Logo Juritravail

Accueil » Droit de la Santé - Droit Médical » Droit du Patient » Forum

Forum Droit de la Santé

Forum Droit du Patient

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


Harcelement moral, humiliation, intimidation par le psychiatre

Visiteur

Le 03-07-2020 à 19:54

TRADUCTION DICTIONNAIRE CONJUGAISON SYNONYMES CONTEXT
 
Correcteur en ligne : correction de textes, orthographe et grammaire
Correcteur d'orthographe et de grammaire
Les espaces de plus ont été supprimés
Bonjour;
Je vous écris car je suis en incomprehension suite à ma consultation avec mon psychiatre.
Je me sens mieux psychologiquement pour ma part je suis sortie de ma dépression de 8 années.
Je reprends gout a la vie, je cuisine, je m'occupe de la maison, des papiers et surtout l'arrivée de mon enfant, je prépare mon avenir professionnel en appelant les organismes concernés, je sors dans la nature , j'ai des passions...
Certes le COVD 19, nous a mis financièrement dans le rouge, j'ai été voir une assistante sociale qui m'a conseillée pour nous en sortir, C'est la première année qu'ont la vie cela !
Je suis une personne redevenue " NORMAL'
Lors de la consultation, DR a préféré me dire que j'étais en phase maniaque et quil faut remonter le dosage malgré ma grossesse en cours ...
Je me suis opposée contre cette prise de médicament.
Il me dit que mes projets etais irréalisable, ma perte de poids pas normal et que je dors peu.
Que si je ne prends pas son traitement, il irait plus loin pour lui je suis en danger, hospitalisation forcée et mise sous curatelle.
Je finis par céder et accepter son traitement malgré que je trouve cela abusée.
Je ne comprends pas quand 20 minutes de consultation il peut diagnostiquer un compte rendu sachant qu'il ne vit pas avec c'est patient.
Pour moi, j'ai subi un harcèlement moral, humiliation et intimidation
JE NE SUIS PAS MAITRE DE Moi-même....


Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Moderateur

    Le 04-07-2020 à 08:37

      + 1000 messages


    Bonjour.

    Nous ne sommes pas médecins.

    Et le harcèlement ce n'est pas cela.

    Vous avez un litige de différence d'appréciation de votre état qu'il ne nous appartient pas d'évaluer ni de trancher.

    Rien ne vous oblige à prendre ce traitement si vous n'en voulez pas. (Attention, ce n'est surtout pas un conseil).

    Si le courant ne passe plus avec votre psy, avez-vous envisagé d'en changer ?

    Cdt.
    0
    + -
  • Moderateur

    Le 09-07-2020 à 10:02

      + 1000 messages


    Bonjour,

    Vous dites que dans votre relation thérapeutique avec ce psychiatre " JE NE SUIS PAS MAITRE DE Moi-même..." ce qui est vrai car il y a une réelle privation de liberté, ou du moins la perspective d'en être privée lorsqu'un médecin envisage pour vous des soins sans consentement.

    Impossible ici, sur un forum à vocation juridique, de porter un avis sur la position de votre médecin. Ce que l'on peut dire est que cette position met en balance d'un côté un devoir de protection vis-à-vis du patient, et de l'autre côté le respect de sa liberté.

    Avant que d'en arriver à cette privation de liberté que représente une mesure de soins sans consentement il existe plusieurs conditions : que le trouble psychiatrique nécessite bien sûr des soins; que ces soins soient d'une nécessité immédiate, on ne saurait les différer sans exposer le patient à un risque, et qu'ils fassent l'objet d'un suivi rapproché (constant ou du moins régulier); enfin, condition essentielle, qu'il y ait impossibilité pour le patient de consentir.

    La faculté de consentir peut être considérée comme compromise dans certains troubles jugés sévères, et notamment les troubles que l'on appelle bipolaires parce qu'ils alternent des périodes de profonde dépression et des phases dites maniaques. Lors de ces versants maniaques l'on peut se sentir extrêmement bien, avec la tentation d'arrêter des traitements dont on n'éprouve plus le besoin, on se sent à nouveau capable de plein de choses et il est exact, comme l'a remarqué votre psychiatre, que cet état s'accompagne de peu de sommeil tellement on se sent dynamisé(e).

    Je pense que vous avez fait le bon choix en consentant, même à reculons, à la poursuite et à l'adaptation du traitement prescrit. Certes, j'ai bien compris que c'est en quelque sorte une négociation en échange de ne pas subir, sous la demande d'un tiers, une hospitalisation pour instituer un programme de soins sans consentement.

    Aussi vous y gagnez d'éviter cette procédure pénible, et votre médecin pareillement car ce n'est jamais de gaieté de coeur qu'il lui aurait fallu se résoudre peut-être à engager cette procédure.

    S'agissant de l'aspect juridique je vous indique le lien vers le Code de la santé publique, article L3212-1, en cliquant ici => beta.legifrance.gouv.fr


    cordialement
    zen maritime 
    0
    + -
  • Visiteur

    Le 04-06-2021 à 12:27

      visiteur


    Le harcellement psychiatrique est le comportement normal des psychiatres des CMP.Il faut absolument s'y soustraire mais c'est difficile car les menace de cette sorte dangereuse de psy, a pour complice les autorités.
    C'est grâce a un policier qui m'a conseillé de changer de département et de prendre un psy libéral que je m'en suis sorti.
    Moderateur

    Le 04-06-2021 à 13:37

    Bonjour,

    De là à penser que nous vivons en France sous le régime de l'ex-URSS et de sa psychiatrie répressive à la solde du pouvoir, il n'y aurait qu'un pas si l'on vous suivait dans cette voie

    cordialement
    zen maritime 
    +1
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Retour en haut de la page