Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit fiscal » Fiscalité des Particuliers » Autres Impôts & Taxes » Actualités

Article avocat Autres Impôts & Taxes

La belle histoire d'un ticket Euro-millons gagnant retrouvé dans la rue

Par , Avocat - Modifié le 09-06-2020

En règles générale, les gains issus des jeux de hasard ne sont pas soumis à l'impôt sur le revenu. Le gagnant est en revanche imposé l'année d'après sur son nouveau patrimoine en fonction des investissements et placements réalisés.

CE 27 mai 2020, n° 434067

Dans l'affaire, une contribuable a trouvé sur la voie publique le reçu d'un « Euro Millions ». Elle s'est présentée à la Française des jeux qui l'a informée qu'elle ne verserait le gain de 163 millions d'euros qu'au vu d'un accord entre elle et le joueur ayant validé ce ticket. Par un protocole transactionnel conclu avec ce dernier, la contribuable a renoncé à toute instance et action en revendication du gain, et a remis le reçu au joueur, en contrepartie d'une indemnité d'un montant de 12 millions d'euros.

À l'issue d'un examen de sa situation fiscale personnelle, l'administration fiscale a estimé que cette somme était imposable dans la catégorie des plus-values de cession de biens meubles (CGI art.150 UA) et a assujetti la contribuable à des suppléments d'impôt sur le revenu. À titre subsidiaire devant la cour administrative d'appel, l'administration avançait que l'indemnité perçue constituait la contrepartie d'une prestation de service rendue par elle au joueur, imposable dans la catégorie « balai » des bénéfices non commerciaux (CGI art. 92).

Après avoir relevé que la détention du reçu ne conférait aucun droit à son porteur lorsqu'il n'était pas le joueur et que la Française des jeux en demeurait propriétaire en vertu du règlement de jeu de l'Euro Millions, la cour administrative d'appel a jugé que l'indemnité perçue ne constituait pas la contrepartie de la cession de ce reçu, ou d'un droit relatif à celui-ci, et en a déduit que cette somme ne pouvait être regardée comme une plus-value de cession taxable entre les mains de l'intéressée.

En outre, la cour a jugé que la somme litigieuse ne pouvait être imposée dans la catégorie des BNC dès lors que le profit en cause était par nature insusceptible de se renouveler, eu égard au caractère purement accidentel de ce gain.

Le Conseil d'État a confirmé cette décision.

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître François Romby

Maître François Romby

Avocat au Barreau de SAINT-QUENTIN

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Droit Pénal
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit de l'informatique, des Libertés & Internet
  • - Droit des affaires
  • - Loi travail 2017

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.