Accueil » Droit du Travail Salarié » Maladie & Santé au Travail » Droit de retrait & d'alerte au travail : comment les exercer ?

Droit de retrait & d'alerte au travail : comment les exercer ?

Quand & comment exercer votre droit d'alerte ou de retrait ?

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

4.7 (8 avis)

Un accident risque de se produire, la température des locaux grimpe en raison de la canicule ou au contraire vous devez travailler dans le froid, les machines de travail sont défectueuses, le camion  que vous devez conduire freine très mal, vous êtes victime de pressions ou de harcèlement … dans quels cas pouvez-vous exercer votre droit d’alerte ou votre droit de retrait ?
Chaque année, les fortes chaleurs de l'été conduisent des salariés dont le lieu de travail n'est pas climatisé à exercer leur droit de retrait. Vous êtes dans cette situation ? Ou bien, vous travaillez en extérieur et après la pause déjeuner, il devient dangereux de travailler au soleil par 40°C. Que pouvez-vous faire pour assurer votre sécurité au travail ? L'employeur est-il contraint de suivre le plan canicule 2017 ?


Les notions clés abordées dans ce dossier :

  • Définition du droit d'alerte
  • Définition du droit de retrait
  • Exemples de risques
  • Alerte canicule & conséquences pour le salarié
  • Droits du salarié & obligations de l'employeur
  • Licenciement après l'exercice du droit de retrait
  • Rémunération

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Le Code du travail vous autorise, dans certaines situations, à exercer votre droit de retrait ou à utiliser votre droit d’alerte, afin de cesser le travail.

Droit d’alerte et droit de retrait ne peuvent être déclenchés que si vous vous trouvez dans une situation de danger grave (pouvant entraîner une invalidité ou même un décès) et imminent (c’est à dire prêt à se produire).

Votre santé ou votre sécurité ou celle de vos collègues de travail, doit être en jeu !

Vous n’avez pas besoin d’attendre que votre CHSCT se prononce sur la gravité des faits ou qu’il exerce lui-même son droit d’alerte, car c’est un droit propre à tout salarié. Il est différent du droit d’alerte du CE ou des DP.

Il est important de savoir dans quelles circonstances vous êtes en droit, ou non, d’exercer votre droit d’alerte ou de retrait, et de respecter la procédure requise, faute de quoi vous pouvez être sanctionné par votre employeur (et même licencié).

Contenu du dossier

Ce dossier contient les informations dont vous avez besoin pour mettre en œuvre, de manière légitime, votre droit de retrait ou d’alerte :

  • qu’est ce que le droit d’alerte ?
  • qu’est ce que le droit de retrait ?
  • comment apprécier le caractère grave et imminent du danger ?
  • exemples de faits permettant d’utiliser le droit d’alerte ou de retrait
  • obligations de l’employeur suite à l’exercice du droit d’alerte ou de retrait
  • sanctions et licenciement en cas d’usage à mauvais escient
  • exercice du droit de retrait dans les métiers à risque
  • rémunération du salarié qui s’est retiré de son poste de travail …

Télécharger le dossier

Le mot de l'auteur

26/06/2017

Dès 30° c dans les bureaux ou 28°C sur les chantiers, il y a un risque et même danger dès 33° C. Les salariés ont un droit de retrait mais ce n'est pas systématique. Dans tous les cas, l'employeur doit prendre en compte le risque chaleur et se conformer au Plan canicule 2017.

24/05/2016

En cas d'usage abusif et injustifié du droit de retrait, le salarié s'expose non seulement à une retenue de salaire, mais aussi à une sanction. Attention donc à utiliser le droit de retrait à bon escient.

Carole Girard Oppici Responsable Editorial web

  • 313 Articles publiés
  • 108 Documents rédigés

La question du moment

Mon employeur peut-il me contraindre à reprendre mon activité ?

La réponse

Lorsque le salarié exerce son droit de retrait, parce qu'il est confronté à une situation de danger grave et imminent, son employeur ne peut pas le contraindre à reprendre son travail.

Tant que la situation de danger grave et imminent persiste, le salarié a le droit de continuer à cesser son activité, et son employeur ne peut pas lui demander de revenir à son poste de travail (1).

Toutefois, si l'employeur a mis en oeuvre toutes les mesures nécessaires afin de prévenir la réalisation du risque, le salarié ne peut pas persister dans son refus de travailler.

Par exemple, un salarié qui a été victime de deux accidents du travail et pour lequel l'employeur a attribué une aide pour le port de charges supérieures à 10kg ne peut pas exercer son droit de retrait : grâce à l'amélioration de ses conditions de travail, il ne pouvait pas penser qu'il était face à un danger grave et imminent. Par conséquent, le salarié qui s'est retiré, à tort, de son poste de travail est licencié pour absence injustifiée (2).

Plan détaillé du dossier

23 Questions Essentielles

Voir les autres questions essentielles

Télécharger le dossier


Avis des internautes sur : Quand & comment exercer votre droit d'alerte ou de retrait ?

4.7 Note moyenne sur 8 avis

  • 5 Par Le 03-08-2017
  • 5 Par Le 10-01-2017
  • 4 Par Le 15-10-2016
  • 5 Par Le 21-09-2016
    c,est exatement le dossier que je rechercher
  • 4 Par Le 29-08-2016
    Canicule 42°à l'intérieur de l'auto-école. Pas d'eau fraîche à disposition, aucun ventilateur. Avec ce dossier mon patron ne peut déduire les journées de mon salaire.
  • 5 Par Le 01-06-2016

Voir tous les avis

30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2017 JuriTravail tous droits réservés