photo de Caroline Audenaert Filliol

Ce dossier : 

Répondre à un appel d'offres

a été rédigé par Caroline Audenaert Filliol, Juriste

Formation Professionnelle

Professionnel

personnages illustrant Juritravail

Répondre à un appel d'offres

aperçu du sommaire du dossier Répondre à un appel d'offres

Rédigé par Caroline Audenaert Filliol - Mis à jour le 14 septembre 2018

En tant que chef d’une entreprise privée, vous envisagez de soumissionner à une procédure de passation d’un marché public ? Vous vous estimez lésé du fait d’un manquement de l’administration dans la procédure ? C’est le coursier que vous avez mandaté qui n’a pas respecté les termes du contrat ? Obligations de l’administration, du transporteur de plis, constitution et dépôt du dossier, entente, sous-traitance, recours éventuels : nous vous éclairons sur l’ensemble de ces démarches.


Descriptif du dossier

En tant que chef d’une entreprise privée, vous envisagez de soumissionner à une procédure de passation d’un marché public ? Vous vous estimez lésé du fait d’un manquement de l’administration dans la procédure ? C’est le coursier que vous avez mandaté qui n’a pas respecté les termes du contrat ? Obligations de l’administration, du transporteur de plis, constitution et dépôt du dossier, entente, sous-traitance, recours éventuels : nous vous éclairons sur l’ensemble de ces démarches.


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Appel d’offres & marché public

  • Candidature groupée et sous-traitance

  • Entente et offre de couverture

  • Procédure de candidature et délai

  • Retard et responsabilité du coursier

  • Egalité de traitement et concurrence

  • Non-respect de la procédure et sanctions


Plan détaillé du dossier

Nos dossiers sont composés de plusieurs questions essentielles. Il s'agit des questions les plus fréquemment posées sur le thème du dossier. Nos juristes répondent à ces questions de manière précise et succincte pour vous faciliter la compréhension du droit.

11 Questions Essentielles

Voir les autres Questions Essentielles


Ce dossier contient également


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Dans le cadre d’un appel d’offres opportun pour votre entreprise, vous avez besoin d’être guidé sur la procédure à suivre avant de faire parvenir votre dossier à la personne publique initiatrice du projet.

Votre dossier est constitué et vous vous interrogez sur les modalités de dépôt : délais à respecter, date de soumission à retenir pour la recevabilité du dossier, retard de l’envoi imputable au transporteur du pli, etc.

Soyez vigilant dans vos démarches, car pour répondre aux principes de liberté d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures, la procédure d’appel à la concurrence répond à un cadre strict et une erreur du soumissionnaire peut constituer un motif d’irrecevabilité de la candidature.

Contenu du dossier :

Notre dossier vous permet de candidater à un appel d’offres, conformément aux règles relatives aux marchés publics. Nous traitons des informations relatives :

  • à la concurrence et aux ententes entre entreprises ;

  • à la candidature de groupes ;

  • aux offres de couverture ;

  • à l’importance de la fixation du juste prix ;

  • aux délais de dépôt du dossier ;

  • aux conséquences d’une réception hors délai ;

  • à la responsabilité du coursier ;

  • à la sous-traitance de marché public.


La question du moment

Quel est le risque pour moi d’avoir sous-traité une partie de l’exécution d’un contrat de marché public ?

La sous-traitance consiste, pour un entrepreneur principal titulaire d'un marché, à déléguer une partie des tâches qui lui sont confiées par l'administration maître d'ouvrage, à un autre prestataire.  Le titulaire d'un marché public peut, sous sa responsabilité, sous-traiter l'exécution de ce marché public. Pour les marchés publics de travaux ou de services ainsi que pour les marchés publics de fournitures comportant des services ou des travaux de pose ou d'installation dans le cadre d'un marché public de fournitures, les acheteurs peuvent exiger que certaines tâches essentielles soient effectuées directement par le titulaire (1).

Chaque sous-traitant doit être présenté au maître de l'ouvrage, qui doit :

  • accepter chaque sous-traitant ;
  • accepter les conditions de paiement(2).

 

Si l'entrepreneur principal ne respecte pas ses obligations de présenter les contrats de sous-traitance, il perd les droits que lui aurait attribués le contrat à l'égard du sous-traitant. Il demeure, dans tous les cas, personnellement responsable de l'exécution du marché vis-à-vis du maître de l'ouvrage mais il perd, en l'absence d'agrément, ses recours contre le sous-traitant si les défauts d'exécution lui sont imputables. Il sera donc tenu comme seul responsable de tous les désordres pouvant affecter les prestations exécutées (3). En outre, il devra lui-même payer le sous-traitant, puisque l'absence d'agrément ne permet pas à celui-ci d'exercer l'action en paiement direct auprès du commanditaire du marché (4).

Le défaut de présentation du sous-traitant au pouvoir adjudicateur du marché peut également constituer une faute imputable à l'entrepreneur principal qui peut être sanctionnée par la résiliation du contrat de marché public (5). Cette résiliation peut être de deux types :

  • elle peut être simple : la personne publique supporte les conséquences de la résiliation mais le titulaire déchargé de ses obligations ne peut percevoir d'indemnisation à ce titre ;
  • elle peut être aux frais et risques du titulaire : le titulaire défaillant supporte le surcoût de la passation d'un marché de substitution portant sur les prestations restantes.

La qualification de la résiliation retenue par le pouvoir adjudicateur peut toutefois être discutée devant le juge administratif du contrat, qui a seul pouvoir pour décider des conséquences pécuniaires de ladite résiliation.

Ces dispositions sont également applicables aux sous-traitants des sous-traitants.


N'attendez plus ! Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un langage clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat



Les dernières actualités sur cette thématique

  • La relance par les marchés publics : le relèvement des seuils

    Le 23 juillet 2020 est paru au Journal Officiel le décret n° 2020-893 du 22 juillet 2020 portant relèvement temporaire du seuil de dispense de procédure pour les marchés publics de travaux et de fourniture de denrées alimentaires.

    Voir +
  • Marchés publics : un candidat ne peut pas se noter lui-même

    Une méthode de notation des offres par laquelle le pouvoir adjudicateur laisse aux candidats le soin de fixer la note qu'ils estiment devoir leur être attribuée est, par elle-même, de nature à priver de portée utile le critère ou sous-critère en cause.

    Voir +
  • Le repreneur d’un candidat en redressement judiciaire peut-il poursuivre la candidature ?

    Le repreneur d'une entreprise candidate à l'attribution d'un marché public qui a été placée en redressement judiciaire après la date limite de dépôt des offres peut-il poursuivre la candidature ? Les entreprises placées en redressement judiciaire sont tenues de justifier, lors du dépôt de leur offre, qu'elles sont habilitées, par le jugement prononçant leur placement dans cette situation, à poursuivre leurs activités pendant la durée d'exécution du marché, telle qu'elle ressort des documents de la consultation. Dans l'hypothèse où l'entreprise candidate à l'attribution d'un marché public a été placée en redressement judiciaire après la date limite fixée pour le dépôt des offres, elle doit en informer sans délai le pouvoir adjudicateur, lequel doit alors vérifier si l'entreprise est autorisée à poursuivre son activité au-delà de la durée d'exécution du marché et apprécier si sa candidature reste recevable. Dans la négative, le pouvoir adjudicateur ne peut poursuivre la procédure avec cette société. Lorsqu'il est soutenu devant lui que le placement en redressement judiciaire de l'entreprise, y compris lorsqu'il est intervenu après le dépôt de son offre, affecte la recevabilité de sa candidature, il appartient au juge d'apprécier si cette candidature est recevable et d'annuler, le cas échéant, la procédure au terme de laquelle l'offre de l'entreprise aurait été retenue par le pouvoir adjudicateur. Par ailleurs, la faculté offerte par le pouvoir adjudicateur aux candidats de compléter leur candidature, prévue par les dispositions précitées du I de l'article 52 du code des marchés publics, a pour seul objet de permettre aux candidats de compléter leur dossier avant l'examen des candidatures dans le cas où des pièces seraient absentes ou incomplètes.En revanche, elle n'a pas pour objet et ne saurait avoir pour effet de permettre à un opérateur économique qui reprend une partie des actifs d'un candidat dont la candidature avait été regardée comme ne présentant pas les capacités suffisantes pour exécuter le marché et qui a été placé en liquidation judiciaire à la suite d'un plan de cession, de participer à la procédure de passation d'un marché public alors qu'il n'avait pas lui-même présenté sa candidature. Dans un arrêt 21 octobre 2019, le Conseil d'Etat constate que si le plan de cession arrêté par le tribunal de commerce de Paris a accordé à la société A., au titre des éléments incorporels inclus dans le périmètre de la cession, le "droit de se présenter comme successeur de la société" P., la société A. a une personnalité juridique distincte de cette dernière. Sa candidature présentée le 23 janvier 2014, dans le cadre d'une simple prorogation du délai de remise de pièces complémentaires relatives aux candidatures déjà déposées, ne pouvait être assimilée à celle qu'avait présentée la société P. avant la date limite de dépôt fixée au 18 septembre 2013 par le règlement de la consultation, et qui avait été regardée comme ne présentant pas les capacités suffisantes pour exécuter le marché. Par ailleurs, les capacités professionnelles, techniques et financières de la société A. au regard desquelles sa propre candidature aurait dû être examinée par la commune si elle avait été présentée avant le 18 septembre 2013, ne se confondent pas avec celles de la société P. Ainsi, la cour administrative d'appel de Nancy n'a pas commis d'erreur de droit en estimant que la commune, en n'écartant pas cette nouvelle candidature et en attribuant finalement le marché à cette société, avait méconnu les dispositions des articles 52 et 53 du code des marchés publics ainsi que les principes d'égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures rappelés à l'article 1er de ce code. - Conseil d'Etat, 7ème - 2ème chambres réunies, 21 octobre 2019 (requête n° 416616 - ECLI:FR:CECHR:2019:416616.20191021), commune de Chaumont - https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000039258810&fastReqId=1359674947&fastPos=1 - Code des marchés publics, article 52 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000021019679&cidTexte=LEGITEXT000005627819&dateTexte=20160331&fastPos=3&fastReqId=752097395&oldAction=rechExpTexteCode - Code des marchés publics, article 53 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000029321277&cidTexte=LEGITEXT000005627819&dateTexte=20160331&fastPos=6&fastReqId=1803417635&oldAction=rechExpTexteCode - Code des marchés publics, article 1er - https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do

    Voir +