Accueil » Droit du Travail Salarié » Embauche, Contrat de Travail » Entretien et promesse d'embauche » Promesse d'embauche : comment accepter ou rompre & modèles de lettres » Actualités

Actualité Promesse d'embauche : comment accepter ou rompre & modèles de lettres

Votre promesse d'embauche vaut-elle contrat de travail ?

Par , Responsable Editorial web - Modifié le 21-12-2017

Votre promesse d'embauche vaut-elle contrat de travail ? Juritravail

Vous vous apprêtez à démissionner car vous avez trouvé un nouvel emploi dans une autre entreprise. Votre futur employeur vous a d'ailleurs fait une promesse d'embauche. Si jusqu'à présent, la promesse d'embauche valait contrat de travail et était pour vous un gage de sécurité, ce n'est désormais plus systématiquement le cas. La Cour de cassation distingue désormais selon qu'un recruteur vous fait une offre de contrat de travail ou une promesse unilatérale de contrat de travail ! Découvrez les éléments et les conditions permettant de les distinguer afin de ne pas être pris au dépourvu en cas de rétractation de votre futur employeur. 

Il faut distinguer l'offre de contrat de travail et la promesse unilatérale de contrat de travail

Jusqu'à présent, le fait pour un employeur de promettre l'embauche valait embauche. En effet, constituait une promesse d'embauche valant contrat de travail, l'écrit qui précisait l'emploi proposé et la date d'entrée en fonction (1).

Dans la continuité de l'Ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit des obligations (2), la chambre sociale de la Cour de cassation a opéré un revirement de jurisprudence dans deux arrêts du 21 septembre 2017. La promesse d'embauche ne vaut désormais plus systématiquement contrat de travail (3).

En effet, la Cour de cassation distingue l'offre de contrat de travail et la promesse unilatérale de contrat de travail.

La Cour de cassation considère que l'acte par lequel un employeur propose un engagement précisant l'emploi, la rémunération et la date d'entrée en fonction et exprime la volonté de son auteur d'être lié en cas d'acceptation, constitue une offre de contrat de travail.

En revanche, le contrat par lequel une partie, le promettant, accorde à l'autre, le bénéficiaire, le droit d'opter pour la conclusion d'un contrat de travail, dont l'emploi, la rémunération et la date d'entrée en fonction sont déterminés et pour la formation duquel ne manque que le consentement du bénéficiaire, constitue une promesse unilatérale de contrat de travail.


Offre de contrat de travail et promesse unilatérale de contrat de travail : quels effets ?

Jusqu'à maintenant, en présence d'une promesse d'embauche, ni l'employeur, ni le candidat retenu, ne pouvait se rétracter, sauf à justifier d'un motif légitime.

Ainsi, le non-respect par l'employeur d'une promesse d'embauche était assimilé à un licenciement sans cause réelle et sérieuse. Le salarié pouvait alors obtenir réparation devant le Conseil de prud'hommes.

De même, le salarié qui avait accepté la proposition de l'employeur et qui ne respectait pas son engagement pouvait également être condamné à lui verser des dommages et intérêts.

Avec le revirement de jurisprudence opéré par la Cour de cassation, là encore les effets ne sont pas les mêmes pour les parties selon que l'on est en présence d'une offre de contrat de travail ou d'une promesse unilatérale de contrat de travail.

L'employeur qui propose une offre de contrat de travail à un candidat, peut se rétracter librement tant que l'offre n'est pas parvenue au candidat à l'embauche.

En effet, la rétractation de l'offre avant l'expiration du délai fixé par son auteur ou, à défaut, l'issue d'un délai raisonnable, fait obstacle à la conclusion du contrat de travail.

La rétractation engage la responsabilité extra-contractuelle de l'employeur si elle a été formulée avant l'expiration du délai fixé par ce dernier ou, à défaut,  avant l'issue d'un délai raisonnable,.

Exigez une promesse unilatérale : Les contrats légalement formés tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faits

Article 1103 du Code civil

En revanche, si l'employeur a fait une promesse unilatérale de contrat de travail à un candidat, la révocation d'une telle promesse pendant le temps laissé au bénéficiaire pour opter pour la conclusion d'un contrat de travail dont l'emploi, la rémunération et la date d'entrée en fonction sont déterminés, et pour la formation duquel ne manque que le consentement du bénéficiaire, n'empêche pas la formation du contrat de travail promis.

Ainsi, en présence d'une promesse unilatérale de contrat de travail, il importe peu que l'employeur renonce finalement à engager le candidat à l'embauche, même antérieurement à la signature du contrat par ce dernier, puisque la promesse d'embauche engage l'employeur et ceci, même si le candidat à l'embauche n'a pas encore manifesté son accord.

Concrètement, seule la promesse unilatérale de contrat de travail constitue désormais une promesse d'embauche ayant valeur de contrat de travail.

L'offre de contrat de travail étant quant à elle librement révocable par l'employeur et n'offrant pas au salarié la possibilité d'opter pour la conclusion du contrat, elle ne constitue pas une promesse d'embauche.

Par conséquent, si un potentiel futur employeur vous propose une offre de contrat de travail, ne vous précipitez pas et mesurez les conséquences de vos actes avant de donner votre démission à votre actuel employeur.

En résumé :

  • une offre de contrat de travail, assortie d'un délai de réflexion accordé au candidat pour l'accepter, engage l'employeur à l'expiration du délai ou en cas d'acceptation pendant ce délai. La rétractation de l'offre par l'employeur, avant l'expiration du délai, fait obstacle à la conclusion du contrat de travail.

  • la promesse unilatérale de contrat de travail vaut contrat de travail. 

Si votre potentiel futur employeur venait en effet à rétracter son offre de contrat de travail, vous risqueriez de vous retrouver non seulement sans emploi mais également sans revenus.

Juritravail vous aide à comprendre et défendre vos droits au travail : chômage, droit au chômage, cdd... Découvrez nos guides, modèles, questions/réponses rédigés par des Juristes et Avocats. Tout pour vous défendre efficacement.

Références :
(1) Cass. Soc, 15 décembre 2010, n°08-42951
(2) Ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016 portant réforme du droit des obligations
(3) Cass. Soc, 21 septembre 2017, n°16-20103 et n°16-20104



Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité du droit du travail

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Promesse d'embauche : comment accepter ou rompre & modèles de lettres ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Vos Réactions

  • GéGé44 - Visiteur Le 02-10-2017 à 10:42

    Je ne trouve pas votre article très clair. J'ai l'impression que du moment qu'une personne valide une proposition d'Embauche celle-ci n'a plus valeur de promesse d'embauche. pouvez-vous donner un exemple précis de ce qui a valeur ou pas de contrat de travail ? quelle différence faites-vous entre une offre de contrat de travail et une promesse unilatérale de contrat de travail ?
  • piaf666 - Visiteur Le 06-10-2017 à 23:19

    Incompréhensible, vous vous répétez sans clarifier. C'est à croire que vous le faites exprès

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés