Autorité parentale

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Autorité parentale

La loi n°2002-305 du 4 mars 2002 a remanié l'article 371-1 du Code civil en disposant que "L'autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l'intérêt de l'enfant". Elle appartient au père et à la mère jusqu'à la majorité ou l'émancipation de l'enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé, et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne. Les parents associent l'enfant aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité. "L'expression "droit de garde" et l'adjectif "légitime" pour caractériser l'enfant né d'un couple marié, ont disparu du langage juridique.

Parmi les dispositions remarquables, il convient de noter que :

  • l'obligation alimentaire des parents à l'égard de leurs enfants ne cesse pas de plein droit avec la fin de de l'exercice de l'autorité parentale.
  • L'exercice du droit de visite et d'hébergement ne peut être refusé au parent qui n'exerce pas l'autorité parentale que pour des motifs graves. Justifie légalement sa décision de limiter, dans l'intérêt des enfants, l'exercice du droit de visite et d'hébergement du père au territoire français, la cour d'appel qui constate que celui-ci refuse de se conformer aux décisions de justice et s'oppose au retour de son fils en France où réside la mère. (1ère CIV. - 17 janvier 2006).
  • sauf si les deux parents manifestent leur souhait que l'autorité parentale soit exercée en commun, lorsque, par reconnaissance volontaire ou par jugement déclaratif, la filiation n'est établie à l'égard d'un des parents que plus d'un an après la naissance de l'enfant, l'autorité parentale n'appartient qu'à celui des deux parents qui a reconnu l'enfant le premier. Les déclarations conjointes sont reçues par le Greffier du Tribunal de grande instance.
  • en cas d'adoption simple par une personne mariée agissant seule, l'autorité parentale peut être conférée conjointement à celui des deux époux qui a adopté seul, et à son conjoint même non adoptant, si ensemble ils en font la déclaration conjointe au Greffier du Tribunal de grande instance.
  • C'est le juge aux affaires familiales qui règle les questions qui lui sont soumises relativement à la personne du mineur. Il peut notamment homologuer les conventions que passent les parents relativement aux modalité de l'exercice de l'autorité parentale, fixe la contribution à l'entretien et à l'éducation du mineur, peut faire porter sur le passeport de l'enfant une interdiction de quitter le territoire. Il peut substituer sa décision à celle des parents s'il estime que leurs accords n'ont pas respectés les intérêts du mineur. Il peut même être saisi d'office par le Procureur de la République ou par un parent ou par un tiers. Les décisions statuant sur la dévolution et les modalités de l'exercice de l'autorité parentale concernant un enfant dont les parents sont séparés ne sont pas des décisions relatives au divorce et doivent donc être rendues en chambre du conseil, en application du premier alinéa de l'article 1074 du code de procédure civile, dans sa rédaction du décret n° 2004-1158 du 29 octobre 2004. (1re Civ. - 6 février 2008, BICC n°682 du 15 mai 2008).
  • la séparation des parents est sans incidence sur l'exercice de l'autorité parentale. En dehors de toute procédure de divorce ou de séparation de corps, toute modification du lieu de résidence de l'enfant doit être dénoncée à celui chez qui le mineur n'est pas résident. Le juge aux affaires familiales peut modifier cette résidence, fixer la contribution des parents à son entretien et à son éducation. Il peut décider de la constitution d'une rente indexée, d'un usufruit ou d'un abandon de biens. Le parent chez lequel l'enfant ne réside pas conserve le droit et le devoir de surveiller l'entretien et l'éducation de l'enfant. Dans un Avis n° 005 (BICC n° 647 du 01/10/2006), la Cour de cassation a estimée qu'en cas de divorce, de séparation de droit ou de fait des époux ou de cessation de la vie commune des concubins et lorsque les parents exercent conjointement l'autorité parentale et bénéficient d'un droit de résidence alternée sur leur enfant qui est mis en oeuvre de manière effective et équivalente, l'un et l'autre des parents doivent être considérés comme assumant la charge effective et permanente de leur enfant au sens de l'article L. 513-1 du code de la sécurité sociale. Elle a précisé que la règle de l'unicité de l'allocataire prévue à l'article R. 513-1 du code de la sécurité sociale ne s'oppose pas à ce que, lorsque la charge effective et permanente de l'enfant est partagée de manière égale entre les parents, en raison de la résidence alternée et de l'autorité parentale conjointe, le droit aux prestations familiales soit reconnu alternativement à chacun des parents en fonction de leur situation respective et des règles particulières à chaque prestation.

  • L'autorité parentale peut être déléguée par le juge aux affaires familiales à un parent, à un tiers notamment à un organisme d'aide à l'enfance. Cette délégation peut avoir lieu sur l'initiative des parents, mais aussi d'office en cas de désintérêt manifeste ou si les parents sont dans l'incapacité d'exercer leurs devoirs à l'égard de l'enfant. Dans le cas de délégation de l'autorité parentale le jugemen, t qui intervient peut décider qu'elle sera partagée en tout ou partie avec le tiers auquel elle est déléguée. La première chambre civile a jugé (1re Civ. - 16 avril 2008. BICC n°687 du 15 septembre 2008) qu' aucune disposition légale n'impose au juge de choisir, par priorité, parmi les membres de la famille, le tiers à qui il délègue tout ou partie de l'autorité parentale. Le juge doit seulement rechercher si les circonstances exigent une telle délégation et si elle est conforme à l'intérêt de l'enfant.
  • Dans un arrêt du 24 février 2006, (Cass. 1re civ., 24 févr. 2006), rendu sur l'avis contraire de l'avocat général, la Cour de cassation a jugé que l'intérêt supérieur des enfants peut justifier, que l'autorité parentale soit partagée entre une mère et sa compagne. C'est aussi, en se fondant sur l'intérêt supérieur de l'enfant que dans un arrêt du 17 Mars 2006, la Première Chambre de la Cour de cassation (Cass. 1re civ., 14 mars 2006, n° 493) a jugé que le parent qui exerce conjointement l'autorité parentale ne peut se voir refuser un droit de visite que pour des motifs graves tenant à l'intérêt supérieur de l'enfant.

    La loi du 4 mars 2002 n'a touché qu'aux dispositions intéressant la personne de l'enfant. Quant aux biens du mineur, cette administration est aussi conjointe lorsque le mineur a ses deux parents. Le législateur a estimé que quant aux actes de gestion courante concernant les biens, cette situation était suffisante pour que l'un des époux assure la surveillance des actes de gestion que fait l'autre époux sur les biens de leurs enfants mineurs communs.

    S'il se produit un désaccord entre eux, le juge aux affaires familiales qui, dans ce rôle a été substitué par la loi n°93-22 du 8 janvier 1993 et le décret 93-091 du 16 septembre 1993 au Juge des Tutelles qui était précédemment compétent, règle leur conflit. Une autorisation du juge est nécessaire dès qu'il s'agit pour les parents, de faire, quant aux biens qui lui appartiennent, un acte grave au nom du mineur, tel qu'un emprunt, la vente ou l'apport en société d'un bien immeuble ou d'un fonds de commerce.

    Aux termes de l'article 372 du Code civil dans sa rédaction issue de la loi n° 2002-305 du 4 mars 2002, rendu applicable à l'espèce par l'article 11 de la même loi, lorsque la filiation est établie à l'égard des deux parents plus d'un an après la naissance d'un enfant dont la filiation est déjà établie à l'égard de l'autre, celui-ci reste seul investi de l'exercice de l'autorité parentale. En conséquence, une telle reconnaissance n'a pas pour effet d'instituer l'autorité parentale conjointe ni de transférer à la mère l'autorité parentale ; le père reste donc, dans ce cas, seul investi de l'autorité parentale. Consulter à cet effet l'arrêt rendu par la Cour d'appel de Limoges (1ère et 2ème Ch. réunies) le 8 septembre 2004 qui est résumé au BICC n°607 du 1er nov. 2004.

    Voir aussi les rubriques :

  • Filiation.
  • "Naturel (enfant)".



  • Textes :

  • C. civil, art. Code civil, 17-3, 202, 220-1, 228, 258, 285-1, 331, 345-1, 348, 348-2, 350, 365, 371-1, 372, 372-2, 373, 373-1, 373-2, 373-2-1, 373-2-7.
  • L. n°93-22 du 8 janv. 1993 créant le juge aux affaires familiales.
  • CPC, art. 1179 et s.
  • L. n°2002-305 du 4 mars 2002 (suppression des art. 287 à 295 et 1100 du C. civ, création ou modification des art. 62, 75, 247, 256, 310-1, 340-6, 365, 368, 371-2, 371-4, 372, 373, 373-1, 373-2 à 373-2-13, 373-3, 375-3, 377, 377-1, 390, 402, 1072,


  • Bibliographie :

  • Boulanger (F.), Modernisation ou utopie ? : la réforme de l'autorité parentale par la loi du 4 mars 2002", D. 23 mai 2002, n° 20, Chr., p. 1571- 1577.
  • Carbonnier, note sous Cass. civ I, 11 mai 1977, JCP. 1977, II, 18833.
  • Daadouch (Ch.), L'autorité parentale. MB Edition, Droit mode d'emploi, 2003.
  • Fossier (Th.), L'intervention du juge des tutelles dans la séparation de fait des parentrs légitimes, JCP, 1987, I, 3291. (attention tenir compte de la loi du 8 janv. 1993).
  • Fulchiron, V°Autorité parentale, Rep. civ. Dalloz.
  • Garé (T.), L'enquête sociale dans la désunion des parents, Rev. Trim. dr. civ. 1987, 692.
  • Gobert (M.), Le droit de la famille dans la jurisprudence de la Cour de cassation, BICC n°673 du 15 décembre 2007).
  • Mazeaud (H.), (L.), (J.), Chabas (F.), Leveneur (L.), Leçons de droit civil. 01. 3, La Famille : mariage, filiation, autorité parentale, divorce et séparation de corps. - 7e éd, Paris : Montchrestien, 1995.
  • Texte tiré du site « www.dictionnaire-juridique.com » avec l'autorisation des auteurs
    © Serge Braudo , Conseiller honoraire à la Cour d'appel de Versailles
    et Alexis Baumann, avocat au barreau de Paris

    Vos Questions - Nos réponses

    Quelles sont les différentes sanctions disciplinaires ?
    Mon employeur veut me sanctionner. Quelles sont les étapes de la procédure ?
    Que peut faire mon employeur en cas de petites fautes répétées ?
    Quels délais doit respecter mon employeur lorsque celui-ci veut me sanctionner ?
    Quelles sanctions disciplinaires sont interdites ?
    Qu’est-ce qu’une faute simple ?
    Ai-je le droit de m'absenter pour suivre une formation ?
    Bilan de compétences : pour qui et comment en bénéficier ?
    Quelles sont les formations rémunérées ?
    Validation des acquis professionnels : comment l'obtenir ?



    A voir également

    Salaire et congés de l'assistante maternelle
    Spécial salariée d'une société ou d'une association
    Agrément de l'assistante maternelle
    Contrat de Travail et Clauses : CDI temps complet ou partiel, clause de non-concurrence
    Salaire de l'employé de maison



    A la Une

    Droit immobilier : baux d’habitation et sous-location Airbnb
    Les employeurs d’au moins 50 salariés ont jusqu’au 31 décembre 2020 pour se mettre en conformité
    Le plafonnement des indemnités de licenciement validé par la Cour de Cassation
    Droit du travail : faute lourde & indemnité de congés payés
    Aide exceptionnelle de fin d'année pour les bénéficiaires de minimas sociaux



    Actualite

    Tous à vos contrats : une clause de non concurrence doit obligatoirement être accompagnée d’une contrepartie financière
    Lettre de convocation à l’entretien préalable : exercice périlleux pour l’employeur et éventuelle aubaine pour le salarié !
    Peut-on être le salarié de son conjoint ?
    Le salarié peut-il obtenir des dommages-intérêts malgré un licenciement justifié et / ou régulier ?
    Mettre à profit un arrêt de travail pour maladie afin de s’essayer à une nouvelle activité professionnelle
    Pouvez-vous vous fier à votre rémunération contractuelle ?
    De réelles difficultés économiques ne suffisent pas à justifier un licenciement économique
    Les jours de grève sont-ils rémunérés ?
    Les temps de pause : quand l’employeur doit payer…
    Dénonciation de l’usage : le Comité d’entreprise est incontournable.



    Top dossiers sur le sujet

    Licenciement pour inaptitude : procédure à suivre
    Comment licencier un salarié pour faute grave : procédure & lettres types
    Licenciement économique : vérifier le respect de la procédure
    Accident de travail : déclaration, durée & indemnisation
    Maladie professionnelle : demander sa reconnaissance
    Congé maternité : droits, indemnisation, démarches...



    30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


    © 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés