ACTUALITÉ Recourir à l'intérim

Contrat de travail temporaire : tout savoir !


Par Alice Lachaise , Juriste rédactrice web - Modifié le 09-11-2021

Contrat de travail temporaire : tout savoir !

De nombreuses entreprises ont recours à des travailleurs intérimaires pour pallier un besoin temporaire de main d'oeuvre. Plutôt que de se lancer dans un processus de recrutement qui demande du temps, elles préfèrent en effet se tourner vers les entreprises de travail temporaire. Bien que le contrat d'intérim présente des similitudes avec le contrat à durée déterminée (CDD), la relation de travail qui en découle n'en demeure pas moins différente. Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur le contrat de travail temporaire (CTT) !

Qu'est-ce que le travail temporaire ?

Le travail temporaire, dit aussi "intérim", consiste en la mise à disposition temporaire d'un salarié, par une entreprise de travail temporaire, au bénéfice d'un client utilisateur, pour l'exécution d'une mission (1).

Le travail temporaire implique donc une relation tripartite.

Ainsi, chaque mission donne lieu à la conclusion de deux contrats différents :

  • un contrat de travail temporaire, dit aussi "contrat de mission", entre le salarié temporaire et son employeur (l'entreprise de travail temporaire) ;
  • un contrat de mise à disposition, entre l'entreprise de travail temporaire et le client utilisateur (l'entreprise utilisatrice).

Vous souhaitez obtenir plus d'informations sur l'intérim ?

Dans quels cas peut-on conclure un contrat de travail temporaire (CTT) ?

A retenir :

Le recours à un contrat de mission ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise utilisatrice (2). 

Ainsi, le contrat de travail temporaire doit être conclu pour l'exécution d'une tâche précise et temporaire dénommée "mission" (3)

Le recours au contrat de travail temporaire est ainsi autorisé dans les cas suivants : 

  • remplacement d'un salarié, en cas :
    - d'absence ;
    - de passage provisoire du salarié à temps partiel ;
    - de suspension de son contrat de travail ;
    - de départ définitif précédant la suppression de son poste de travail ;
    - d'attente de l'entrée en service effective d'un salarié recruté par contrat à durée indéterminée appelé à le remplacer ;

  • accroissement temporaire de l'activité de l'entreprise ;

  • emplois à caractère saisonnier ou pour lesquels, dans certains secteurs définis par décret ou par voie de convention ou d'accord collectif étendu, il est d'usage constant de ne pas recourir au contrat de travail à durée indéterminée en raison de la nature de l'activité exercée et du caractère par nature temporaire de ces emplois ;

  • remplacement d'un chef d'entreprise artisanale, industrielle ou commerciale, d'une personne exerçant une profession libérale, ou de son conjoint ;

  • remplacement du chef d'une exploitation agricole, d'un aide familial, d'un associé d'exploitation, ou de leur conjoint.

La mise à disposition d'un salarié temporaire auprès d'une entreprise utilisatrice peut également intervenir dans les cas suivants (4)

  • lorsque la mission de travail temporaire vise, en application de dispositions légales ou d'un accord de branche étendu, à favoriser le recrutement de personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières ;

  • lorsque l'entreprise de travail temporaire et l'entreprise utilisatrice s'engagent à assurer un complément de formation professionnelle au salarié ;

  • lorsque l'entreprise de travail temporaire et l'entreprise utilisatrice s'engagent à assurer une formation professionnelle au salarié par la voie de l'apprentissage, en vue de l'obtention d'une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles. 

Bon à savoir :

Il est interdit de recourir au travail temporaire pour remplacer un salarié dont le contrat de travail est suspendu à la suite d'un conflit collectif de travail (5). 

Quelle est la durée d'un contrat de mission ?

En principe, le contrat de mission comporte un terme précis (6)

La durée totale du contrat de travail temporaire à terme précis peut être fixée par une convention ou un accord de branche étendu de l'entreprise utilisatrice (7)

A défaut de stipulation dans la convention ou l'accord de branche conclu, la durée totale du contrat de mission ne peut excéder 18 mois compte tenu, le cas échéant, du ou des renouvellements, sauf exceptions (8)

En effet, cette durée peut être réduite à 9 mois ou augmentée à 36 mois, selon la nature de la mission.

La durée maximale s'apprécie, contrat par contrat et non toutes missions confondues.

Cass, Soc. 28 novembre 2007, n°06-43025

Cependant, dans certains cas, le contrat de mission peut ne pas comporter de terme précis. Il s'agit d'un contrat de mission à terme imprécis.

Il n'est alors soumis à aucune durée maximale. Il prend fin au retour du salarié absent ou lorsque l'objet pour lequel il a été conclu, se réalise.

En revanche, le contrat à terme imprécis doit être conclu pour une durée minimale

Cas de recours au contrat de travail temporaire Possibilité de conclure un contrat à terme précis ou imprécis Durée maximale du contrat (renouvellements inclus, le cas échéant)
Contrat conclu pour le remplacement d'un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu
  • à terme précis :
  • à terme imprécis :
  • 18 mois
  • jusqu'à la fin de l'absence 
Contrat conclu pour un emploi saisonnier
  • à terme imprécis :
  •  fin de la saison
Contrat conclu dans l'attente de l'entrée en service effective d'un salarié recruté par contrat à durée indéterminée
  • à terme précis :
  • à terme imprécis :
  • 9 mois
  • jusqu'à l'arrivée du salarié recruté en CDI et au maximum 9 mois
Contrat conclu pour la réalisation de travaux urgents nécessités par des mesures de sécurité
  • à terme précis :
  • 9 mois 
Contrat conclu pour exécuter une mission à l'étranger
  • à terme précis :
  • à terme imprécis :
  • 24 mois
  • réalisation de l'objet pour lequel le contrat a été conclu
Contrat conclu dans le cas du départ définitif d'un salarié précédant la suppression de son poste de travail 
  • à terme précis :
  • 24 mois 
Contrat conclu en raison d'une commande exceptionnelle à l'exportation 
  • à terme précis :
  • minimum 6 mois et maximum 24 mois 
Contrat conclu dans le cadre d'un cycle de formation effectué en apprentissage 
  • à terme précis : 
  • 36 mois
Contrat conclu en raison de l'accroissement temporaire de l'activité
  • à terme précis : 
  • 18 mois
Contrat conclu pour le remplacement d'un chef d'entreprise artisanale, industrielle, commerciale ou agricole
  • à terme précis :
  • à terme imprécis :
  • au minimum 6 mois et au maximum 18 mois 
  • au minimum 6 mois et jusqu'à la fin de l'absence 
Contrat conclu pour un emploi pour lequel, dans certains secteurs d'activité, il est d'usage constant de ne pas recourir au CDI en raison de la nature de l'activité exercée et du caractère par nature temporaire de ces emplois
  • à terme précis :
  • à terme imprécis : 
  • 18 mois 
  • jusqu'à la réalisation de l'objet pour lequel le contrat a été conclu

Le contrat de mission peut-il être renouvelé ?

Le contrat de travail temporaire à terme précis peut faire l'objet d'un ou plusieurs renouvellements.

Le nombre maximal de renouvellements possibles est fixé par convention ou accord de branche de l'entreprise utilisatrice (9). 

A défaut de convention ou d'accord, le contrat de mission est renouvelable 2 fois pour une durée déterminée qui, ajoutée à la durée du contrat initial, ne peut excéder la durée maximale prévue par la convention ou l'accord de l'entreprise utilisatrice ou, à défaut, par la loi (10)

Bon à savoir :

En revanche, le contrat de travail temporaire à terme imprécis ne peut faire l'objet d'aucun renouvellement.

Peut-on prévoir une période d'essai pour le contrat de travail temporaire ?

Le contrat de mission peut comporter une période d'essai dont la durée est fixée par convention ou accord de branche étendu ou par convention ou accord d'entreprise ou d'établissement (11).

A défaut de convention ou d'accord, cette durée ne peut excéder :

  • 2 jours, si le contrat est conclu pour une durée inférieure ou égale à 1 mois ;
  • 3 jours, si le contrat est conclu pour une durée supérieure à 1 mois et inférieure ou égale à 2 mois ;
  • 5 jours, si le contrat est conclu pour une durée supérieure à 2 mois.

Quel salaire verser au salarié en contrat de travail temporaire ?

Les intérimaires doivent bénéficier de la même rémunération que celle que perçoivent dans l'entreprise utilisatrice, après période d'essai, les salariés de qualification équivalente occupant le même poste de travail (12)

Ainsi, le travailleur temporaire perçoit la même rémunération avec ses différentes composantes, y compris les primes et accessoires, s'il en existe.

Par ailleurs, les jours fériés doivent être payés au salarié temporaire, indépendamment de son ancienneté, dès lors que les salariés de l'entreprise utilisatrice en bénéficient.

👓 Vous aimerez aussi cet article : Intérim et jours fériés : quels sont vos droits ?

Le contrat de mission, peut-il être rompu de manière anticipée ?

Le contrat de mission, peut être rompu de manière anticipée, à l'initiative de l'entreprise de travail temporaire comme du salarié.

Lorsque c'est l'entreprise de travail temporaire qui rompt le contrat de mission avant le terme prévu au contrat, elle doit lui proposer, sauf faute grave de ce dernier ou cas de force majeure, un nouveau contrat de mission prenant effet dans un délai maximum de 3 jours ouvrables (13).

Le salarié est en droit d'exiger de l'agence intérim, par lettre recommandée avec accusé de réception, qu'elle lui confie une nouvelle mission après une rupture anticipée du contrat de mission.

Vous souhaitez contraindre l'agence intérimaire qui vous emploie de vous confier une nouvelle mission ? Faites-le par courrier !

Quelles indemnités à la fin du contrat de travail temporaire ?

Lorsque la mission prend fin, l'intérimaire a droit au versement d'une indemnité de fin de mission destinée à compenser la précarité de sa situation (14)

Cette indemnité est égale à 10% de la rémunération totale brute perçue pendant la durée du contrat de mission (renouvellements inclus).

Bon à savoir :

L'indemnité de fin de mission n'est pas due dans les cas suivants (15) : 

  • en cas d'embauche du salarié par l'entreprise de travail temporaire ;
  • lorsque l'entreprise utilisatrice dispense au travailleur temporaire un complément de formation à l'issue de la mission ;
  • lorsque le contrat de travail temporaire a été conclu pour un emploi saisonnier (sauf si une convention ou un accord applicable dans l'entreprise utilisatrice le prévoit) ;
  • en cas de rupture anticipée à l'initiative du salarié ;
  • en cas de rupture anticipée en raison d'une faute grave du salarié ;
  • en cas de rupture anticipée en raison d'un cas de force majeure.

Par ailleurs, le salarié temporaire a également droit à une indemnité compensatrice de congés payés pour chaque mission qu'il effectue, quelle qu'en ait été la durée (16)

L'indemnité de fin de mission et l'indemnité de congés payés sont versées par l'entreprise de travail temporaire.

Le montant de l'indemnité est calculé en fonction de la durée de la mission et ne peut être inférieur à 1/10e de la rémunération totale brute perçue par le salarié pendant la mission (indemnité de fin de mission comprise). 

Boîte à outils :

👓 A lire également :

Références :
(1) Article L1251-1 du Code du travail
(2) Article L1251-5 du Code du travail
(3) Article L1251-6 du Code du travail
(4) Article L1251-7 du Code du travail
(5) Article L1251-10 du Code du travail
(6) Article L1251-11 du Code du travail
(7) Article L1251-12 du Code du travail
(8) Article L1251-12-1 du Code du travail
(9) Article L1251-35 du Code du travail
(10) Article L1251-35-1 du Code du travail
(11) Article L1251-14 du Code du travail
(12) Articles L1251-18 et L1251-43 du Code du travail
(13) Article L1251-26 du Code du travail
(14) Article L1251-32 du Code du travail
(15) Article L1251-33 du Code du travail
(16) Article L1251-19 du Code du travail

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail