Salariée enceinte : maîtrisez vos obligations & droits

Droit des Employeurs - Droit Social

Professionnel

Page 0 du dossier Salariée enceinte : maîtrisez vos obligations & droits
Page 1 du dossier Salariée enceinte : maîtrisez vos obligations & droits

Rédigé par Rédaction Juritravail - Mis à jour le 27 Septembre 2019

Votre salariée vous a annoncé qu'elle attendait un enfant. Réduction du temps de travail de la femme enceinte, autorisations d'absences, durée du congé maternité, indemnités... Quel est l'impact de l'annonce de cette grossesse sur la relation de travail ?

Ce dossier va vous guider sur tout ce qui va changer, de la grossesse de votre salariée à son accouchement.


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Embaucher une salariée enceinte
  • Conditions de travail d'une salariée enceinte
  • Réduction d'horaire
  • Absence pour examens médicaux
  • Mutation ou adaptation du poste
  • Affectation à un poste
  • Travail de nuit
  • Travaux dangereux
  • Rupture du contrat de travail
  • Congé maternité
  • Rupture de la période d'essai

Plan détaillé du dossier

30 Questions Essentielles

  • I. L’embauche d’une salariée enceinte

  • Ai-je le droit de demander à une candidate à un emploi si elle est enceinte ?

  • Je viens de recruter une salariée qui ne m’avait pas révélé sa grossesse. Que puis-je faire ?

  • II. La relation de travail avec la salariée enceinte

  • Une salariée a-t-elle l’obligation de me révéler sa grossesse ?

  • La salariée doit-elle respecter un certain formalisme pour m’annoncer sa grossesse ?

  • Une salariée enceinte peut-elle m’imposer de la changer de poste de travail ?

  • La salariée enceinte et moi sommes en désaccord sur son affectation temporaire. Comment faire ?

  • Une salariée qui travaille de nuit souhaite travailler de jour. Dois-je accepter sa demande ?

  • Suis-je tenu d’accepter une demande d’aménagement des horaires de travail d’une salariée pendant sa grossesse ?

  • Je suis dans l’impossibilité d’adapter le poste de travail de ma salariée enceinte. Comment faire ?

  • Dois-je réduire la durée journalière de travail d’une salariée enceinte ?

  • Y a-t-il des tâches que je ne peux pas faire réaliser par une salariée enceinte ?

  • A l’issue de la visite médicale, la fiche mentionne-t-elle l’état de grossesse de la salariée ?

  • Dois-je faire passer des visites médicales particulières à une salariée enceinte ?

  • Suis-je obligé d’autoriser la salariée enceinte à s’absenter pour qu’elle puisse passer ses examens médicaux ?

  • III. La rupture du contrat de la salariée enceinte

  • J’ai engagé une procédure de licenciement à l’encontre d’une salariée qui vient de m’informer qu’elle est enceinte. Dois-je arrêter la procédure ?

  • Une salariée que j’ai licenciée m’a annoncé qu’elle était enceinte et veut reprendre son poste. Suis-je tenu d’accepter ?

  • Puis-je rompre la période d’essai d’une salariée enceinte ?

  • Qu’est-ce que je risque si je romps la période d’essai en raison de l’état de grossesse de la salariée ?

  • La grossesse est-elle un motif de rupture d’un CDD ?

  • Puis-je invoquer la grossesse de la salariée pour refuser de renouveler son CDD ?

  • Puis je licencier une salariée enceinte ?

  • Pendant combien de temps s’applique la protection contre le licenciement d’une salariée enceinte ou qui vient d’avoir un enfant ?

  • Quel préavis la salariée enceinte doit-elle respecter lorsqu’elle démissionne ?

  • IV. Le congé maternité

  • Pendant combien de temps une salariée peut-elle partir en congé maternité ?

  • Qu’est-ce que je risque si je ne respecte pas l’interdiction d’emploi prénatal et postnatal ?

  • Combien de temps va durer le congé maternité de ma salariée ?

Voir les autres questions essentielles

2 Fiche(s) express

  • Mutation ou nouvelle affectation de la salariée enceinte

  • Rompre le contrat de travail d’une salariée enceinte

2 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Lettre de changement temporaire d’affectation d’une salariée en état de grossesse

  • Lettre de rupture de la période d’essai d’une femme enceinte

31 Avis des juges

  • Des difficultés économiques peuvent justifier le licenciement d’une salariée enceinte

  • Remplacement définitif d’une salariée en congé maternité

  • Le congé de paternité ne se conjugue pas au féminin

  • Le licenciement consécutif à une grossesse peut laisser supposer une discrimination

  • Le congé de maternité ne doit pas freiner une promotion

  • Licenciement d’une salariée en congé maternité : mission impossible

  • Congé maternité : à son retour, la salariée doit retrouver son emploi

  • Le congé parental d’éducation : la synthèse

  • Le remplacement définitif d’une salariée en congé maternité

  • L’obligation de l’employeur de fournir du travail au salarié

  • Le remplacement définitif du salarié absent pour congés, organisé avant son retour est une mesure préparatoire à son licenciement

  • La prise d’acte et le congé maternité

  • Retour du congé maternité : retour à des fonctions équivalentes

  • Irrégularité du licenciement prononcé au retour du congé maternité

  • Le retour de congé maternité et la prise d’acte

  • La visite médicale de reprise

  • Le congé maternité et le droit de retrouver son emploi à son retour

  • Impact d'un congé de maternité sur la promotion de la salariée

  • Les conséquences d'une motivation insuffisante de la lettre licenciement d'une salariée enceinte

  • Une demande de réduction du temps de travail au retour d'un congé de maternité.

  • Le droit de percevoir des indemnités journalières de la Sécurité sociale

  • Le droit pour la candidate de ne pas révéler son état de grossesse lors de l'embauche.

  • Le droit à un changement provisoire d’emploi au cours de la grossesse.

  • Le droit pour la salariée de démissionner sans effectuer de préavis.

  • La garantie de retrouver le même emploi au retour d'un congé de maternité.

  • L’interdiction de notifier un licenciement pendant le congé de maternité.

  • La conciliation des congés annuels avec le congé de maternité

  • Une demande de réduction du temps de travail au retour d'un congé de maternité

  • La garantie de retrouver le même emploi au retour d'un congé de maternité

  • Les différentes manières d'informer son employeur de son état de grossesse

  • Le fait de ne pas révéler son état de grossesse lors de l'embauche

Voir les autres avis des juges

1 Formulaires CERFA

  • Cerfa n°11135*04 - Attestation de salaire pour le paiement des indemnités journalières


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Suite à l’annonce de sa grossesse, votre salariée bénéficie d’un statut spécial lui offrant certaines protections. Vous devez donc être particulièrement vigilant et au fait de ses droits et obligations ainsi que des vôtres.

La grossesse peut en effet activer certaines dispositions légales ou conventionnelles avantageuses pour la salariée (autorisations d'absence pour passer les échographies, réductions d'horaires, droit de prendre un congé maternité...).

En outre, l'état de la salariée n’est pas sans conséquence sur les visites médicales qu'elle doit passer et ses conditions de travail, notamment si elle connaît des problèmes de santé particuliers pendant sa grossesse, si elle travaille de nuit ou si elle est affectée à un poste à risque.

Des règles spécifiques s’appliquent également pour une éventuelle rupture du contrat de travail : la salariée enceinte bénéficie d'une protection contre le licenciement, que ce soit pendant la période d'essai ou après.


Contenu du dossier :

Ce dossier contient tous les éléments dont vous avez besoin pour maîtriser vos obligations à l'égard d'une salariée enceinte :

  • embaucher une salariée enceinte (et notamment une salariée qui a caché sa grossesse lors de l'entretien de recrutement) ;

  • gérer les conditions de travail de la salariée qui attend un enfant (sortie anticipée sans réduction de salaire, mutation, changement d'affectation temporaire, etc.) ;

  • rompre le contrat de travail d'une salariée enceinte (lui proposer une rupture conventionnelle, la licencier pour faute grave ou pour un autre motif, arrêter le CDD avant le terme...) ;

  • connaître vos obligations liées à la période d'interdiction d'emploi et au congé maternité.


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Les dernières actualités sur cette thématique

Retour de congé maternité : rattrapage salarial de l’article L.1225-26 du code du travail

Les dispositions de rattrapage salarial de l’article L.1225-26 du code du travail sont d’ordre public

Voir +

Mère, Père : vos droits sont élargis depuis la Loi Travail

Un point sur les dispositions renforcées de protection de la parentalité

Voir +

Grossesse : les droits de la femme enceinte

Embauche Une femme enceinte ne peut faire l'objet d'aucune discrimination liée à sa grossesse. Conséquence : pendant un entretien d'embauche, le futur employeur ne peut poser aucune question concernant une éventuelle grossesse actuelle ou à venir. ...

Voir +


La question du moment

Dois-je réduire la durée journalière de travail d’une salariée enceinte ?

Aucune disposition légale n'impose à l'employeur de réduire la durée journalière de travail d'une salariée en état de grossesse.

Par conséquent, si celle-ci en formule la demande, l'employeur n'est nullement tenu d'y accéder.

En revanche, bon nombre de conventions collectives confèrent ce type d'avantage à la salariée enceinte. Dans ce cas, l'employeur est tenu de respecter ces réductions d'horaires.

C'est le cas par exemple de la convention collective :

  • syntec-cinov qui réduit de 20 minutes la durée de travail journalière à partir de leur 3eme mois de grossesse (1) ;
  • des industries chimiques et connexes qui prévoit une réduction d'horaire de 20 minutes par jour dès le 3eme mois de grossesse, que la salariée peut prendre quand elle le souhaite au cours de la journée, y compris sous forme de pause (2) ;
  • des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées qui instaure une réduction d'horaire hebdomadaire de travail de 10% dès le 3e mois de grossesse (3).

Ces réductions d'horaires se font sans réduction de salaire.


Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés