Crise sanitaire/Covid-19 : les aides pour soutenir les entreprises

illustration aperçu dossier.svg

Crise sanitaire/Covid-19 : les aides pour soutenir les entreprises

Photo de Caroline Audenaert Filliol

Rédigé par Caroline Audenaert Filliol

Mis à jour le 08 mars 2023

7761 utilisateurs ont déjà consulté ce dossier

Bénéficier des aides Covid en vigueur Pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire liée à la Covid-19 et diminuer son impact sur les entreprises, le Gouvernement, de pair avec les collectivités territoriales, a créé des mesures de soutien.Dans l’urgence, l’exécutif a mis en place des aides temporaires, spécifiques, permettant aux entreprises de surmonter une situation économique... Lire la suite

18,00€ TTC

Faites votre choix parmi les 2 options suivantes :

Ce dossier seul :

18€ TTC

ou

Illustration question

Ce dossier + tester notre formule CSE sans engagement !

Un juriste répond à vos questions + Accédez en illimité à tous nos documents dont celui-ci

Recommandé

1 document compris avec ce dossier :


illustration people

Rédigé par un juriste

illustration prêt à l'emploi

Prêt à l’emploi

illustration telechargement immédiat

Téléchargement immédiat


illustration-question

Nos juristes experts vous accompagnent au quotidien

Gagnez en temps et en sérénité, nous répondons à vos questions dans tous les domaines de droit !

Plus d'infos au 01 75 75 36 00 !

Découvrir notre assistance juridique

Le droit plus simple au quotidien

En bref

Bénéficier des aides Covid en vigueur

Pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire liée à la Covid-19 et diminuer son impact sur les entreprises, le Gouvernement, de pair avec les collectivités territoriales, a créé des mesures de soutien.

Dans l’urgence, l’exécutif a mis en place des aides temporaires, spécifiques, permettant aux entreprises de surmonter une situation économique particulièrement dégradée et entravant parfois lourdement la poursuite de leur activité.

Certains dispositifs, pour la plupart soumis à échéance, ont été prolongés et sont toujours en vigueur. Le conflit armé en Ukraine ayant pris le pas sur la pandémie, des aides ont été transformées, pour s’adapter à ces états de fait non prévisibles.

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Si votre entreprise est impactée par la crise, vous faire aider peut constituer un levier permettant la relance ou la poursuite de votre activité.

Les aides en vigueur, principalement à destination des (très) petites et moyennes et entreprises de taille intermédiaire (TPE, PME et ETI), ont pour objectif de renforcer leur bilan et leur situation financière. Un prêt, par exemple, peut avoir un effet boule de neige : en améliorant la situation de l’entreprise et donc sa solvabilité, il peut faciliter l’obtention de financements complémentaires et accroître la capacité de reprise de l’activité.

Puisque la pandémie a forcément réduit votre activité - de manière plus ou moins durable -, ne vous privez pas de bénéficier d’une aide qui en compenserait les effets.

Pour vous aider à sortir de la crise, notre dossier recense les dernières mesures encore mobilisables relatives au renfort de votre trésorerie, au financement de vos investissements et aux organismes vers lesquels vous rapprocher.

A noter : si les difficultés rencontrées sont profondes, qu’elles soient temporaires ou installées dans la durée, reportez-vous à notre dossier dédié aux entreprises en difficulté. Il vous présente les solutions de prévention comme les mesures et procédures adaptées à la gestion de la situation (restructuration, procédures d’alerte, mandat ad hoc, conciliation ou sauvegarde).

Contenu du dossier

Ce dossier fait le point sur :
  • le redressement judiciaire simplifié : procédure de traitement de sortie de crise ;
  • les Obligations Relance ;
  • les Prêts Participatifs Relance ;
  • la Garantie fonds propres ;
  • le rôle des commissaires aux restructurations et prévention des difficultés des entreprises (CRP) ;
  • le rôle des conseillers départementaux à la sortie de crise ;
  • le Prêt Croissance Relance ;
  • l’activité partielle longue durée (APLD).

1 document compris avec ce dossier :

Les notions clés abordées dans ce dossier :

Illustration dossier
icône case à cocher

Crise sanitaire

icône case à cocher

Covid-19

icône case à cocher

Aides Covid

icône case à cocher

Aides temporaires

icône case à cocher

Redressement judiciaire simplifié

icône case à cocher

Procédure de traitement de sortie de crise

icône case à cocher

Prêts participatifs relance

icône case à cocher

Obligations relance

icône case à cocher

Garantie de fonds propres relance

icône case à cocher

Solvabilité

icône case à cocher

Activité partielle longue durée (APLD)

icône case à cocher

Commissaires aux restructurations et prévention des difficultés des entreprises (CRP)

icône case à cocher

Conseiller départemental de sortie de crise

icône case à cocher

Plan France Relance

Le plan du dossier

  • Le Plan France Relance
  • Redressement judiciaire simplifié : qui peut bénéficier de cette procédure de traitement de sortie crise ?
  • Quelles sont les étapes de la procédure de traitement de sortie de crise ?
  • Comment la procédure de sortie de crise prend-elle fin ?
  • Les Obligations Relance
  • En quoi consistent les Prêts Participatifs Relance ?
  • Qu’est-ce que le Prêt Croissance Relance ?
  • Qu’est-ce que la garantie fonds propres ?
  • Comment bénéficier d’un report de règlement pour les dettes fiscales ou des cotisations sociales ?
  • Le PGE et la saisine de la médiation du crédit en cas de difficulté à rembourser le prêt
  • Dispositif d'activité partielle longue durée (APLD)
  • Quel est le rôle du Commissaires aux restructurations et prévention des difficultés des entreprises ?
  • En quoi le conseiller départemental à la sortie de crise peut-il aider les entreprises ?

La question du moment

Dispositif d'activité partielle longue durée (APLD)

 L'Activité partielle de longue durée (APLD) est un dispositif destiné à sécuriser les salariés et l'activité des entreprises et instauré pour lutter contre les conséquences de la crise sanitaire - et a fortiori de la guerre en Ukraine. Il permet aux entreprises confrontées à une réduction d'activité durable de diminuer l'horaire de travail en contrepartie d'engagements notamment en matière de maintien de l'emploi.

La réduction de l'horaire de travail d'un salarié ne peut dépasser 40 % de l'horaire légal par salarié, sur la durée totale de l'accord/du document unilatéral. L'employeur reçoit une allocation équivalent à 60 % de la rémunération horaire brute limitée à 60 % de 4,5 fois le taux horaire salaire minimum (SMIC).

L'APLD peut être mise en place dans la limite de 36 mois, consécutifs ou non, sur une période de 48 mois consécutifs. 

A savoir :

Les entreprises voyant leurs activités ralenties ou arrêtées du fait des conséquences économiques de la crise sanitaire ou du conflit en Ukraine pouvaient être éligibles au bénéfice de l'activité partielle pour le motif  “toutes autres circonstances exceptionnelles” jusqu'au 31 décembre 2022 (1).

La mise en place du dispositif d'activité partielle de longue durée (APLD) (2) ne peut plus se faire depuis le 1er janvier 2023.

Par contre, les dispositifs instaurés en entreprise avant cette date peuvent continuer de s'appliquer jusqu'au 31 décembre 2026 au plus tard : le recours à l'APLD étant limité à 36 mois consécutifs ou non sur une période de référence de 48 mois consécutifs.

=> Un accord collectif ou un document unilatéral mis en place avant le 31 décembre 2022 peut être modifié même après le 31 décembre 2022 (l'avenant modificatif doit dans ce cas être transmis à la Dreets - Direction régionale de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités).

Remarque : Le dispositif d'activité partielle pour les salariés vulnérables présentant un risque avéré de développer une forme grave de Covid-19 a pris fin le 31 janvier 2023

Afin de préparer le retour en entreprise des salariés vulnérables éloignés du travail depuis une longue période, le ministère du Travail préconise des mesures d'accompagnement et de protection à mettre en place dans son questions-réponses mis à jour le 22 février 2023. 

Le ministère rappelle que l'employeur est responsable de la santé et de la sécurité des salariés.

L'employeur doit, dans le cadre d'un échange avec le salarié concerné et de préférence en lien avec un professionnel de santé au travail, prévoir les mesures nécessaires pour assurer sa protection sur son lieu de travail.

 

Ces mesures de protection peuvent être notamment :

  • la mise à disposition d'un bureau individuel ou, si ce n'est pas possible, l'aménagement de l'espace de travail pour éviter la promiscuité ;
  • l'adaptation des horaires pour éviter les heures de pointe ou, si ce n'est pas possible, la prise en charge de modes de transport individuels ;
  • la vigilance sur le port du masque et le respect des gestes barrières dans les salles de réunion ou les autres espaces confinés où se trouve le salarié vulnérable ;
  • l'aménagement d'un accès aux espaces de restauration collectifs permettant le respect des gestes barrière ou, si ce n'est pas possible, la recherche de solutions alternatives.

Si le poste de travail le permet, le recours au télétravail peut être envisagé, sur la base d'un accord entre l'employeur et le salarié vulnérable.

A noter : Le ministère du Travail rappelle aux employeurs que les salariés vulnérables qui retournent en entreprise ne doivent pas faire l'objet de discrimination.

 

Spécificités relatives au cadre du plan de Résilience économique et sociale

Les entreprises dont l'activité est affectée par les conséquences économiques de la guerre d'agression russe en Ukraine sont éligibles au dispositif d'APLD.

A noter : ce dispositif est conçu pour faire face à des difficultés durables et que la Dreets ne recommande pas de conclure des accords ou de documents unilatéraux (pris en application d'un accord de branche APLD étendu) d'une durée de quelques mois seulement, notamment au regard de l'application de la règle fixant à 40% le taux maximal d'inactivité.

Montant (4) :

L'employeur reçoit une allocation équivalente à 60% de la rémunération horaire brute limitée à 4,5 fois le taux horaire Smic avec un minimum de 8,92 euros ((montant applicable aux demandes d'indemnisation relatives aux heures non travaillées à compter du 1er janvier 2023). Cette indemnité ne peut pas être inférieure à 8,92 euros, ni être supérieure à un plafond de 35,50 euros par heure chômée.

L'employeur doit verser au salarié une indemnité correspondant à 70 % de son salaire brut par heure chômée. La rémunération maximale prise en compte pour le calcul de l'indemnité horaire est égale à 70% de 4,5 fois le taux horaire du Smic.

Modalités

Il suffisait de suivre la procédure de droit commun. Le Système d'Information sur l'Activité Partielle (SI APART), qui recense les demandes d'activité partielle déposées par les entreprises sur l'extranet activité partielle, a toutefois été mis à jour afin de permettre aux entreprises de cocher un sous-motif supplémentaire, au sein des motifs “toutes autres circonstances exceptionnelles”, intitulé “conséquences du conflit en Ukraine”.

L'utilisation de ce motif autorisait les entreprises à bénéficier de la souplesse prévue par la loi (5) permettant à l'employeur de disposer d'un délai de 30 jours à compter du placement des salariés en activité partielle pour adresser sa demande préalable.

Le mot de l'auteur

Le 08/03/2023

Si les indicateurs virologiques de la pandémie sont à présent réduits à de faibles niveaux, les conséquences de la crise sanitaire se font encore ressentir dans certains secteurs d'activité. Sachez que 2023 marquera la fermeture des dernières aides éphémères.

illustration-question-juridique

Une question vous trotte dans la tête ?

Testez gratuitement notre abonnement en posant votre question
à nos juristes. On vous répond en moins de 24 h !
Nos juristes vous répondent
gratuitement en 24h !

Pour aller plus loin

Nos actualités en lien avec : "Crise sanitaire/Covid-19 : les aides pour soutenir les entreprises"

Par Thibault Hospice le 05/04/2024 • 4828 vues

Le Gouvernement a publié, le 1ᵉʳ juin 2021, son plan d'action destiné aux entreprises dont la situation a été fragilisée par la crise sanitaire. Celui-ci se résumait en 3 points :...


Par Thibault Hospice le 07/03/2024 • 34982 vues

Dispositif exceptionnel de garanties destiné à soutenir le financement bancaire des...


Par Sessi Imorou le 23/02/2024 • 6832 vues

Le plan d'urgence présenté le 16 mars 2022 par le Gouvernement est destiné à limiter les...


Par Marthe Arnou le 08/02/2024 • 7080 vues

Le plan d'urgence présenté dans un communiqué de presse, le 16 mars 2022, de l'ex-Premier...


illustration-rdv-avocat

Vous souhaitez consulter un avocat compétent en droit des entreprises proche de chez vous ?

Retrouvez les coordonnées d'avocats partout en France dans notre annuaire.

Appelez notre équipe au 01 75 75 42 33 pour vous faire accompagner (prix d'un appel local).


20 ans que l’on accompagne
les professionnels

Une équipe de 50 juristes
bac +5 et 700 avocats

Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

+ 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

Ils partagent leurs expériences