Les représentants du personnel bénéficient d'une certaine protection contre des sanctions abusives des employeurs.

Oui, vous pouvez sanctionner un représentant du personnel

Sanctionner la faute professionnelle du délégué du personnel au CSE

Comme tout salarié, si un membre du CSE (comité social et économique) commet une faute, il peut faire l'objet d'une sanction disciplinaire.

Ainsi, vous pouvez prononcer toute sanction disciplinaire à un représentant du personnel, ce qui peut aller du simple avertissement au licenciement pour faute grave ou lourde.

Le mandat représentatif n'autorise pas le salarié à commettre des fautes professionnelles et encore moins à ce que ses fautes ne soient pas sanctionnées. Il est soumis à votre pouvoir disciplinaire.

Important :

Vous ne devez pas commettre d'abus. Vous ne pouvez pas sanctionner le salarié en raison de son mandat, il doit s'agir d'une sanction en raison de la faute du salarié. La sanction ne doit pas être liée au mandat représentatif du salarié.

Attention à la faute dans l'exercice du mandat du délégué

Vous ne pouvez pas engager une action disciplinaire contre un représentant du personnel s'il s'agit d'une irrégularité dans l'exercice de son manda...

Prolongez votre lecture... Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !

Je m'inscris

Accédez à tous nos articles gratuitement et recevez chaque semaine toute l'actualité juridique décryptées par Juritravail

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

retard à une réunion CSE par exemple). En effet, lorsqu'il est dans l'exercice de son mandat, le membre du CSE n'est pas sous la subordination de son employeur. En revanche, s'il y a un abus du salarié, d'une particulière gravité, l'employeur pourra prononcer une sanction disciplinaire (par exemple s'il y a une perte de confiance, des répercussions sur l'entreprise, sur la santé et sécurité des salariés etc). Consultation du CSE pour licencier un représentant du personnel La procédure de sanction du représentant du personnel Comment sanctionner un membre du CSE qui a commis une faute disciplinaire ? Sanction légère (avertissement, blâme…) Pour les sanctions légères, sans incidence sur les conditions ou le contrat de travail, il n'y a pas de procédure spécifique à respecter. Vous pouvez prononcer un avertissement, un blâme, un rappel à l'ordre par exemple, comme pour tout salarié, sans spécificité. Sanction plus forte (mise à pied, mutation, rétrogradation) En revanche, pour toutes sanctions qui touchent aux conditions de travail (mise à pied disciplinaire) ou au contrat de travail (mutation disciplinaire, rétrogradation disciplinaire), il vous faudra (1) : convoquer le salarié à un entretien préalable ; déroulement de l'entretien : le salarié peut être assisté par une personne de l'entreprise ; informer le salarié de son droit d'accepter ou de refuser la modification des conditions ou du contrat de travail qu'entraîne la sanction disciplinaire ; obtenir son accord pour cette modification => accord écrit signé par le salarié et l'employeur ; notifier la sanction. En cas de refus du représentant du personnel, il vous faudra soit renoncer à la sanction, soit envisager le licenciement mais pour un autre motif que son refus (2). Il faudra donc que le motif soit assez grave pour justifier un licenciement. Vous devrez alors respecter la procédure de licenciement d'un salarié protégé. Tout savoir sur la modification du contrat d'un salarié protégé Licenciement du représentant du personnel Pour le licenciement du représentant du personnel, une procédure spécifique est à respecter : convocation à l'entretien préalable à licenciement ; déroulement de l'entretien ; consultation du CSE s'il existe dans l'entreprise ; demande d'autorisation de licenciement à l'inspecteur du travail ; notification du licenciement. L'autorisation de l'inspecteur du travail est nécessaire pour vérifier que le licenciement n'a pas de lien avec le mandat du délégué du personnel au CSE. Pour cela, il procède à une enquête contradictoire et donne son accord ou son refus dans les 2 mois qui suivent la demande d'autorisation. A défaut de réponse de l'inspecteur dans ce délai, l'autorisation de licenciement est réputée rejetée. Licenciement d'un représentant du personnel, ce qu'il faut retenir : Le licenciement disciplinaire d'un membre du CSE répond donc à la procédure classique, applicable à tout salarié, mais l'avis du CSE et la demande d'autorisation à l'Inspecteur du travail s'ajoutent. Il est indispensable que le licenciement ou la sanction n'ait aucun lien avec le statut de représentant du personnel. Licencier un représentant du personnel : procédure à suivre 👓 A lire également : Sanctionner un fait fautif : quel délai avez-vous ? Liberté d'expression du CSE : 4 erreurs à ne pas commettre Sanctionner un salarié : comment évaluer et choisir la sanction ? Toutes les possibilités de rupture du contrat de travail d'un salarié protégé !  

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail