Convocation à un entretien préalable à un licenciement pour faute lourde avec mise...

illustration aperçu lettre.png

Modèle de lettre : Convocation à un entretien préalable à un licenciement pour faute lourde avec mise à pied à titre conservatoire (entreprise sans représentant du personnel)

Photo de Lorène Bourgain

Rédigé par Lorène Bourgain

Mis à jour le jeudi 4 janvier 2024

1119 utilisateurs ont déjà consulté ce modèle de lettre

Vous êtes employeur et votre entreprise n'a pas de représentant du personnel. Vous envisagez de sanctionner un salarié et vous souhaitez le convoquer à un entretien préalable à un éventuel licenciement. Téléchargez notre modèle de lettre de convocation à un entretien préalable à un licenciement pour faute lourde avec mise à pied à titre conservatoire, rédigé par nos juristes.... Lire la suite

4,80€ TTC


illustration people

Rédigé par un juriste

illustration prêt à l'emploi

Prêt à l’emploi

illustration telechargement immédiat

Téléchargement immédiat

En bref

Vous envisagez de sanctionner un salarié et, au vu de la gravité des faits reprochés (avec intention de nuire à l’entreprise), vous n’excluez pas de le licencier pour faute lourde. 

Vous convoquez le salarié à un entretien préalable à un éventuel licenciement. 

Il n’y a pas de représentants du personnel élus ou désignés dans votre entreprise ou dans l’unité économique et sociale à laquelle appartient votre entreprise.

La recommandation de l'auteur

Votre convention collective applicable peut prévoir des dispositions particulières (par exemple, quant aux délais), que vous devrez respecter. N’oubliez pas de la consulter.

Les motifs de la sanction disciplinaire n’ont pas à être précisés dans la lettre de convocation à l’entretien préalable (Cass. Soc., 14 novembre 2000, n°98-44117), sauf dispositions conventionnelles contraires (Cass. Soc. 9 janvier 2013, n°11-25646).

Dans le cadre d’une procédure disciplinaire, cette convocation doit être envoyée au plus tard dans un délai de 2 mois suivant la connaissance des faits fautifs par l’employeur (article L1332-4 du Code du travail).

Rappel : la mise à pied conservatoire n’est pas un préalable obligatoire à une procédure de licenciement pour faute grave.

Ce que dit la loi

L’employeur qui envisage de licencier un salarié le convoque, avant toute décision, à un entretien préalable, y compris lorsque le salarié a commis une faute grave (Cass. Soc., 22 mars 1979, n°78-40634). Cette convocation est faite par lettre recommandée ou par lettre remise en main propre contre décharge (article L1232-2 du Code du travail). 

L’entretien préalable a lieu, au plus tôt, 5 jours ouvrables après la présentation de la lettre recommandée ou la remise en main propre (article L1232-2 du Code du travail). Tous les jours de la semaine sont des jours ouvrables, à l’exception du jour de repos hebdomadaire et des jours fériés habituellement non travaillés dans l’entreprise. Ainsi, pour une convocation remise en main propre ou reçue le mercredi, l’entretien aura lieu au plus tôt le mercredi suivant (les 5 jours ouvrables sont : jeudi, vendredi, samedi, lundi et mardi).

La lettre de convocation doit indiquer l’objet de l’entretien, le jour, l’heure et le lieu de l’entretien, ainsi que la possibilité pour le salarié de se faire assister : 

  • soit par une personne de son choix appartenant au personnel de l’entreprise ;
  • soit, lorsqu’il n’y a pas d’institutions représentatives du personnel dans l’entreprise, par une personne de son choix appartenant au personnel de l'entreprise ou par un conseiller du salarié choisi sur une liste dressée par l'autorité administrative (article L1232-4 du Code du travail). 

En principe et sous réserve d’exception, l’entretien doit avoir lieu pendant le temps de travail, au lieu de travail, ou au siège social de l’entreprise. 

Lorsqu’une irrégularité a été commise, notamment si le licenciement d’un salarié intervient sans que les règles légales, conventionnelles ou statutaires relatives à la convocation à l’entretien préalable aient été respectées, mais pour une cause réelle et sérieuse, le juge accorde au salarié, à la charge de l’employeur, une indemnité pouvant aller jusqu’à 1 mois de salaire si le salarié peut démontrer l’existence d’un préjudice (article L1235-2 du Code du travail).

illustration-question-juridique

Une question vous trotte dans la tête ?

Testez gratuitement notre abonnement en posant votre question
à nos juristes. On vous répond en moins de 24 h !
Nos juristes vous répondent
gratuitement en 24h !

Pour aller plus loin

illustration-question

Nos juristes experts vous accompagnent au quotidien

Gagnez en temps et en sérénité, nous répondons à vos questions dans tous les domaines de droit !

Plus d'infos au 01 75 75 36 00 !

Découvrir notre assistance juridique

Le droit plus simple au quotidien

Nos actualités en lien avec : "Convocation à un entretien préalable à un licenciement pour faute lourde avec mise à pied à titre conservatoire (entreprise sans représentant du personnel)"

Par Sessi Imorou le 12/06/2024 • 1137083 vues

Vous avez décidé, d'un commun accord avec votre salarié, de mettre un terme au contrat à durée indéterminée (CDI) qui vous lie. Vous allez conclure une rupture conventionnelle. Afin de ne...


Par Sessi Imorou le 31/05/2024 • 273364 vues

Vous avez engagé une procédure de licenciement à l'encontre de l'un de vos salariés. Après...


Par Yoan El Hadjjam le 31/05/2024 • 171716 vues

Lorsqu'un salarié est déclaré inapte à exercer son activité professionnelle, l'employeur...


Par Thibault Hospice le 30/05/2024 • 147847 vues

Pour que la rupture conventionnelle du contrat de travail à durée indéterminée (CDI) soit...


illustration-rdv-avocat

Vous souhaitez consulter un avocat compétent en droit du travail proche de chez vous ?

Retrouvez les coordonnées d'avocats partout en France dans notre annuaire.

Appelez notre équipe au 01 75 75 42 33 pour vous faire accompagner (prix d'un appel local).


20 ans que l’on accompagne
les professionnels

Une équipe de 50 juristes
bac +5 et 700 avocats

Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

+ 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

Ils partagent leurs expériences