Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Embaucher un Salarié » Recourir au Contrat à Durée Déterminée (CDD) » Mettre fin au CDD : rupture anticipée, fin de la mission, indemnité de précarité » Rupture du CDD : comment rompre de manière anticipée ? » Modèle(s) de Lettre(s)

Modèle(s) de Lettre(s) Rupture du CDD : comment rompre de manière anticipée ?

Convention de rupture anticipée d’un CDD d’un commun accord

Dans quel cas utiliser ce modèle ?

Vous avez embauché un salarié par un contrat à durée déterminée, mais vous ne souhaitez pas poursuivre la relation de travail. Il est possible de rompre le contrat de travail à durée déterminée de façon anticipée et ce, d'un commun accord.

 

Cette possibilité est également offerte au salarié, qui peut vous proposer cette rupture amiable anticipée. Vous êtes libre d'accepter ou de refuser puisque le principe est que la rupture est d'un commun accord.

Télécharger

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Début du modèle

Entre les soussignés :

 

La société (nom de la société) au capital de…….(montant du capital social) dont le siège sociale est à …….. au……..(adresse)……..immatriculée au R.C.S de ………(ville) sous le numéro…….(numéro SIRET), représentée par …..(nom du représentant) en qualité de……(fonction/qualité du représentant), d'une part ;

 

Ci-après dénommé l'Employeur

Et :

 

Monsieur/Madame …..(NOM Prénom), né le ……..(date de naissance), à …….(ville) de nationalité …….(nationalité), demeurant au ……..(adresse), immatriculé à la Sécurité sociale sous le n°……… (numéro) d'autre part.

 

Ci-après dénommé l'Employé

 

 

Préalablement à leur convention, les ...

Télécharger

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Notre conseil :

La rupture anticipée du CDD doit réellement résulter d'un commun accord : elle ne doit pas refléter votre seule volonté de mettre un terme au contrat.

 

Si l'initiative du salarié est plus marquée que celle de l'employeur, le salarié risque d'être redevable de dommages et intérêts et ne pourra prétendre aux allocations chômage.

 

Si l'initiative de l'employeur est trop marquée, la rupture pourra être considérée comme intervenant en dehors des cas de rupture anticipée autorisés et elle ouvre droit pour le salarié à des dommages et intérêts d'un montant au moins égal aux rémunérations qu'il aurait perçues jusqu'au terme du contrat, sans préjudice de l'indemnité de fin de contrat prévue à l'article L. 1243-8 (Article L1243-4 du Code du travail).

 

Cependant, faire signer au salarié un document contenant son acceptation d'une rupture d'un commun accord n'est pas nécessairement suffisant pour prouver la volonté réelle du salarié. Seule une lettre écrite librement par le salarié intéressé peut être prise en compte (Cass. Soc. 6 octobre 2004, n° 02-44323 D).


Les garanties Juritravail

  • Rédigé par des juristes
  • Constamment mis à jour
  • Téléchargement sécurisé
  • Garanti Satisfait ou remboursé

Autres thèmes associés




© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés