Actualités Gérer la prise d'acte du salarié

Type de document

Un salarié peut prendre acte de la rupture de son contrat de travail lorsqu’il estime être victime d’un manquement grave de votre part aux obligations contractuelles qui vous incombent. 

 
Ce mode de rupture nécessite que le salarié saisisse le conseil de prud’hommes. Les conséquences sont celles, soit d’un
licenciement sans cause réelle et sérieusesoit d'une démission, selon que les juges estiment la prise d’acte justifiée ou non. 

Ainsi, la qualification retenue aura une incidence financière substantielle pour vous. 

Notre dossier vous aide à comprendre ce mode de rupture du contrat de travail et fait le point sur vos droits et obligations, face à cette situation.


Retrouvez toutes les actualités juridiques sur le thème Gérer la prise d'acte du salarié, rédigées en langage simple par nos juristes et avocats partenaires.


Prise d’acte : connaître l'essentiel en 11 points

Bartlomiej Dul 16/09/2022 - 218736 vues

La prise d'acte de la rupture du contrat de travail est une forme de rupture du contrat de travail, à l'initiative du salarié, qui souhaite en imputer la responsabilité à son employeur. Elle repose sur un manquement suffisamment grave de l'employeur, rendant impossible la poursuite de la relation contractuelle. Dans quels cas la prise d'acte est-elle justifiée...

La prise d’acte du salarié en cas de retard de paiement de salaire

Pauline Righini - Avocat 22/07/2022 - 3438 vues

La cour de cassation a récemment rendu un arrêt par lequel elle rappelle que faute pour l’employeur de verser le salaire du salarié en temps et en heure, il commet un manquement qui lui est imputable, empêchant la poursuite du contrat de travail.

Prise d’acte : l’exercice délicat de rupture unilatérale de son contrat de travail aux torts de l’employeur

Virginie Langlet - Avocat 06/10/2021 - 2067 vues

La prise d’acte est l’acte par lequel le salarié décide unilatéralement de mettre un terme à son contrat de travail en faisant porter le chapeau à son employeur.

Prise d’acte de la rupture du contrat de travail en raison d’un harcèlement moral ancien auquel l’employeur avait rapidement remédié

Marilyn MAUDET-BENDAHAN - Avocat 10/10/2019 - 1852 vues

Pour mémoire, la prise d’acte s’analyse comme un mode de rupture du contrat de travail à l’initiative du salarié en raison des manquements graves qu’il reproche à son employeur mais dont l’appréciation finale reste entre les mains des conseillers prud’homaux. 

Même en cas de prise d’acte, l’employeur doit remettre l’attestation Pôle Emploi

Virginie Langlet - Avocat 03/04/2017 - 13608 vues

L'employeur est tenu de délivrer au salarié, au moment de l'expiration ou de la rupture du contrat de travail, les attestations et justifications qui lui permettent d'exercer ses droits aux prestations Pôle emploi dans tous les cas d'expiration ou de rupture du contrat de travail (Cass. Soc. 15.03.2017 : n°15-21232).

Prise d'acte de la rupture et absence de mission

Carole VERCHEYRE-GRARD - Avocat 13/05/2016 - 1536 vues

L‘employeur a l’obligation de fournir travail et salaire à son salarié. A défaut, il s’expose à une prise d’acte de la rupture du contrat de travail à ses torts exclusifs.

La rédaction vous propose :

loader Juritravail

La perte de chance de bénéficier de la portabilité de la prévoyance est réparable en cas de prise d’acte de la rupture du contrat de travail

Virginie Langlet - Avocat 04/04/2016 - 4555 vues

La prise d'acte produisant les effets d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse, le salarié a droit à être indemnisé de la perte de chance d'utiliser les droits acquis au titre du droit individuel à la formation (DIF) et de bénéficier des informations relatives à la portabilité de la prévoyance (Cass. Soc. 02.03.2016 n° 14-18334).

Le harcèlement moral n'est plus une cause péremptoire justifiant la prise d'acte ou la résiliation judiciaire du contrat de travail

DAVID SELARL DMA MASSON - Avocat 02/11/2015 - 1795 vues

Depuis plusieurs mois, des évolutions importantes durcissent le régime juridique de la prise d'acte de la rupture du contrat de travail. Évidemment ces récentes précisions jurisprudentielles ne manquent pas de soulever moult questions et interrogations.

Quand imposer des tâches dépassant les capacités du salarié constitue du harcèlement moral

Carole VERCHEYRE-GRARD - Avocat 23/01/2015 - 3697 vues

Le refus de l’employeur d’adapter le poste de travail de son salarié et le fait de lui confier de manière habituelle une tâche dépassant ses capacités peut mettre en jeu sa santé.

Prise d'acte de la rupture et agression sexuelle par un collègue

Carole VERCHEYRE-GRARD - Avocat 23/01/2015 - 1317 vues

La prise d’acte de la rupture par le salarié peut être parfaitement justifiée lorsqu’il a été la victime d’une agression sexuelle par un collègue et que les mesures prises par l’employeur pour éviter le renouvellement des faits sont insuffisants.

Prise d’acte de la rupture du fait d’une modification de la rémunération

Aurélien Ascher - Avocat 11/09/2014 - 3144 vues

Dans un arrêt du 9 juillet 2014, la Cour de Cassation revient sur l'appréciation des manquements suffisamment grave pour justifier une prise d'acte de la rupture. En l'espèce, elle considère que le défaut de paiement d’une prime et l’absence d’information du salarié sur les modalités de calcul de sa rémunération variable ne sont pas des faits...

Faute de l'employeur et prise d'acte de rupture : une procédure désormais plus rapide !

Claudia CANINI - Avocat 22/07/2014 - 3560 vues

La loi du 1er juillet 2014 concernant la procédure applicable devant le conseil de prud'hommes dans le cadre d'une prise d'acte de rupture du contrat de travail par le salarié a pour objet d'instaurer une procédure sépcifique et rapide.

Le tabagisme passif dans l’entreprise justifie la prise d’acte de la rupture du contrat de travail

Virginie Langlet - Avocat 29/04/2014 - 5465 vues

Le tabagisme passif venant au soutien de l’obligation de sécurité de résultat légitime la prise d’acte de la rupture du contrat de travail par un salarié aux torts de l’employeur (CPH de Paris : 06.02.2014 n°12/01583).

L’irruption brutale de l’employeur dans le club de bridge de la salariée justifie une prise d’acte.

Thomas ROUSSINEAU - Avocat 26/02/2013 - 2002 vues

L’employeur avait brutalement fait irruption dans le club de bridge de la salariée en remettant en cause publiquement la réalité de son arrêt de travail pour maladie.

Un comportement en dehors du temps et du lieu de travail peut constituer un manquement au contrat de travail

Jean-Philippe SCHMITT - Avocat 22/02/2013 - 1457 vues

Dans son arrêt du 23 janvier 2013 , la Cour de cassation considère qu'un manquement de l'employeur à ses obligations suffisamment grave peut justifier la prise d'acte de la rupture du contrat par le salarié même si les faits ont eu lieu en dehors du temps et du lieu de travail.

Une faute de l'employeur même commise hors du travail peut justifier la prise d'acte de la rupture

Stéphanie JOURQUIN - Avocat 20/02/2013 - 3573 vues

Le manquement professionnel suffisamment grave de l'employeur à ses obligations contractuelles peut justifier la prise d'acte de la rupture de son contrat de travail par le salarié, peu important que ses agissements se soient déroulés hors temps et lieu de travail.

Prise d'acte de la rupture pendant un arrêt pour accident de travail

Carole VERCHEYRE-GRARD - Avocat 09/01/2013 - 1641 vues

Il est de jurisprudence constante que la prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l'employeur lorsqu'elle est justifiée équivaut à un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Conflit entre deux collaborateurs : les obligations de l'employeur

Yves NICOL - Avocat 13/11/2012 - 2141 vues

Voici un exemple réel et très récent d'une situation courante en entreprise qui peut dégénérer...

Journalistes professionnels : prise d'acte de rupture justifiée car TF1 avait 'porté atteinte' aux attributions d'un journaliste

Frédéric CHHUM - Avocat 02/11/2012 - 1344 vues

Dans un arrêt du 24 octobre 2012 (n°11-23469), la Cour de cassation a confirmé la prise d'acte d'un journaliste alors que son employeur avait porté atteinte à ses attributions.