Depuis le 1er janvier 2020, le CE, CHSCT et les DP n'existent plus, ils ont été remplacés par le comité social et économique (CSE).

Différence entre obligation d'information et obligation de consultation du CSE

Dans de nombreux cas, l'employeur doit informer ou consulter le CSE (Comité Social et Economique). La différence entre la simple information et l'information-consultation réside dans le fait, pour le CSE, d'émettre un avis ou non.

👉 Lorsque l'employeur est simplement tenu d'informer le CSE, il doit lui transmettre tous les renseignements et documents nécessaires sur le sujet. Le CSE est alors informé et n'a pas à émettre d'avis. Bien évidemment, il peut exprimer son opinion, notamment en vertu de sa liberté d'expression.

👉 Lorsque l'employeur doit informer et consulter le CSE, il doit lui transmettre, avant toute prise de décision, tous les éléments nécessaires à l'étude du sujet. Le CSE doit ensuite émettre un avis motivé et peut poser les questions qu'il souhaite éclaircir.

L'avis ne lie généralement pas l'employeur, c'est-à-dire que l'employeur peut prendre une décision contraire à l'avis du CSE sans que cela ne constitue un manquement (sauf cas particuliers ou l'avis conforme du CSE est obligatoire).

La BDES : une obligation pour la consultation du CSE

Pour que le CSE puisse être consulté valablement, il doit avoir accès aux informations qui lui permettent d'étudier le sujet et d'émettre un avis motivé.

📝 Pour cela, l'employeur a l'obligation de mettre à disposition du CSE, une base de données économique et sociale (BDES). Cette BDES regroupe toutes les informations nécessaires aux consultations récurrentes du CSE (1).

Le CSE doit conserver précieusement les informations qui lui sont transmises. Ces données pourront alors lui servir pour faire la comparaison avec les données fournies l'année suivante.

La mise en place de la BDES est obligatoire dans les entreprises de 50 salariés ou plus. Elle est le support de la consultation du CSE.

Le contenu et l'architecture de la BDES peuvent être négociés par accord collectif (2). En l'absence d'accord, le contenu de la BDES est celui prévu par la loi (3).

L'employeur doit laisser un délai suffisant au CSE pour rendre son avis

1 moisDélai pour que le CSE rende un avis

Lorsque votre employeur est tenu de consulter le CSE, il doit lui laisser le temps nécessaire à l'étude du sujet, pour qu'il puisse rendre un avis valable.

Le délai pour rendre un avis permet notamment au comité :

  • d'examiner les informations transmises ou mises à disposition par l'employeur ;
  • d'obtenir des réponses motivées à ses observations (4).

📅 Ce délai est défini par accord collectif (5). En l'absence d'accord, le comité social et économique dispose d'un délai d'1 mois pour rendre son avis. Ce délai court à compter de la date où les informations ont été mises à disposition.

Après écoulement du délai d'1 mois (ou du délai prévu par l'accord collectif), et si le CSE n'a pas rendu son avis (absence d'avis dans le délai), il est réputé avoir été consulté et avoir rendu un avis négatif (6).

S'il y a intervention d'experts, ce délai sera allongé.

Sur quels thèmes l'employeur doit obligatoirement consulter le CSE ?

Obligation de consultation récurrente

Il existe 3 grandes consultations du CSE (7).

Le comité social et économique est consulté sur :

  • les orientations stratégiques de l'entreprise et leurs conséquences sur l'activité, l'emploi, l'évolution des métiers et des compétences, l'organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l'intérim, à des contrats temporaires et à des stages, sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et sur les orientations de la formation professionnelle (8) ;
  • la situation économique et financière de l'entreprise ainsi que sur la politique de recherche et de développement technologique de l'entreprise, y compris sur l'utilisation du crédit d'impôt pour les dépenses de recherches ;
  • la politique sociale de l'entreprise, les conditions de travail et l'emploi : il s'agit pour le CSE d'être consulté sur l'évolution de l'emploi, les qualifications, le programme pluriannuel de formation, les actions de formation envisagées par l'employeur, l'apprentissage, les conditions d'accueil en stage, les actions de prévention en matière de santé et de sécurité, les conditions de travail, les congés et l'aménagement du temps de travail, la durée du travail, l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et les modalités d'exercice du droit d'expression des salariés dans les entreprises non couvertes par un accord sur l'égalité professionnelle et la qualité de vie au travail contenant des dispositions sur ce droit.

Sauf si un accord collectif en dispose autrement, l'employeur doit vous consulter chaque année sur ces 3 thèmes. Il s'agit en effet d'une consultation annuelle.

Toutes les informations nécessaires à votre consultation sur ces sujets sont insérées dans la BDES mise à votre disposition par l'employeur.

Obligation de consultations ponctuelles

7.500 euros d'amendeSi l'employeur ne respecte pas son obligation de consultation du CSE

L'employeur doit consulter le CSE de façon ponctuelle sur certains sujets. Cela signifie qu'avant de prendre toute décision sur certains thèmes, il doit l'informer et le consulter. Il devra alors rendre un avis, que l'employeur décidera de suivre ou non.

Consultation sur l'organisation, la gestion et la marche générale de l'entreprise

Le CSE doit être consulté avant toute décision portant sur (9) :

  • les mesures de nature à affecter le volume ou la structure des effectifs ;
  • la modification de l'organisation économique ou juridique de l'entreprise ;
  • les conditions d'emploi, de travail, notamment la durée du travail, et la formation professionnelle ;
  • l'introduction de nouvelles technologies, tout aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail ;
  • les mesures prises en vue de faciliter la mise, la remise ou le maintien au travail des accidentés du travail, des invalides de guerre, des invalides civils, des personnes atteintes de maladies chroniques évolutives et des travailleurs handicapés, notamment sur l'aménagement des postes de travail.

A chaque fois que votre employeur entend prendre une décision sur ces sujets, il doit préalablement en informer le comité et le consulter. Le CSE doit alors rendre un avis sur le sujet.

Autres thèmes de consultations obligatoires ponctuelles

Avant toute décision sur les thèmes suivants, l'employeur doit consulter le CSE (10) :

  • sur l'éventuelle mise en oeuvre de moyens ou techniques de contrôle de l'activité des salariés (comme un dispositif de vidéosurveillance par exemple) (11) ;
  • sur les projets de restructuration et compression des effectifs ;
  • sur les offres publiques d'acquisition ;
  • sur les opérations de concentration ;
  • sur un projet de licenciement économique d'un salarié protégé (12) ;
  • consultation du CSE sur la mise en place du chômage partiel dans l'entreprise.

📌 A savoir :

Un accord d'entreprise ou un accord avec le comité social et économique, peut définir les modalités des consultations (contenu, périodicité, nombre de réunions annuelles, articulation) (5).

Il peut également prévoir la possibilité pour le CSE d'émettre un avis unique portant sur tout ou partie des thèmes de consultation.

Un accord d'entreprise peut aussi fixer les délais dans lesquels les avis sont rendus dans le cadre des consultations.

⚠ Si l'employeur ne procède pas à son obligation de consultation, il commet un délit d'entrave et peut être condamné à 7.500 euros d'amende (13).