ACTUALITÉ Suspension du contrat de travail et exercice du mandat

Mise à pied disciplinaire : quelle est la bonne procédure ?


Par Caroline Audenaert Filliol , Juriste - Modifié le 06-04-2018

Mise à pied disciplinaire : quelle est la bonne procédure ?

Les élus du personnel dans l'entreprise, qu'ils soient membres du CSE, du CE, du CHSCT ou délégué du personnel bénéficient d'une protection spécifique qui découle de leur mandat. Les délégués syndicaux bénéficient également de dispositions protectrices. Ainsi, la modification du contrat de travail, la sanction disciplinaire ou le licenciement de ces salariés obéissent à des règles spécifiques. 

La mise à pied disciplinaire

Il s'agit là d'une sanction. La mise à pied disciplinaire, à ne pas confondre avec la mise à pied à titre conservatoire, correspond à la suspension du contrat de travail pendant une durée déterminée, à titre de sanction prise suite à des faits fautifs. Elle entraîne une suspension de l'exécution des obligations découlant du contrat de travail. Le salarié protégé mis à pied à titre disciplinaire n'effectue plus aucune prestation de travail et l'employeur n'est donc pas tenu de lui verser une rémunération pendant ce temps-là.

Par contre, la mise à pied disciplinaire d'un représentant du personnel n'a pas pour effet de suspendre l'exécution de son mandat (1)

Pour le salarié protégé, la mise à pied disciplinaire touche donc aux éléments essentiels de son contrat de travail : il s'agit donc d'une modification de son contrat de travail. Cette modification n'est donc possible qu'avec l'accord du salarié titulaire du mandat. Il doit donc donner son accord écrit et peut donc par conséquent, valablement refuser cette sanction.

En cas de refus, l'employeur a le choix : il peut décider de renoncer à sanctionner le salarié ou prononcer une sanct...

Prolongez votre lecture... Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !

Je m'inscris

Accédez à tous nos articles gratuitement et recevez chaque semaine toute l'actualité juridique décryptées par Juritravail

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

moins lourde. Il peut sinon décider d'engager une procédure de licenciement si les faits le justifient. Il devra alors demander l'autorisation de l'inspecteur du travail (2). Sachez que la mise à pied disciplinaire doit avoir une durée limitée qui doit être indiquée dans le règlement intérieur de votre entreprise. En l'absence de durée maximale de la mise à pied prévue par le règlement intérieur, la sanction prononcée est nulle (3). Vous avez un doute sur sa validité et vous souhaitez contester une sanction prise à votre encontre ? Consultez un avocat spécialisé en droit disciplinaire !

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail