Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Mise en conformité » Affichage obligatoire » Choisir les affichages obligatoires selon la taille de votre entreprise » Choisir votre Affichage Obligatoire parmi les panneaux d'informations légales » Afficher les articles de lutte contre le harcèlement » Actualités

Article avocat Afficher les articles de lutte contre le harcèlement

Lutte contre les patrons voyoux : LOI du 12 MARS 2012 sur la lutte contre l'insolvabilité organisée

Par , Avocat - Modifié le 02-04-2012
LOI n° 2012-346 du 12 mars 2012 relative aux mesures conservatoires en matière de procédures de sauvegarde, de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire et aux biens qui en font l'objet

LIEN LEGIFRANCE

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=2B7D46680347D744CD8D339F18834265.tpdjo05v_3?cidTexte=LEGITEXT000005634379&idArticle=LEGIARTI000025494696&dateTexte=20120402&categorieLien=id#LEGIARTI000025494696

cCtte loi ne concerne que les fraudes et les actes malveillants des chefs d'entreprise, qui par leurs détournements ont contribué à augmenter la dette de la société qu'il dirige au détriment des créanciers.

Avant la loi du 12 mars 2012, les juges consulaires (ou civil si la société n'a pas d'activité commerciale) ne pouvaient prendre des mesures dites « conservatoires » (par exemple, ordonner une saisie) qu'à l'encontre d'une entreprise faisant l'objet d'une liquidation judiciaire.

Désormais, cette loi leur permet également de recourir à ce type de mesures lors d'une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire.

Cette loi permet donc de lutter plus rapidement contre la disparition des biens de l'entreprise (ou du chef d'entreprises) qui permettraient en théorie de rembourser son passif.

SAISIE CONSERVATOIRE SUR LES BIENS DE L'ENTREPRISE OU DE SON DIRIGEANT

Ainsi, le président du tribunal (de commerce ou de grande instance selon les cas) peut, lors du redressement judiciaire d'une entreprise, ordonner une mesure conservatoire sur les biens de son dirigeant (de droit ou de fait) dont la responsabilité est engagée suite à une faute de sa part ayant contribué à la cessation des paiements de celle-ci.

Par ailleurs, le président du tribunal peut également ordonner toute mesure conservatoire utile sur les biens d'une entreprise ou de plusieurs entreprises faisant l'objet d'une action en extension de procédure. Cette disposition est applicable aux procédures de sauvegarde et de redressement judiciaire.

exemple :

Article L621-2

Modifié par LOI n°2012-346 du 12 mars 2012 - art. 1

Le tribunal compétent est le tribunal de commerce si le débiteur exerce une activité commerciale ou artisanale. Le tribunal de grande instance est compétent dans les autres cas.

A la demande de l'administrateur, du mandataire judiciaire, du ministère public ou d'office, la procédure ouverte peut être étendue à une ou plusieurs autres personnes en cas de confusion de leur patrimoine avec celui du débiteur ou de fictivité de la personne morale.A cette fin, le tribunal ayant ouvert la procédure initiale reste compétent.

Dans les mêmes conditions, un ou plusieurs autres patrimoines du débiteur entrepreneur individuel à responsabilité limitée peuvent être réunis au patrimoine visé par la procédure, en cas de confusion avec celui-ci.

Il en va de même lorsque le débiteur a commis un manquement grave aux règles prévues au deuxième alinéa de l'article L. 526-6 ou aux obligations prévues à l'article L. 526-13 ou encore une fraude à l'égard d'un créancier titulaire d'un droit de gage général sur le patrimoine visé par la procédure.

Pour l'application des deuxième et troisième alinéas du présent article, le président du tribunal peut ordonner toute mesure conservatoire utile à l'égard des biens du défendeur à l'action mentionnée à ces mêmes alinéas, à la demande de l'administrateur, du mandataire judiciaire, du ministère public ou d'office.

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Blandine Héricher-Mazel

Maître Blandine Héricher-Mazel

Avocat au Barreau de LEMANS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de la Santé
  • - Droit des Transports
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Edition abonné

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.