ACTUALITÉ Gérer les jours fériés

Les jours fériés dans le secteur de la coiffure


Par L'équipe Juritravail , Juriste rédacteur web - Modifié le 28-09-2018

Les jours fériés dans le secteur de la coiffure

Patron d'un salon de coiffure, vous êtes soucieux d'allier au mieux, l'activité de votre entreprise et le calendrier annuel des jours fériés. Vous savez que vos salariés relèvent de la convention collective nationale de la coiffure et des professions connexes du 10 juillet 2006 (IDCC 2596). Néanmoins, vous ignorez quels en sont les détails en matière de jours fériés. Quels sont-ils ? Quels sont les droits et les avantages de vos employés ? Nous faisons le point pour vous.


3 jours fériés chômés

Sachez que, parmi les particularités de la convention collective nationale de la coiffure figure celle relative aux jours fériés. Rappelons que le Code du travail désigne 11 jours fériés (1).

La convention prévoit que tous les salariés bénéficient de 3 jours fériés chômés - c'est-à-dire des jours où ils ne travaillent pas - le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier, sans que leur rémunération mensuelle soit pour autant réduite (2).

Il s'agit d'une disposition plus favorable que le Code du travail puisque ce dernier ne prévoit que le 1er mai comme jour férié chômé (3).

4 jours travaillés sur les 8 jours fériés restants

Concernant les 8 jours fériés restants (lundi de Pâques, 8 mai, Ascension, lundi de Pentecôte, 14 juillet, Assomption, Toussaint, 11 novembre), vous ne pourrez faire travailler vos salariés que 4 jours au maximum.

En revanche, une dérogation est possible. Vous pouvez faire appel au volontariat de vos salariés et par accord écrit de leur part, le maximum de 4 jours fériés travaillés peut être porté à 5.

Contrepartie des jours fériés travaillés

En cas de jours fériés travaillés, vous avez le choix entre :

  • majorer à 100% les heures effectuées ;
  • compense...

Prolongez votre lecture... Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !

Je m'inscris

Accédez à tous nos articles gratuitement et recevez chaque semaine toute l'actualité juridique décryptées par Juritravail

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

edit jour travaillé par 1 journée de repos compensateur (temps de repos pour compenser les heures supplémentaires réalisées par un salarié). La convention collective mentionne, de manière expresse, que ce système de rémunération ou de compensation se substitue aux majorations liées au paiement d'heures supplémentaires (4).

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail