Burn-out : identifier les causes et mettre en place des actions de prévention

Droit des Employeurs - Droit Social

Professionnel

Page 0 du dossier Burn-out : identifier les causes et mettre en place des actions de prévention
Page 1 du dossier Burn-out : identifier les causes et mettre en place des actions de prévention

Rédigé par Rédaction Juritravail - Mis à jour le 09 Janvier 2019

Le "burn-out" est considéré comme le mal professionnel du 21ème siècle et est reconnu comme pouvant être une maladie professionnelle. De plus en plus de salariés sont atteints de ce syndrome d’épuisement professionnel. Les symptômes qui le caractérisent sont difficiles à détecter, et aucune définition précise de cette pathologie psychique n’est réellement établie.
Pour autant, tout employeur a l’obligation de veiller à ce que la santé physique et mentale de ses salariés ne soit pas mise à mal. Afin de lutter contre cette forme de dépression au sein de son entreprise, des mesures et des actions de prévention peuvent être mises en place. Vous ne savez pas comment procéder ? Notre dossier vous aide à avoir les bons réflexes.

Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Burn-out
  • Syndrôme d'épuisement professionnel
  • Pathologie psychologique
  • Reconnaissance en maladie professionnelle
  • Prévention des risques
  • Mesures de prévention
  • Lutter contre les risques
  • Conséquences
  • Causes
  • Signes avant-coureurs

Plan détaillé du dossier

16 Questions Essentielles

  • I - Définition et contours du burn-out

  • Que signifie faire un « burn-out » ?

  • Quels sont les signes de l’épuisement professionnel ?

  • Quelles peuvent-être les causes du burn-out ?

  • Quelle est la différence avec le bore-out ?

  • II - Prévention du burn-out au sein de l’entreprise

  • Quelles actions puis-je mettre en place au sein de mon entreprise pour lutter contre le burn-out ?

  • Avec qui puis-je travailler pour mettre en place des actions de prévention dans l’entreprise ?

  • III – Conséquences de la reconnaissance du burn-out en tant que maladie professionnelle

  • Qu’appelle-t-on maladie professionnelle hors tableaux ?

  • Qu'en est-il dans une entreprise ou un établissement de moins de 50 salariés, dispensé de CHSCT ?

  • Qu’est-ce que le CRRMP ?

  • Le burn-out est-il reconnu comme étant une maladie professionnelle ?

  • Comment le CSE peut-il intervenir ?

  • Quel rôle peut avoir le médecin du travail ?

  • Le salarié victime d’un burn-out peut-il être licencié pour inaptitude ?

Voir les autres questions essentielles

1 Fiche(s) express

  • Burn-out : définition et enjeux pour l'entreprise

3 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Lettre de licenciement pour inaptitude d'origine non professionnelle constatée par le médecin du travail

  • Lettre de licenciement pour impossibilité de reclassement suite à une inaptitude d’origine professionnelle

  • Modèle de proposition de reclassement d'un salarié en cas d'inaptitude


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Vous êtes employeur et vous voulez mener une action de prévention liée aux risques psychosociaux dans votre entreprise, afin d’éviter tout risque de burn-out.

Avant tout, vous souhaitez savoir ce qu’est le burn-out ? Quels sont les signes avant-coureurs ? Quelles peuvent-être les conséquences sur la santé ? Quelles actions préventives mettre en place ?

L’un de vos salariés souffre d’une dépression liée au travail, que faire ? Un salarié atteint de burn-out est absent depuis longtemps, pouvez-vous le licencier ? Le burn-out est-il reconnu comme une maladie professionnelle ?

Contenu du dossier :

Ce dossier vous donne les clés pour mettre en place des actions de prévention pour lutter contre l’apparition du burn-out dans votre entreprise. Il aborde les notions suivantes :

  • définition du burn-out ;
  • causes du burn-out ;
  • signes de l’épuisement professionnel ;
  • conséquences du burn-out ;
  • prévention du burn-out en entreprise ;
  • critères de reconnaissance d’une maladie professionnelle ;
  • traitement des demandes de reconnaissance des maladies psychiques ;
  • rôle des comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles ;
  • licenciement pour inaptitude.

Nous mettons également à votre disposition trois modèles de courriers pour vous aider dans vos démarches :
  • lettre de licenciement pour inaptitude d'origine non professionnelle constatée par le médecin du travail ;
  • lettre de licenciement pour impossibilité de reclassement suite à une inaptitude d'origine professionnelle ;
  • modèle de proposition de reclassement d'un salarié en cas d'inaptitude.

N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Les dernières actualités sur cette thématique


La question du moment

Le burn-out est-il reconnu comme étant une maladie professionnelle ?

La loi Rebsamen, sur le dialogue social du 17 août 2015 (1), a inscrit explicitement dans la législation, la possibilité de reconnaître des pathologies psychiques comme maladie professionnelle « hors tableau ».

Si la loi n'a pas inscrit, dans les tableaux de maladies professionnelles, les pathologies psychiques y compris le burn-out ; ce dernier peut néanmoins être reconnu comme telle dès lors que 2 conditions cumulatives sont réunies et après avis motivé du Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CRRMP)(2) :

  • lorsqu'il est établi que le burn-out est essentiellement et directement causé par le travail habituel du salarié ;
  • et qu'il entraîne le décès de celui-ci ou une incapacité permanente d'un taux au moins égal à 25% (3).

Si ces 2 conditions sont remplies, la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) reconnaît l'origine professionnelle de la maladie, après avis motivé d'un CRRMP. Son avis motivé s'impose à la CPAM.

Par ailleurs, un décret du 7 juin 2016 (4) précise les modalités spécifiques applicables au traitement des demandes de reconnaissance des maladies psychiques en tant que maladie professionnelle et facilite la procédure de reconnaissance du caractère professionnel de ces pathologies.

En effet, depuis ce décret l'expertise médicale des comités est renforcée : ils sont désormais composés, en plus du médecin-conseil régional et du médecin inspecteur, d'un professeur des universités-praticien hospitalier ou un praticien hospitalier, particulièrement qualifié en matière de pathologie professionnelle. Pour les pathologies psychiques, le médecin-conseil ou le comité fait appel, chaque fois qu'il l'estime utile, à l'avis d'un médecin spécialiste ou compétent en psychiatrie.

Le décret prévoit la possibilité d'un examen des dossiers les plus simples par 2 médecins au lieu de 3 afin de recentrer et de renforcer l'action des comités sur les cas les plus complexes, parmi lesquels les dossiers de pathologies psychiques.


Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés