Maladie professionnelle : procédures et coût pour l'employeur

illustration aperçu dossier.svg

Maladie professionnelle : procédures et coût pour l'employeur

Découvrez dans notre dossier comment gérer efficacement les accidents du travail et les maladies professionnelles en entreprise. Il vous détaille toutes les procédures et les coûts pour vous permettre d'agir en toute conformité et de garantir la sécurité et la bonne santé de vos salariés !... Lire la suite

18,00€ TTC

Faites votre choix parmi les 2 options suivantes :

Ce dossier seul :

18€ TTC

ou

Illustration question

Ce dossier + tester notre formule CSE sans engagement !

Un juriste répond à vos questions + Accédez en illimité à tous nos documents dont celui-ci

Recommandé

illustration people

Rédigé par un juriste

illustration prêt à l'emploi

Prêt à l’emploi

illustration telechargement immédiat

Téléchargement immédiat


illustration-question

Nos juristes experts vous accompagnent au quotidien

Gagnez en temps et en sérénité, nous répondons à vos questions dans tous les domaines de droit !

Plus d'infos au 01 75 75 36 00 !

Découvrir notre assistance juridique

Le droit plus simple au quotidien

En bref

Maladie professionnelle : l'employeur peut-il contester ?

Avant même que ne survienne une maladie professionnelle, l'employeur se doit de préserver le cadre de travail des salariés de tout danger éventuel. Il s'agit d'une obligation de moyens renforcée, ce qui suppose que l'employeur mette en œuvre tout ce qu'il lui est possible pour assurer efficacement la sécurité et la santé (physique et mentale) de ses salariés. Cette obligation a été consolidée par l'obligation pour l'employeur d'établir une liste de traçabilité des travailleurs exposés à des agents chimiques dangereux pour leur santé. 

L'employeur a tout intérêt à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour éviter qu'un salarié développe une maladie professionnelle puisque cela aura forcément un impact financier pour son entreprise.

Indemnisation du salarié, impact sur le taux de cotisation AT/MP de l'entreprise et hausse de la cotisation AT/MP, le coût pour l'employeur peut rapidement devenir conséquent.

Lorsque, malgré les mesures de prévention mises en place, un tel événement survient, l'employeur doit se tenir prêt car il est fort probable que le salarié victime fasse une demande de reconnaissance du caractère professionnel de la maladie auprès de la Cpam. Dans les cas les plus graves, sa responsabilité peut même être engagée au titre de la faute inexcusable.

Néanmoins, il a la possibilité de contester le caractère professionnel de la maladie.

C'est pourquoi, il est indispensable que chaque employeur puisse identifier quel incident est en lien direct avec l'activité professionnelle du salarié, connaisse son rôle et ses droits tout au long de la procédure de reconnaissance mais également ses recours face au prononcé d'une décision de prise en charge.

N'oubliez pas que certaines obligations vous incombent également (envoi de l'attestation de salaire via la DSN, information du CSE en cas de reconnaissance d'une maladie professionnelle par la Cpam, mise à jour du document unique d'évaluation des risques professionnels...).

Ce dossier vous expose les différentes procédures à connaître, tout comme les coûts que peuvent causer pour un employeur, la reconnaissance d'une maladie professionnelle.

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Votre salarié a fait une demande de reconnaissance auprès de la Cpam pour que sa maladie soit déclaré d'origine professionnelle ? Il estime même que vous ne l’avez pas suffisamment protégé et invoque une faute inexcusable de votre part ? Les ayants-droit d'un salarié décédé des suites d'une maladie professionnelle veulent obtenir réparation ?

Toutes ces situations peuvent avoir des conséquences dramatiques pour la pérennité de votre entreprise. De nombreux leviers existent pour se défendre mais il faut être préparé. 

Qu'est-ce qu'une maladie professionnelle ? Qu'est-ce qu'une maladie professionnelle hors tableaux ? Quelle différence avec un accident de travail et un accident de trajet ? Quelles sont les répercussions sur le contrat de travail ?

Qui doit déclarer une maladie ? Comment déclarer un tel événement ?  Qui indemnise le salarié pris en charge au titre de la législation sur les risques professionnels ? Que devient le contrat de travail du travailleur en arrêt pour maladie professionnelle ?

Comment contester la décision de la Cpam de reconnaître le caractère professionnel d'une maladie ? Quels recours face à une décision de prise en charge de l'Assurance maladie ?

Quel impact sur le taux de cotisation AT/MP de votre entreprise ? Quels sont les différents modes de tarification de la cotisation AT/MP ? Qu'est-ce que la faute inexcusable de l'employeur et quel est le coût pour l'employeur ?

Ce dossier répond à toutes vos questions sur le sujet.

Contenu du dossier :

Ce dossier traite notamment les informations suivantes :

  • la notion de maladie professionnelle ;

  • les différences avec l'accident du travail et l'accident de trajet ;
  • les démarches à effectuer et les délais à respecter

  • la procédure de reconnaissance de la maladie professionnelle  ;

  • la contestation d’une maladie professionnelle ;

  • le montant des indemnités à verser au salarié en AT/MP (capital, rente d'incapacité permanente, indemnités complémentaires...)
  • les recours possibles envers une décision de la Cpam ;

  • la reconnaissance de la faute inexcusable et ses conséquences ;

  • la suspension du contrat de travail du salarié ;

  • les effets de la maladie professionnelle sur le taux de cotisation AT/MP ;

  • les modes de tarification de la cotisation AT/MP ;
  • la nouvelle liste de traçabilité des salariés exposés aux agents pathogènes.

Les notions clés abordées dans ce dossier :

Illustration dossier
icône case à cocher

Maladie professionnelle

icône case à cocher

Contestation de la maladie professionnelle

icône case à cocher

Taux de cotisation

icône case à cocher

Faute inexcusable

icône case à cocher

Indemnisation de la victime

icône case à cocher

Indemnités journalières

icône case à cocher

Effets sur le contrat de travail

icône case à cocher

Sécurité sociale

Le plan du dossier

  • I- Reconnaître une maladie professionnelle
  • Un salarié a contracté le virus Covid-19, est-ce reconnu comme une maladie professionnelle ?
  • Quelle différence entre une maladie professionnelle et un accident du travail ?
  • II. La procédure de reconnaissance d'une maladie professionnelle
  • Quelle est la procédure de reconnaissance d'une maladie professionnelle inscrite aux tableaux ?
  • Quelle est la procédure de reconnaissance d'une maladie professionnelle hors tableau ?
  • Quelle est la procédure de reconnaissance d'une maladie professionnelle inscrite aux tableaux mais qui ne remplit pas toutes les conditions ?
  • III - Les conséquences d'une maladie professionnelle
  • Quelles différences entre incapacité permanente, invalidité et inaptitude au travail ?
  • Qu’est-ce qu’une incapacité permanente professionnelle (IPP)?
  • Que se passe-t-il à l’issue de la déclaration d’une IPP ?
  • Comment se fixe le taux d’IPP ?
  • L'employeur peut-il contester le taux d'IPP attribué au salarié et sous quel délai ?
  • Le salarié victime d’une maladie professionnelle ou d'un accident du travail peut-il engager la responsabilité de l’employeur ?
  • La rupture de la période d'essai est-elle possible en cas de maladie professionnelle ?
  • L'employeur peut-il licencier un salarié en arrêt pour maladie ou un accident professionnel ?
  • Quelle est l’obligation des employeurs concernant les travailleurs exposés à des produits chimiques ?

Ce dossier contient également

letter

1 Modèle de lettre

fiche-express

4 Fiches express

fiche-express

4 Formulaires CERFA

La question du moment

Que se passe-t-il à l’issue de la déclaration d’une IPP ?

Dans le cadre d'une maladie professionnelle hors tableau, le médecin-conseil qui a fixé un taux d'incapacité permanente professionnelle (IPP) prévisionnelle rédige un rapport médical. Ce rapport comportant notamment, le taux d'IPP et les motivations du médecin est transmis à la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM). Deux hypothèses sont à prévoir : 

  • si le taux d'IPP est d'au moins 25 %, la CPAM saisit son comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) en vue d'une expertise individuelle. Le comité régional fixe alors un taux d'IPP définitive, en vertu duquel le salarié sera indemnisé ou non ; 

  • si le taux d'IPP prévisionnelle est inférieur à 25 %, la CPAM fait part de son refus au salarié à travers un courrier recommandé avec accusé de réception (LRAR). S'ouvre alors, une période pendant laquelle le salarié peut solliciter plusieurs types de recours. 

Pour ce qui est d'une maladie présumée professionnelle, le médecin-conseil consulte le certificat médical final établi par le médecin traitant du salarié. Il peut réclamer de nouveaux examens, ou solliciter la CPAM pour qu'elle recueille l'avis du médecin du travail. Au vu des nouveaux éléments, le médecin-conseil produit un rapport indiquant son avis sur l'existence d'une IPP. 

Le dossier est ensuite transmis à la Cpam qui, seule, déterminera définitivement l'existence d'une IPP et son taux. La décision de la CPAM est transmise au salarié par LRAR, ou tout autre moyen donnant date certaine. Un double est envoyé à la caisse de retraite du salarié. En tant qu'employeur, cette décision doit vous être notifiée dans les mêmes formes (1).

Le mot de l'auteur

Le 17/05/2024

L'obligation pour les employeurs d'établir une liste de traçabilité des salariés exposés à des agents peut leur éviter la gestion de nombreuses maladies professionnelles. Faites le point avec notre dossier sur cette question.

Le 27/10/2023

Le Décret n°2023-946 du 14 octobre 2023 crée un nouveau tableau n°30 ter dédié aux cancers du larynx et de l'ovaire provoqués par l'inhalation de poussières d'amiante. Le délai de prise en charge des ces maladies est fixé à 35 ans, sous réserve d'une durée d'exposition de 5 ans et d'avoir exercer l'un des travaux mentionnés au tableau.

Le 12/07/2023

Deux décisions du juge d'appel (CA Amiens, 15 juin 2023 ; CA de La Réunion, 4 mai 2023) sont venus préciser les contours du caractère professionnel de l'accident lorsqu'il survient en télétravail. Elles définissent un critère géographique (le lieu du télétravail) et un critère de temps (la survenance de l'accident pendant ou en dehors des temps de connexion du salarié).

illustration-question-juridique

Une question vous trotte dans la tête ?

Testez gratuitement notre abonnement en posant votre question
à nos juristes. On vous répond en moins de 24 h !
Nos juristes vous répondent
gratuitement en 24h !

Pour aller plus loin

Nos actualités en lien avec : "Maladie professionnelle : procédures et coût pour l'employeur"

Par Caroline Audenaert Filliol le 17/05/2024 • 101269 vues

L'un de vos salariés est en arrêt maladie longue durée. Il ne pourra pas être présent pendant au moins 6 mois et vous appréhendez la gestion de son absence. Devez-vous maintenir son salaire...


Par Sessi Imorou le 29/04/2024 • 5792 vues

Une étude de Malakoff Humanis, confirmée par le rapport d'enquête de WTW, révèle qu’en...


Par Helias CHETANEAU le 24/04/2024 • 42712 vues

Dans plusieurs arrêts du 13 septembre 2023, la Cour de cassation a mis fin à certaines...


Par Alexandra Marion le 12/04/2024 • 2942 vues

Une cotisation accident du travail/maladie professionnelle (AT/MP) est à la charge de...


illustration-rdv-avocat

Vous souhaitez consulter un avocat compétent en droit du travail proche de chez vous ?

Retrouvez les coordonnées d'avocats partout en France dans notre annuaire.

Appelez notre équipe au 01 75 75 42 33 pour vous faire accompagner (prix d'un appel local).


20 ans que l’on accompagne
les professionnels

Une équipe de 50 juristes
bac +5 et 700 avocats

Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

+ 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

Ils partagent leurs expériences