Annualisation du temps de travail : comment calculer et gérer ?

nouveauté

Droit des Employeurs - Droit Social

Professionnel

Page 0 du dossier Annualisation du temps de travail : comment calculer et gérer ?
Page 1 du dossier Annualisation du temps de travail : comment calculer et gérer ?

Rédigé par Rédaction Juritravail - Mis à jour le 03 Juillet 2020

4.0 (4 avis)

📌 Annualisation du temps de travail : ce qu’il faut savoir

- c’est un dispositif d’aménagement du temps de travail pour faire face aux fluctuations d’activité ;

- il permet notamment de décompter le temps de travail sur l’année ;

- un accord collectif doit être conclu, sauf exceptions ;

- le décompte des heures supplémentaires est spécifique;

- les durées maximales de travail et les durées de repos minimales doivent impérativement être respectées. A défaut, vous vous exposez à des sanctions pénales.


Pour en savoir plus et agir en toute sécurité, consultez le dossier !



Votre entreprise connaît des
périodes de hausse et de baisse d’activité et vous souhaitez augmenter ou réduire le rythme de travail de vos salariés.

Pour autant, vous préférez éviter de déclencher le seuil des heures supplémentaires et respecter le droit au repos de chacun.

Depuis la loi du 20 août 2008, il existe un régime unique d’aménagement du temps de travail ayant remplacé les nombreux dispositifs de décompte (modulation, annualisation, temps partiel modulé, travail par cycle, etc).

Ainsi, vous pouvez aménager le rythme de travail dans l’entreprise soit par le biais d’un accord collectif, soit sur simple décision unilatérale.

Comment mettre en oeuvre un aménagement du temps de travail dans l’entreprise ? Quelles sont les conditions pour aménager le temps de travail sur simple décision unilatérale ? Que doit contenir l’accord collectif ? Comment opérer le décompte du temps de travail ?

Si vous aviez signé un accord de modulation du temps de travail avant 2008, sachez qu'il est toujours valable et que vous pouvez continuer de l'appliquer à vos salariés dans les conditions du régime juridique antérieur, bien que le dispositif de modulation ait été abrogé.

Si vous souhaitez mettre en place un système d’aménagement des horaires, en revanche, les modalités ont changé. Venez découvrir comment procéder.



Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Modulation du temps de travail
  • Annualisation
  • Aménagement du temps de travail sur plusieurs semaines
  • Négociation de l'accord collectif
  • Solutions à l'échec des négociations
  • Décompte et rémunération des heures supplémentaires
  • Décision unilatérale

Plan détaillé du dossier

25 Questions Essentielles

  • I. La modulation du temps de travail (accord conlu avant le 22 août 2008)

  • A quoi sert la modulation du temps de travail ?

  • Que doit contenir l'accord de modulation ?

  • Les salariés peuvent-il refuser la modulation ?

  • Puis-je mettre en place une modulation pour les salariés à temps partiel ?

  • En cas de modulation, comment dois-je rémunérer le salarié ?

  • En cas de rupture du contrat, puis-je demander au salarié de me rembourser le supplément de rémunération versée ?

  • La modulation du temps de travail est-elle concernée par la loi TEPA (dispositif abrogé) ?

  • Que suis-je tenu de faire en cas de modification du calendrier de modulation du temps de travail ?

  • Comment dois-je décompter les absences pour régulariser la rémunération ?

  • Puis-je contraindre les salariés à récupérer toutes leurs absences ?

  • Que faire figurer sur le bulletin de paie du salarié en termes de durée du travail ?

  • II. L'aménagement du temps de travail sur plusieurs semaines (après le 22 août 2008)

  • Puis-je aménager le temps de travail sur plusieurs semaines sans conclure d’accord collectif ?

  • Que doit contenir l'accord sur l'aménagement du temps de travail ?

  • Que puis-je faire en cas d'échec des négociations ?

  • Dois-je consulter les représentants du personnel dans le cadre de la mise en place d’un aménagement du temps de travail ?

  • Dois-je demander l'accord des salariés lors de la mise en place de l'aménagement du temps de travail ?

  • Le comité social et économique demande à être consulté. Est-ce une obligation ?

  • Suis-je tenu de respecter une durée maximale de travail ?

  • Comment dois-je comptabiliser les heures supplémentaires ?

  • Quelle est la durée maximale journalière de travail d’un salarié ?

  • Quelle est la différence entre durée quotidienne de travail et amplitude journalière ?

  • Quelle est la durée maximale hebdomadaire de travail d’un salarié ?

  • Qu’est-ce que je risque si je ne respecte pas les durées maximales de travail ?

Voir les autres questions essentielles

2 Fiche(s) express

  • Aménager le temps de travail sur une période supérieure à la semaine

  • Maîtriser les durées du travail

7 Avis des juges

  • Les temps de pause intégrés au compteur annuel de modulation

  • L’aménagement du temps de travail n’est pas otage de l’accord collectif

  • Organisation du travail sur l’année : une CCN peut la prévoir sous certaines conditions

  • La preuve des sommes figurant au compte épargne-temps : elle n’incombe pas spécialement à l’une des parties

  • Le rythme de travail d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi doit être prévu sur la semaine et non sur l’année

  • Modulation et modification, du pareil au même

  • Travail de nuit : repos obligatoire en contrepartie

Voir les autres avis des juges


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Votre activité connaît des fluctuations et vous souhaitez bénéficier d'une certaine souplesse quant à l'emploi du temps de vos salariés.

Le dispositif d'aménagement du temps de travail sur plusieurs semaines vous le permet : en modifiant le cadre du décompte de la durée du travail, vous adaptez la durée du travail à la réalité de l'entreprise sans avoir à supporter le paiement des heures supplémentaires ou la mise en place du chômage partiel

Ce régime vous permet de pouvoir décompter le temps de travail de vos salariés sur une période supérieure à une semaine. Cette période et au plus égale à l’année si un accord collectif le prévoit, et peut aller jusqu’à 3 ans si un accord de branche le prévoit. Sous certaines conditions, vous pouvez même aménager unilatéralement les horaires de vos salariés.

Nous répondons à toutes vos questions sur la mise en oeuvre du dispositif d’aménagement du temps de travail ainsi que sur le sort des accords de modulation conclus avant 2008 et la législation antérieure.   


▶️Faites vous aider par notre service juridique externalisé et mutualisé◀️

Contenu du dossier :

Ce dossier contient toutes les informations relatives au régime unique de l’aménagement du temps de travail :

  • l'ancien régime de modulation du temps de travail (contenu de l'accord, conditions...) ;
  • le nouveau dispositif d'aménagement du temps de travail ;
  • la négociation et la conclusion de l'accord ;
  • le contenu obligatoire de l'accord ; 
  • la mise en place du dispositif sur décision unilatérale ;
  • la procédure de mise en œuvre (information des représentants du personnel, accord du salarié) ;
  • le décompte des heures supplémentaires.

N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Le mot de l'auteur

Pour rappel : le dispositif de modulation du temps de travail a été abrogé le 22 août 2008. Les accords de modulation conclus avant cette date restent applicables dans l'entreprise. Désormais, il est possible de conclure un accord d'aménagement de la durée du travail sur plusieurs semaines et sur une période au plus égale à l'année.

Rédaction Juritravail Juriste rédacteur web

142

Articles publiés

185

Documents rédigés


Les dernières actualités sur cette thématique

Sécurisation des forfaits-jours : inopposabilité d’un avenant de révision antérieur à l’entrée en vigueur de la loi Travail le 7 novembre 2019

À défaut d’avoir soumis au salarié une nouvelle convention de forfait en jours après le 1er avril 2016, date de l’entrée en vigueur de l’arrêté d’extension de l’avenant n° 22 du 16 décembre 2014 relatif aux cadres...

Voir +

Droit de grève et ripostes de l'employeur : "lock-out"

Le « lock-out » consiste en la fermeture de l'entreprise par l'employeur. Il peut être préventif, concomitant au mouvement de grève ou a posteriori. Il constitue une riposte de l'employeur à l'exercice du droit de grève. 

Voir +

Obligations de l'employeur d'un journaliste pigiste

Si l'employeur d'un journaliste pigiste employé comme collaborateur régulier est tenu de lui fournir régulièrement du travail sauf à engager la procédure de licenciement, il n'est pas tenu de lui fournir un volume de travail constant.

Voir +


La question du moment

Dois-je consulter les représentants du personnel dans le cadre de la mise en place d’un aménagement du temps de travail ?

Si l'employeur met en place un aménagement du temps de travail sur une période de 4 ou 9 semaines maximum (selon l'effectif de l'entreprise) par décision unilatérale, il doit au préalable consulter le CSE ou le conseil d'entreprise (ou, dans les entreprise comportant les anciennes institutions représentatives du personnel, le CE, ou, à défaut, les DP) (1).

Dans cette hypothèse, l'employeur doit également :

  • établir un programme indicatif de la variation de la durée du travail ;
  • soumettre pour avis au CSE (s'il existe) ce programme avant sa première mise en oeuvre (2). Le CSE est également consulté en cas de modification du programme indicatif ;
  • communiquer au moins une fois par an au CSE (ou l'ancienne institution CE ou, à défaut, aux DP) un bilan de la mise en œuvre du programme indicatif de la variation de la durée du travail (3) ;
  • prévenir les salariés des changements de leurs horaires de travail dans un délai de sept jours ouvrés au moins avant la date à laquelle ce changement intervient (3).

Si l'employeur met en place un aménagement du temps de travail sur une période plus large, donc par accord collectif :

  • s'il existe encore un CHSCT, celui-ci est consulté avant la négociation et la mise en place (4). Ni le CSE, ni le CE et ni les DP, n'ont à être consultés.
  • si le CSE est mis en place, celui-ci n'a pas à être consulté sur la négociation et la mise en oeuvre de l'accord collectif (5).

A noter : dans les deux hypothèses (mise en place par décision unilatérale de l'employeur ou accord collectif), le CSE ou le conseil d'entreprise (ou le CE, à défaut les DP, dans les entreprises où il existe les anciennes institutions) est informé et consulté périodiquement dans le cadre des consultations récurrentes portant sur la politique sociale de l'entreprise, les conditions de travail et l'emploi (6)Il convient donc néanmoins de consulter le CSE à ce titre.

Le CSE ou le conseil d'entreprise (ou le CE, à défaut les DP pour les entreprises détenant les anciennes institutions) est consulté en cas d'application directe d'une convention collective de branche mettant en place un régime pluri-hebdomadaire d'aménagement du temps de travail (5).


Les avis des internautes

4.0

Note moyenne sur 4 avis

  • 3

    le 20/06/2020

  • 4

    LE DOSSIER EST ECRIT SIMPLEMENT ET PEUT ETRE LU PAR QUIQUONQUE.

    le 26/09/2017

  • 5

    TB

    le 17/01/2017

  • 4

    le 08/01/2016

Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés