À retenir :

La loi impose à chaque employeur de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de ses salariés et protéger leur santé physique et mentale (1). Pour ce faire, vous devez élaborer un DUER sous peine de sanctions (2).

L'employeur doit consigner, en annexe du document unique :

        - les données collectives utiles à l'évaluation des expositions individuelles aux facteurs de risques ;

         - la proportion de salariés exposés aux facteurs de risques professionnels. Cette proportion est actualisée si nécessaire lors de la mise à jour du document unique.


📌 Le document unique d'évaluation des risques (DUER) est aussi appelé document unique d'évaluation des risques professionnels (DUERP). Il s'agit du même document.

 Quels sont les 3 types de risques spécifiques devant faire l'objet d'actions de prévention/sécurité ? Classification

La loi prévoit 3 grands groupes de facteurs de risques liés :

- aux contraintes physiques marquées ;

- à un environnement physique agressif ;

- à certains rythmes de travail.

1. Risques liés à la manutention de charges

La manutention de charges se caractérise principalement par des risques dorsolombaires, et plus exceptionnellement, par des risques cardio-vasculaires en cas de port de charges très lourdes.

📌 Exemples de secteurs concernés :

Les secteurs comme celui du bâtiment ou du commerce.

Besoin d'aide pour l'évaluation des risques professionnels ?

2. Risques liés aux vibrations

Les vibrations peuvent être transmises :

- soit à tout le corps : lorsque le salarié conduit une machine qui vibre comme un engin de chantier ou de manutention;

- soit uniquement aux membres supérieurs : lorsque le salarié utilise une machine portative comme un marteau piqueur par exemple. 

Elles risquent d'engendrer des douleurs dorsales ou des affections invalidantes au niveau des bras et des mains.

📌 Exemples de secteurs concernés :
La métallurgie ou les travaux publics sont des secteurs qui peuvent être touchés. 

3. Risques de chute ou accident/situations dangereuses

Le risque de chute concerne aussi bien les salariés qui travaillent habituellement en hauteur que ceux pour qui le travail en hauteur est plutôt occasionnel.

📌 Exemples de métiers concernés :

  • charpentier ;
  • couvreur ;
  • manutentionnaire.

Ce risque ne doit pas être négligé : il s'agit de la 2ème cause d'accidents mortels au travail.

Vous souhaitez obtenir davantage d'informations sur les risques professionnels ou sur la rédaction du DUER ?

4. Risques liés au bruit

Le bruit peut entraîner de graves pathologies qui sont même parfois irréversibles, telles qu'une perte totale ou partielle de l'audition.

📌 Exemple de salariés concernés :

Les salariés au contact de machines bruyantes comme ceux dans les usines.

Le bruit peut également être source de stress et de fatigue pour certains salariés. Il affecte, dans une moindre mesure, les salariés travaillant notamment dans des open spaces.

📌 Exemple de salariés concernés :

Les salariés qui travaillent en centre d'appels.

5. Risques routiers

Les salariés amenés à utiliser un véhicule dans le cadre de leur travail, sont exposés à un risque de dommages corporels irréversibles en cas d'accident, voire de décès.

Les accidents de la route sont même la 1ère cause de mortalité au travail.

Par ailleurs, ils doivent très souvent faire face à des contraintes posturales qui, à terme, peuvent leur générer différentes souffrances physiques telles que des maux de dos, douleurs lombaires (3).

📌 Sont généralement concernés, les commerciaux itinérants, les VRP, les chauffeurs routiers.

6. Risques liés aux ambiances thermiques

Les risques liés aux ambiances thermiques concernent les salariés qui travaillent dans un environnement au sein duquel les températures peuvent être extrêmes.

📌 Exemples de métiers concernés :

  • les employés de pressing ; 
  • les employés dans un entrepôt frigorifique ;
  • les fondeurs ;
  • les verriers ; 
  • les soudeurs ; 
  • les pompiers ; 
  • les ouvriers du bâtiment.

L'exposition à de fortes chaleurs ou à des températures glaciales peut avoir des effets néfastes sur la santé physique des salariés (maux de tête, nausées, déshydratation ou hypothermie).

7. Risques du travail sur écran

Les salariés qui travaillent en permanence sur ordinateur ne sont pas épargnés par les risques professionnels !

Fatigue visuelle, maux de tête ou encore troubles musculo-squelettiques sont les principaux risques.

📌 Sont notamment concernés tous les métiers du secrétariat et de l'informatique.

8. Risques psychosociaux

Tous les salariés peuvent être exposés au stress. Il peut être généré par des contraintes de rythme de travail, d'atteinte d'objectifs, de contact avec la clientèle ou du public.

On a vu ces dernières années se développer, chez beaucoup de salariés, des cas de burn-out. Désormais, tous les secteurs et tous les métiers sont concernés par cette pathologie psychique.

Vous souhaitez savoir comment lutter contre le burn-out dans votre entreprise et quelles actions de prévention mettre en place ?

9. Risques liés aux agents chimiques dangereux

Parfois omniprésents sur les lieux de travail, les agents chimiques dangereux (colles, résines, peintures) peuvent entraîner des intoxications aiguës, même à faible dose.

On parle alors d'intoxication chronique en raison du contact répété du salarié avec le produit. Le risque de cancer est également présent.

📌 Exemples de métiers concernés :

  • la construction (amiante, éther de glycol,etc.) ;
  • l'agriculture (herbicides, fongicides et insecticides, etc.) ;
  • l'industrie chimique (arsenic, plomb), métallurgique (fumées de combustion, formaldéhyde, etc.) mais aussi les raffinerie (hydrocarbures polycliniques, benzène, etc.) ;
  • le commerce notamment le nettoyage à sec (perchloroéthylène, solvants, etc), la coiffure (aminophénols, etc.) ou encore la réparation automobile (émissions de moteurs).

10. Risques liés aux contraintes posturales

Les contraintes posturales sont souvent à l'origine de troubles musculo-squelettiques (TMS).

Ce sont principalement les tendons, les muscles, les ligaments et les articulations qui sont touchés. Les salariés exposés à de tels risques développent donc très souvent des tendinites, des syndromes canalaires, des lombalgies, des syndromes de la coiffe des rotateurs, des épicondylites et bien d'autres pathologies qui peuvent être prises en charge par l'Assurance maladie au titre d'une maladie professionnelle, ce qui impacte fortement votre taux de cotisation AT/MP.

📌 Exemples de métiers concernés :

  • les métiers du bâtiment et des travaux publics ;
  • les salariés qui travaillent sur écran ;
  • les salariés amenés à utiliser un véhicule (position assise prolongée) ;
  • les métiers de la coiffure ou de l'esthétique (position debout prolongée).

11. Risques liés au travail de nuit ou en équipes successives alternantes

Les salariés concernés sont exposés à un rythme de vie particulier par rapport aux salariés travaillant avec des horaires classiques, la journée.

Le rythme biologique peut être perturbé. Un temps de sommeil réduit ou décalé peut impacter la santé et l'organisme:

  • troubles du sommeil ;
  • fatigue ;
  • risques cancérogènes ;
  • troubles cardiovasculaires ;
  • troubles digestifs et risque de surpoids.

12. Risques liés à une pandémie (Covid-19, grippe H1N1, etc.)

Même s'il ne découle pas directement de l'activité de votre entreprise, le risque lié à une pandémie ne doit pas être négligé.

Ainsi, lors d'une crise sanitaire, doivent figurer au DUER, les risques liés à l'exposition des salariés au virus.

En effet, en cas de pandémie, comme c'est actuellement le cas avec le Coronavirus ou en 2009 avec la grippe H1N1, chacun de vos salariés est susceptible d'être porteur du virus et de le transmettre aux autres salariés, clients, fournisseurs ou tout autre tiers avec qui il est en contact direct.

 👉 Vous devez donc pouvoir mettre en place des mesures de prévention afin de limiter la propagation du virus au sein de votre entreprise et parmi vos collaborateurs.

Doivent également figurer dans le DUER, les risques indirects liés aux modifications concernant le fonctionnement de votre entreprise et les conditions de travail de vos salariés, telles que :

  • la mise en place du télétravail : certains de vos salariés se sentiront peut-être isolés, veillez à assurer le suivi psychologique de ces salariés ;
  • l'aménagement des locaux ;
  • la réorganisation du travail et/ou des équipes ;
  • l'affectation de collaborateurs à de nouveaux postes de travail.

✏️ Bon à savoir :

 Doivent apporter leur contribution à l'évaluation des risques professionnels (4)

  • le comité social et économique (CSE) et sa commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT), s'ils existent ;

  • le ou les salariés désignés référents santé-sécurité ;

  • le service de prévention et de santé au travail auquel vous adhérez.

✅ Depuis le 31 mars 2022, le DUER et ses versions antérieures doivent être conservés pendant 40 ans (5).

Références :
(1) Article L4121-1 du Code du travail

(2) Article R4741-1 du Code du travail
(3) Sondage Ifop / MMA, mars 2016 - Les professionnels de la route : quelle connaissance du risque routier de leur salariés ?  
(4) Article L4121-3 du Code du travail
(5) Article R4121-4 du Code du travail