 1 modèle de contrat ;
- 5 fiches express.

Nos juristes décryptent le sujet pour vous.

Vous y retrouverez les réponses aux différentes questions que vous vous posez.

Pourquoi recruter un Happiness manager, responsable du bonheur, dans votre entreprise ?

Si vous n'êtes pas encore convaincu de l'utilité de s'entourer d'un Manager du bonheur, ce qui suit pourrait peut-être bien vous faire changer d'avis !

Recruter un CHO dans son entreprise pour y instaurer le bonheur permet :

  • d'augmenter la rentabilité de votre entreprise : des salariés heureux et biens au travail, ce sont des salariés moins absents et donc plus productifs ;
  • diminuer les maladies professionnelles liées aux risques psychosociaux tels que le burn-out ou le bore out : lorsque l'on offre à ses salariés une bonne qualité de vie et de bonnes conditions de travail, un cadre d'exercice favorable, que l'on favorise la cohésion de groupe et l'entraide au sein des équipes, on réduit les facteurs de stress chez certains salariés et les risques de mal-être ;
  • stabiliser ses équipes et confirmer son expertise sur le marché : lorsque les salariés se sentent bien au travail, en règle général, ils restent. Avoir une équipe stable, c'est avoir des salariés aux compétences confirmées et dotés d'une expertise précieuse qui contribue à la renommée de votre entreprise. C'est aussi éviter des coûts liés au recrutement et aux formations qui en découlent ;
  • promouvoir l'innovation : un environnement professionnel positif stimule la créativité et l'innovation, et la présence d'un Happiness Manager peut encourager un état d'esprit favorable à la quête de solutions novatrices ;
  • doter son entreprise d'une bonne réputation et attirer les meilleurs candidats : c'est l'opportunité de pouvoir recruter des profils très divers avec de précieuses compétences pour développer votre entreprise.
illustration

Bon à savoir :

Plus il y a d'accidents du travail et de maladies professionnelles dans votre entreprise, plus votre taux de cotisation AT/MP sera élevé. Vous avez donc tout intérêt à tout mettre en oeuvre pour les éviter. Pour cela, un bon management est essentiel.

Chefs d'entreprises, responsables d'équipes, salariés, membres des organisations représentatives du personnel, rappelons que le bonheur des salariés dans leur entreprise ne repose pas uniquement sur un Manager du bonheur, mais reste l'affaire de tous !

Comment recruter son Happiness manager ? Quels paramètres prendre en compte pour fixer son salaire ?

Si après la lecture de notre article, vous envisagez de recruter un tel candidat, gardez en tête que cette personne devra avant tout être à l'écoute des autres pour bien cerner les émotions de chacun des salariés et ainsi pouvoir répondre à leurs besoins.

Le candidat potentiel devra également être dynamique, énergique, positif et optimiste pour pouvoir transmettre son bonheur aux salariés, sans oublier une dose de créativité.

Quant au salaire du Happiness manager, il varie selon le profil de l'entreprise qui l'emploie. Bien souvent, une partie de sa rémunération est liée à l'atteinte d'objectifs. Toutefois, ayant un rôle stratégique pour votre entreprise, il conviendra de lui proposer une rémunération attractive.

illustration

Une question juridique vous trotte dans la tête ?

Nos juristes vous répondent gratuitement, une première fois, en 24 heures.

Quelles actions de management mettre en place pour que les salariés soient heureux au travail ?

Les démarches, actions mises en place par le Manager du bonheur doivent être adaptées aux besoins des employés qui fluctuent en fonction de la structure dans laquelle ils travaillent.

Pour assurer le bien-être au travail des salariés, prévenir les risques de burn-out et créer du lien social, le CHO peut mettre en place des actions diverses et variées, par exemple :

  • du sport ou de relaxation au sein de l'entreprise tel que "des cours de yoga, sophrologie ou dans un autre registre, cardio-training". Certains salariés sont plus exposés au stress que d'autres, le sport peut les aider à évacuer leurs émotions et à être plus détendus. Nombreux sont les salariés qui ne prennent pas le temps de pratiquer une activité sportive ou n'en ont pas les moyens ;
  • organiser régulièrement des déjeuners ou petits-déjeuners d'équipe pour permettre aux salariés de partager un moment convivial. En effet, même si l'on est forcé d'échanger sur des questions d'ordre professionnel avec d'autres collègues, on ne prend pas forcément le temps d'apprendre à les connaître. Ce type de réunion favorisera la cohésion de groupe ;
  • la mise en place d'une cellule d'écoute, cela va offrir un espace propice à l'expression des préoccupations des salariés, favorisant ainsi une compréhension approfondie des problèmes récurrents. Cette initiative renforce la communication, prévient les conflits potentiels et contribue à créer un environnement de travail harmonieux et axé sur le bien-être ; 
  • aménager des locaux agréables et des espaces de détentes ou de repos : cela permet aux salariés, pendant leur temps de pause, de couper un moment avec la sphère professionnelle pour reprendre leur activité dans un esprit détendu ;
  • organiser des événements en interne comme la célébration des anniversaires ou d'autres occasions tels qu'Halloween, Noël, le Nouvel An… ;
  • gérer l'organisation d'un séminaire d'entreprise avec au programme des activités de cohésion de groupe (team building) et des réunions visant à communiquer aux salariés les chiffres reflétant la situation de l'entreprise et les futurs projets envisagés. La transparence dans une entreprise est un moyen d'impliquer les salariés qui se sentent davantage concernés par les différents enjeux qui animent la vie de l'entreprise.

Bien évidement, le Happiness manager adaptera les projets mis en place en fonction de la structure par laquelle il est recruté et du budget mis à sa disposition pour accomplir sa mission auprès des employés.

illustration

Besoin d'informations juridiques fiables au quotidien ? 

Découvrez nos solutions dédiées aux professionnels :
- posez vos questions à nos juristes du lundi au vendredi de 9h à 18h ;
- profitez d'un accès illimité à notre base documentaire ;
- profitez de votre convention collective à jour des derniers accords.

 

 

 

 

 

 

Référence :
(1) 14ème édition du classement des sociétés françaises où il fait bon travailler publié par l'Institut Great place to work