ACTUALITÉ Frais professionnels, déplacements : comment calculer et rembourser le salarié ?

Rembourser les frais professionnels : mode d’emploi


Par Yoan El Hadjjam , Juriste rédacteur web - Modifié le 18-10-2021

Rembourser les frais professionnels : mode d’emploi

Dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions, les salariés peuvent être amenés à engager des frais professionnels. L'employeur doit alors prendre à sa charge les dépenses exposées par ses salariés. Quels sont les frais professionnels qui doivent être remboursés par l'employeur ? Quelle méthode choisir pour rembourser les frais professionnels ? Faut-il choisir un remboursement sur la base des dépenses réellement engagées par le salarié ou sous forme d'allocations forfaitaires ? Découvrez le mode d'emploi pour rembourser les frais professionnels

Quels frais professionnels doivent faire l'objet d'un remboursement par l'employeur ?

Les frais professionnels s'entendent des charges de caractère spécial inhérentes à la fonction ou à l'emploi du travailleur salarié (ou assimilé) et que celui-ci supporte au titre de l'accomplissement de ses missions pour l'entreprise.

Bulletin Officiel de la Sécurité Sociale (BOSS)

Il arrive fréquemment qu'un salarié engage des dépenses pour les besoins de son activité professionnelle. C'est ce que l'on appelle les frais professionnels.

Il s'agit notamment :

  • des frais d'utilisation d'un véhicule personnel à des fins professionnelles ;
  • des frais de grands déplacements ;
  • des frais de mobilité ;

Ces frais professionnels doivent faire l'objet d'un remboursement de la part de l'employeur.

En effet, les frais qu'un salarié justifie avoir exposés pour les besoins de son activité professionnelle et dans l'intérêt de l'employeur doivent lui être remboursés sans qu'ils ne puissent être imputés sur la rémunération qui lui est due, à moins qu'il n'ait été contractuellement prévu qu'il en conserverait la charge moyennant le versement d'une somme fixée à l'avance de manière forfaitaire et à la condition que la rémunération proprement dite du travail reste au moins égale au SMIC (1).

Les remboursements de frais professionnels au salarié peuvent, sous certaines conditions, être exclus de l'assiette de cotisations de sécurité sociale ainsi que de l'assiette de la CSG et de la CRDS.

📌 Bon à savoir : 

L'employeur n'est pas tenu de prendre en charge le coût des tests de dépistage covid de ses salariés. En effet, ces tests ne sont pas considérés comme frais professionnels. 

Comment rembourser les frais professionnels ?

Le remboursement des frais professionnels peut être réalisé selon différentes modalités (2) :

  • sur la base des dépenses réellement engagées par le salarié ;
  • sous la forme d'allocations forfaitaires.

Indemnisation des frais professionnels sur la base des dépenses réellement engagées

L'employeur a la possibilité de rembourser les frais professionnels sur la base des dépenses réellement engagées par le salarié, sur présentation de justificatifs.

Si l'administration en fait la demande, l'employeur doit être en mesure de produire ces justificatifs.

Les remboursements de frais professionnels effectués par l'employeur, sur la base des dépenses réellement engagées par le salarié, ne peuvent être exonérés de cotisations sociales que dans les conditions suivantes :

  • si les frais engagés par le salarié peuvent être accompagnés de justificatifs suffisamment précis pour en établir la réalité et le montant ;
  • et s'il est clairement démontré que les frais exposés l'ont été dans l'intérêt de l'entreprise et ne sont pas d'un niveau exagéré.

Aucun plafond d'exonération ne s'applique puisque les frais professionnels sont remboursés sur la valeur réelle des dépenses engagées.

Bon à savoir :

Pour les catégories de frais professionnels suivantes, le remboursement doit obligatoirement être réalisé sur la base des dépenses réellement engagées :

  • les frais engagés par le salarié en situation de télétravail (cependant, par souci de simplification, il est admis que des allocations forfaitaires puissent être versées au salarié en télétravail) ;
  • les frais engagés par le salarié à des fins professionnelles pour l'utilisation des outils issus des nouvelles technologies de l'information et de la communication ;
  • les indemnités destinées à compenser les frais de déménagement exposés par le salarié  ;
  • les indemnités destinées à compenser les frais exposés par le salarié envoyé en mission temporaire ou muté en France par une entreprise étrangère et qui ne bénéficie pas du régime de détachement, et par le salarié d'une entreprise française détaché à l'étranger qui continue de relever du régime général ;
  • les indemnités destinées à compenser les frais exposés par le salarié en mobilité professionnelle de la métropole vers les territoires français situés outre-mer et inversement, ou de l'un de ces territoires vers un autre.

Le remboursement de ces frais sous la forme d'allocations forfaitaires n'est pas possible.

Indemnisation des frais professionnels sous la forme d'allocations forfaitaires

À l'exception des 5 cas pour lesquels le remboursement sur la base des frais réels est obligatoire, l'employeur a également la possibilité d'effectuer le remboursement des frais professionnels sous forme d'allocations forfaitaires.

Les allocations forfaitaires allouées au salarié peuvent être exonérées de cotisations sociales, dans la limite de certains plafonds revalorisés chaque année au 1er janvier.

👓 Vous aimerez aussi cet article : Frais professionnels 2021 - Allocations forfaitaires - Limites d'exonérations

Les allocations forfaitaires versées n'excèdent pas les plafonds d'exonération fixés

À partir du moment où le montant des allocations forfaitaires allouées au salarié est inférieur ou égal aux plafonds d'exonération fixés, l'employeur n'a pas à justifier les dépenses engagées par le salarié au titre des frais professionnels.

La totalité des allocations forfaitaires est exclue de l'assiette des cotisations sociales.

En effet, les allocations forfaitaires bénéficient d'une présomption d'utilisation conforme.

Autrement dit, elles sont réputées être utilisées par le salarié conformément à leur objet, c'est-à-dire, pour le remboursement des dépenses qu'il a engagées.

L'employeur doit simplement pouvoir démontrer que les allocations forfaitaires correspondent aux situations de fait.

Les allocations forfaitaires versées excèdent les plafonds d'exonération fixés

En revanche, lorsque le montant des allocations forfaitaires versées au salarié excèdent les plafonds d'exonération fixés, deux situations peuvent se présenter :

  • soit l'employeur n'établit pas les circonstances de fait qui ont conduit le salarié à exposer des frais supplémentaires dans l'exercice de ses fonctions : les allocations versées sont réintégrées en totalité dans l'assiette des cotisations puisqu'elles constituent dès lors des compléments de rémunération ;
  • soit l'employeur établit les circonstances de fait qui ont conduit le salarié à engager des dépenses supplémentaires : deux situations peuvent se présenter :

- l'employeur produit des justificatifs afin de prouver que les allocations forfaitaires ont été utilisées conformément à leur objet : elles sont alors intégralement exclues de l'assiette des cotisations ;

- l'employeur n'est pas en mesure de prouver que les allocations forfaitaires versées au salarié ont été utilisées conformément à leur objet : elles sont alors réintégrées dans l'assiette des cotisations seulement pour la fraction excédant les plafonds d'exonération.

À retenir :

L'employeur a l'obligation de rembourser les frais professionnels engagés par le salarié pour les besoins de son activité professionnelle.
Ce remboursement peut être réalisé sous la forme d'une prime calculée sur la base des dépenses réellement exposées (frais réels) ou sous la forme d'allocations forfaitaires.
Le remboursement des frais professionnels peut être exonéré des cotisations et contributions sociales.

Références :
(1) Cass. Soc. 25 février 1998, n°95-44096
(2) Arrêté du 20 décembre 2002 relatif aux frais professionnels déductibles pour le calcul des cotisations de sécurité sociale

Sources :
Bulletin Officiel de la Sécurité Sociale (BOSS)
Urssaf


À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail