Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Lettre de mise en demeure à son co-contractant de faire cesser une situation de travail illégal

Votre sous-traitant agit illégalement dans le recrutement de ses salariés ? Faites cesser cette situation.

Rédigez votre lettre en ligne et obtenez un document juridique complet

Précisez la date de signature du contrat de sous-traitance
Indiquez les coordonnées de votre sous-traitant
Renseignez votre identité
Signez la lettre
Envoyez la !

Télécharger la version word

Comment ça marche ?

Tout se fait en ligne, simplement et rapidement !


Répondez au questionnaire en ligne

Le formulaire est simple et rapide, tout se fait en quelques clics.

Votre mise en demeure est créée automatiquement

L'ensemble de vos réponses est repris pour compléter le modèle de lettre.

Téléchargez votre lettre

N'oubliez pas de la signer avant de l'envoyer !


Je démarre la rédaction

Combien ça coûte ?

Pour créer votre lettre de mise en demeure à votre co-contractant afin de faire cesser une situation de travail illégal

5,00 HT

Rédigé par Rédaction Juritravail

Mis à jour le 26/08/2019

Téléchargement sécurisé

Satisfait ou remboursé

Je démarre la rédaction

Ce que dit la loi

L'article L8254-2-1 du Code du travail traite cette situation. Si l'entreprise principale, informée par écrit par un agent de l'administration fiscale, par un syndicat de salariés, un syndicat ou une association professionnelle d'employeurs ou une institution représentative du personnel que son cocontractant ou un sous-traitant direct ou indirect de ce dernier, emploie un étranger non autorisé à travailler, elle doit aussitôt enjoindre son cocontractant de faire cesser cette situation.

L'employeur mis ainsi en demeure informe l'entreprise principale des suites données à l'injonction. Si celle-ci n'est pas suivie d'effet, vous pourrez résilier le contrat aux frais et risques du cocontractant (sous-traitant).

La personne qui méconnaît cette obligation ainsi que son cocontractant sont tenus, solidairement avec le sous-traitant employant l'étranger non autorisé à travailler, au paiement des rémunérations et charges, contributions et frais. Il s'agit plus précisément (article L8254-2 du Code du travail) :

- du salaire et des accessoires dus à l'étranger non autorisé à travailler ;

- des indemnités versées au titre de la rupture de la relation de travail en application du Code du travail ou de stipulations contractuelles, lorsque celles-ci conduisent à une solution plus favorable pour le salarié ;

- de tous les frais d'envoi des rémunérations impayées vers le pays dans lequel l'étranger est parti volontairement ou a été reconduit ;

- de la contribution spéciale devant être versé à l'OFII (Office Français de l'immigration et de l'intégration).

© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés