Lettre informant la médecine du travail d’une visite de reprise d'un salarié

illustration aperçu lettre.png

Modèle de lettre : Lettre informant la médecine du travail d’une visite de reprise d'un salarié

Photo de Caroline Audenaert Filliol

Rédigé par Caroline Audenaert Filliol

Mis à jour le lundi 17 juin 2024

8336 utilisateurs ont déjà consulté ce modèle de lettre

Vous souhaitez organiser une visite de reprise pour l'un de vos salariés en congé de maternité, absent pour cause de maladie professionnelle, absent depuis au moins 30 jours pour cause d'accident du travail ou au moins 60 jours pour cause de maladie ou d'accident non professionnel. Vous vous rapprochez de la médecine du travail.... Lire la suite

4,80€ TTC


illustration people

Rédigé par un juriste

illustration prêt à l'emploi

Prêt à l’emploi

illustration telechargement immédiat

Téléchargement immédiat

En bref

Un de vos salariés a été en arrêt de travail suite à un congé de maternité, une absence pour cause de maladie professionnelle, une absence d'au moins 30 jours pour cause d'accident de travail ou une absence d'au moins 60 jours pour cause d'accident ou de maladie non professionnelle.

À l'issue de cet arrêt, vous sollicitez le médecin du travail afin qu'il procède à la visite médicale de reprise.

 

La recommandation de l'auteur

Dès que vous avez connaissance de la date de fin de l'arrêt de travail de votre salarié, ne tardez pas à saisir le service de santé au travail pour organiser cet examen médical dans les délais, car il convient, dans la mesure du possible, de soumettre votre salarié à cette visite dès son retour. 

Si vous n'organisez pas cette visite dans les délais, vous vous exposez au versement de dommages et intérêts à son profit, sauf si ce retard résulte du service de santé au travail. De plus, votre responsabilité pourra être mise en cause au titre de votre obligation de sécurité.

Si votre salarié ne se présente pas à la visite médicale de reprise, et ce de façon réitérée malgré plusieurs injonctions de votre part, vous pourrez le sanctionner.

Ce que dit la loi

En tant qu'employeur, vous avez une obligation générale de sécurité de résultat envers vos salariés, vous imposant de protéger leur santé (articles L4121-1 et suivants du Code du travail). Aussi, l'organisation d'une visite médicale de reprise est essentielle après une absence de l'un d'entre eux, surtout si cet arrêt est relatif à son état de santé. En application de l'article R4624-31 du Code du travail, il vous incombe de prendre l'initiative de cette visite médicale, et de l'organiser.

En effet, à cette occasion, le médecin du travail va vérifier l'aptitude de votre salarié à reprendre son poste, éventuellement en vous soumettant des préconisations en vue d'adapter, de reclasser ou d'aménager le poste. A l'issue de cette visite, il délivre un avis d'aptitude médicale à votre salarié. Tel est l'objectif de cet examen qui peut être déterminant pour la suite de la relation de travail.

Cette visite de reprise, qui s'effectue auprès du médecin du travail (articles R4624-31 et R4624-32 du Code du travail) est impérative après :

  • une absence pour cause de maladie professionnelle ;

  • un congé maternité

  • une absence d'au moins 30 jours pour cause d'accident du travail ;

  • une absence d'au moins 60 jours pour cause de maladie ou d'accident non professionnel.

 Il n'y a en revanche plus de visite de reprise après des absences répétées.

Tant que la visite de reprise n'a pas lieu, le contrat de travail de votre salarié demeure suspendu. De ce fait, vous ne pouvez pas le sanctionner pour absence injustifiée s'il n'est pas à son poste après l'expiration de son arrêt de travail (Cass. Soc. 13 février 2019, n°17-17492).

Vous devez saisir le service de santé au travail (SPST) dont vous dépendez dès que vous avez connaissance de la date de fin de l'arrêt de travail de votre salarié. Un examen doit être organisé le jour de la reprise effective du travail et au plus tard dans les 8 jours qui suivent cette reprise (article R4624-31 du Code du travail).

Le refus de programmer une visite de reprise, alors que votre salarié en a fait la demande, constitue une faute pouvant entraîner la rupture du contrat de travail à vos torts. Votre salarié peut demander des dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse (Cass. Soc. 15 octobre 2003, nº01-43571).

illustration-question-juridique

Une question vous trotte dans la tête ?

Testez gratuitement notre abonnement en posant votre question
à nos juristes. On vous répond en moins de 24 h !
Nos juristes vous répondent
gratuitement en 24h !

Pour aller plus loin

illustration-question

Nos juristes experts vous accompagnent au quotidien

Gagnez en temps et en sérénité, nous répondons à vos questions dans tous les domaines de droit !

Plus d'infos au 01 75 75 36 00 !

Découvrir notre assistance juridique

Le droit plus simple au quotidien

Nos actualités en lien avec : "Lettre informant la médecine du travail d’une visite de reprise d'un salarié"

Par Luca Benoiton le 25/06/2024 • 5620 vues

Le retour d'un salarié après une longue absence est une étape cruciale, à la fois pour le salarié lui-même et pour son employeur. Les défis liés à cette réintégration nécessitent...


Par Alice Lachaise le 12/01/2024 • 65775 vues

Le dispositif de chômage partiel ne peut plus être mis en place pour les personnes...


Par Caroline Audenaert Filliol le 12/01/2024 • 77896 vues

L’activité Partielle de Longue Durée (APLD) concerne les entreprises qui subissent une...


Par Lorène Bourgain le 14/11/2023 • 14826 vues

Toutes les entreprises doivent, depuis le 1er janvier 2022, ouvrir un compte AT/MP pour obtenir...


illustration-rdv-avocat

Vous souhaitez consulter un avocat compétent en droit du travail proche de chez vous ?

Retrouvez les coordonnées d'avocats partout en France dans notre annuaire.

Appelez notre équipe au 01 75 75 42 33 pour vous faire accompagner (prix d'un appel local).


20 ans que l’on accompagne
les professionnels

Une équipe de 50 juristes
bac +5 et 700 avocats

Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

+ 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

Ils partagent leurs expériences