En quoi consiste le dispositif de prise en charge des coûts fixes ?

Depuis le 31 mars 2021, une nouvelle aide est mise en place pour certaines entreprises (1). Il s'agit de la prise en charge des coûts fixes de l'entreprise (2).

La prise en charge des coûts fixes est une aide complémentaire au fonds de solidarité.

À retenir :

Ce nouveau dispositif consiste en la prise en charge des coûts fixes des entreprises qui ne sont pas couverts par leurs recettes, leurs assurances ou les aides publiques. Il s'adresse donc aux entreprises qui ont des coûts fixes élevés et pour lesquelles, l'aide versée au titre du fonds de solidarité n'a pas permis de prendre en charge l'ensemble de ces coûts.

Ce dispositif permet ainsi de couvrir une partie des pertes d'exploitation à hauteur de:

  • 70% pour les entreprises de plus de 50 salariés ;
  • 90% pour les entreprises de moins de 50 salariés.
L'entreprise peut bénéficier de l'aide complémentaire pendant une période limitée de 6 mois, plus exactement, pour 3 périodes de 2 mois :
  • janvier-février ;
  • mars - avril ;
  • mai - juin.

Quel est le montant de l'aide ?

Pour le premier semestre 2021, l'aide est plafonnée à 10 millions d'euros calculée au niveau du groupe.

Le calcul de l'aide est basé sur l'excédent brut d'exploitation (EBE).

Concrètement, elle est calculée sur les recettes de l'entreprise (produits de l'activité) desquelles ont été déduites les charges d'exploitation de l'entreprise comprenant les achats de matières premières, de marchandises et de services, ainsi que les impôts et taxes et la rémunération du personnel.

Bon à savoir :

Pour calculer la perte brute d'exploitation de l'entreprise, il lui faut appliquer la formule suivante :

EBE = Recettes + subventions (type aide du fonds de solidarité) - achats consommés - consommations en provenance de tiers - charges de personnel - impôts et taxes et versements assimilés.

Quelles entreprises peuvent bénéficier de la prise en charge des coûts fixes ?

Peuvent bénéficier de la prise en charge des coûts fixes, les entreprises suivantes :

  • celles fermées administrativement : elles ont été interdites d'accueil du public de manière ininterrompue au cours d'au moins un des 2 mois calendaires de la période éligible (pour la période de janvier - février, l'entreprise doit avoir subi une fermeture administrative au moins l'un de ces deux mois) ;
  • celles qui exercent leur activité principale dans l'un des secteurs dits S1 et S1bis ;
  • celles qui exercent leur activité principale dans le commerce de détail et ont au moins un de leurs magasins de vente situé dans un centre commercial de plus de 20.000m² ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public sans interruption pendant au moins un mois des 2 calendaires de la période éligible (pour la période de janvier - février, l'entreprise doit avoir subi une fermeture administrative au moins l'un de ces deux mois) ;
  • celles qui exercent leur activité principale dans un commerce de détail au sein d'une station de sports d'hiver, à l'exception d'un commerce de détail dans le domaine automobile et motocycle ou de la location de biens immobiliers résidentiels.

Quelles conditions pour être éligible à la prise en charge des coûts fixes ?

Pour bénéficier de la prise en charges des coûts fixes, les entreprises concernées doivent répondre aux conditions suivantes :

  • avoir bénéficié de l'aide du fonds de solidarité pour au moins l'un des 2 mois de la période d'éligibilité (en janvier 2021 ou en février 2021 pour la période de janvier - février 2021, en mars 2021 ou en avril 2021 pour la période mars - avril, en mai 2021 ou en juin 2021 pour la période de mai - juin) ;
  • avoir subi une perte d'au moins 50% de chiffre d'affaires par rapport au chiffre d'affaires réalisé le même mois de l'année 2019 ;
  • avoir été créées au moins 2 ans avant le premier jour de la période éligible (créées avant le 1er janvier 2019 pour l'aide de janvier - février, avant le 28 février 2019 pour l'aide de mars - avril, avant le 30 avril 2019 pour l'aide de mai - juin) ;
  • avoir un excédent brut d'exploitation négatif au cours de la période éligible ;
  • justifier pour au moins un des 2 mois de la période éligible, d'un chiffre d'affaires mensuel de référence supérieur à un million d'euros, ou d'un chiffre d'affaires annuel 2019 supérieur à 12 millions d'euros, ou faire partie d'un groupe dont le chiffre d'affaires annuel 2019 est supérieur à 12 millions d'euros.

Toutefois, les entreprises appartenant à l'un des secteurs suivants peuvent bénéficier de la prise en charge de leurs coûts fixes, sans condition de chiffre d'affaires dès lors qu'elles respectent les autres critères :

  • hôtels et hébergements similaires exerçant dans une station de sports d'hiver ;
  • hébergements touristiques et autres hébergements de courte durée exerçant dans une station de sports d'hiver ;
  • gestion d'installations sportives couvertes et activité des centres de culture physique ;
  • autres activités récréatives et de loisirs en salles couvertes ;
  • gestion des jardins botaniques et zoologiques  ;
  • établissements de thermalisme ;
  • activités des parcs d'attractions et parcs à thèmes.

Quelles démarches pour bénéficier de la prise en charge des coûts fixes ?

Pour bénéficier du dispositif de prise en charge des coûts fixes, la demande doit être faite sur le site impots.gouv.fr, via l'espace professionnel de l'entreprise.

La prise en charge des coûts fixes est rétroactive et est accessible selon le calendrier suivant :

Périodes au titre desquelles la demande d'aide complémentaire peut être réalisée Date à laquelle la demande d'aide au titre des mois considérés peut être réalisée
Janvier-février 2021 Dans les 30 jours (au lieu de 15 jours) suivant le versement de l'aide du fonds de solidarité perçue au titre du mois de février 2021 (3)
Mars-avril 2021 Dans les 15 jours suivant le versement de l'aide du fonds de solidarité perçue au titre du mois de mars 2021
Mai-juin 2021 Dans les 15 jours suivant le versement de l'aide du fonds de solidarité perçue au titre  du mois d'avril 2021

Lorsque l'entreprise n'est pas éligible à l'aide du fonds de solidarité au titre du second mois de chaque période éligible, la demande d'aide est réalisée par voie dématérialisée, dans un délai d'un mois à l'expiration de la période éligible.

Bon à savoir :

L'aide complémentaire est versée sur le même compte bancaire que celui fourni par l'entreprise pour percevoir l'aide du fonds de solidarité.

Quels justificatifs l'entreprise doit-elle fournir pour obtenir l'aide complémentaire ?

Lorsqu'elle réalise une demande d'aide complémentaire relative à la prise en charge des coûts fixes, l'entreprise doit joindre les documents suivants :

  • une déclaration sur l'honneur attestant que l'entreprise remplie les conditions pour obtenir l'aide complémentaire et l'exactitude des informations déclarées ;
  • une attestation d'un expert-comptable, tiers de confiance, délivrée à la suite d'une mission d'assurance de niveau raisonnable qui mentionne les éléments suivants :

    - l'excédent brut d'exploitation des deux mois de 2021 au titre de laquelle l'aide est demandée ;

    - le chiffre d'affaires pour chacun des deux mois de 2021 de la période au titre de laquelle l'aide est demandée ;

    - le chiffre d'affaires de référence pour chacun des deux mois de 2019 pour la période au titre de laquelle l'aide est demandée ;

    - le numéro du formulaire de l'aide du fonds de solidarité reçue pour chacun des mois de la période considérée (ou une attestation de l'expert comptable que l'entreprise ne remplit pas les critères lui permettant d'obtenir l'aide du fonds de solidarité lorsqu'elle n'a pas pu bénéficier de l'aide du fonds de solidarité au titre de l'un des 2 mois de la période considérée) ;

    -  le numéro professionnel de l'expert-comptable ;

  • le calcul de l'excédent brut d'exploitation ;
  • la balance générale 2021 pour la période éligible et 2019 pour la période de référence.

Bon à savoir :

La direction générale des finances publiques (DGFiP) est en droit de demander à tout bénéficiaire de l'aide, la communication de tout document relatif à son activité, notamment administratif ou comptable, permettant de justifier de son éligibilité et du montant de l'aide reçue, pendant 5 ans à compter de la date de son versement. C'est pourquoi les documents attestant du respect des conditions d'éligibilité à l'aide et du calcul de son montant doivent être conservés par l'entreprise bénéficiaire pendant 5 ans à compter de la date de versement de l'aide.
Le bénéficiaire dispose alors d'un délai d'un mois pour produire ces justifications à compter de la date de la demande.
En cas d'irrégularités constatées, d'absence de réponse ou de réponse incomplète à la demande prévue à l'alinéa précédent, les sommes indûment perçues font l'objet d'une récupération.

👓 À lire également :