ACTUALITÉ Calculer les cotisations sociales

Quel est le coût d’un salarié au SMIC pour une entreprise ?


Par Alice Lachaise, Juriste rédactrice web - Modifié le 24-12-2021

Quel est le coût d’un salarié au SMIC pour une entreprise ?

Vous envisagez de recruter un salarié ? Vous pensez lui proposer une rémunération au Smic. Néanmoins, embaucher un salarié implique des frais supplémentaires qu'il ne faut pas négliger pour déterminer votre budget global. Quel est le coût d'un salarié au Smic ?

Montant du Smic mensuel brut revalorisé le 1er janvier 2022

1.603,12 EURSmic brut mensuel

À compter du 1er janvier 2022, le montant mensuel brut du Smic s'élève à 1.603,12 euros, soit 10,57 euros par heure (au lieu de 10,48 euros entre le 1er octobre et le 31 décembre 2021) (1).

Si vous embauchez un salarié au Smic, vous devez obligatoirement lui verser ce salaire minimum.

Attention

Cette revalorisation a une incidence sur les salaires de tous les salariés au SMIC. Avec cette hausse, les salariés au SMIC devront être augmentés pour que leur salaire ne soit pas inférieur au nouveau montant 2022.

Pensez à vérifier la convention collective applicable au sein de votre entreprise. Celle-ci prévoit peut-être un minimum conventionnel plus élevé.

Entre le minimum légal et le minimum conventionnel, vous devez verser au salarié le salaire le plus élevé des deux.

Cotisations et contributions obligatoires sur les salaires

Lorsque vous embauchez un salarié, vous devez vous acquitter de certaines cotisations et contributions obligatoires.

Celles-ci correspondent en règle générale à 42% du montant du salaire brut.

Néanmoins, pour les salaires ne dépassant pas 1,6 fois le Smic (soit 2564,99 euros mensuels b...

Prolongez votre lecture... Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !

Je m'inscris

Accédez à tous nos articles gratuitement et recevez chaque semaine toute l'actualité juridique décryptées par Juritravail

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

s), les employeurs bénéficient d'une réduction générale des cotisations patronales (ex-réduction Fillon) (2). L'assiette de la réduction générale s'applique sur les cotisations et contributions suivantes : allocations familiales : 3,45% contribution au Fonds national d'aide au logement (FNAL) : 0,10% pour les entreprises de moins de 50 salariés et 0,50% pour les entreprises de 50 salariés et plus ; assurance maladie, maternité, invalidité, décès : 7% ;  contribution solidarité autonomie (CSA) : 0,30% ; assurance vieillesse : 8,55% (plafonnée) + 1,90% (non plafonnée) ; part de la cotisation AT/MP : 0,70% ; contribution d'assurance chômage : 4,05 % ; retraite complémentaire : 4,72% ; contribution d'équilibre général (CEG) : 1,29%. Cette réduction générale de charges peut donc atteindre 32,06% pour les entreprises de moins de 50 salariés et 32,46% pour les entreprises de 50 salariés et plus. 💡 À savoir : Le dispositif ne s'applique que pour les salariés titulaires d'un contrat de travail au titre duquel l'employeur est tenu à l'obligation d'assurance contre le chômage. Il concerne les salariés à temps plein ou à temps partiel, en contrat à durée indéterminée (CDI) ou à durée déterminée (CDD) ainsi que les salariés en contrat de professionnalisation et d'apprentissage, soumis à l'assurance chômage (3). Les employeurs, dont les salariés sont mis à disposition, peuvent bénéficier de la réduction générale pour les rémunérations qui leur sont versées, y compris les groupements d'employeurs. ⚠ L'entreprise bénéficiaire de la mise à disposition ne peut pas prétendre à la réduction générale. Coûts supplémentaires pour l'employeur Compléments de rémunération En plus du montant du Smic mensuel et des cotisations et contributions patronales afférentes, vous devez tenir compte des éventuels compléments de salaire que vous pourriez accorder à votre salarié, notamment : titres-restaurant ; remboursement des frais de transport à hauteur de 50% ; mutuelle d'entreprise ; prime de 13ème mois, prime de vacances ; prime de participation ou d'intéressement... Coûts indirects liés à l'embauche Pensez également à évaluer les coûts indirects liés à son embauche : frais d'adhésion à la médecine du travail ; aménagement et équipement de son poste de travail ; formation du salarié ; coût du recrutement (diffusion de l'offre d'emploi, recours à un cabinet de recrutement, organisation des entretiens d'embauche...) ; les dépenses engendrées lors de la fin du contrat (indemnité de congés payés, indemnités de précarité pour les salariés en CDD, indemnité légale de licenciement ou de rupture conventionnelle...). Lorsque vous embauchez un salarié, sachez que vous devez effectuer certaines formalités obligatoires notamment la déclaration préalable à l'embauche. Vous avez besoin d'informations juridiques par téléphone ? D'un accès à toute la base documentaire Juritravail ? Abonnez-vous ! Découvrez nos offres Juritravail

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail