Le burn out (ou épuisement professionnel) frappe toutes les professions qui demandent un engagement personnel fort.

Le burn out comprend un ensemble de réactions consécutives à une situation de stress professionnel chronique (épuisement, maux de tête, douleurs dorsales...). Les symptômes peuvent aussi bien être physiques que psychologiques et peuvent évoluer vers la dépression et l'anxiété.

Le salarié victime d'un burn out doit tout faire pour préserver sa santé et peut en ce sens faire reconnaître son burn out comme maladie professionnelle.

 

Etape 1 : informer l'employeur et les représentants du personnel

Lorsqu'un salarié souffre de ces symptômes, il doit en informer son employeur ainsi que les représentants du personnel afin que ces derniers puissent agir afin d'améliorer sa santé. L'employeur devra en outre mettre en place un système de prévention et d'information sur le burn out.

 

Etape 2 : consulter son médecin traitant

Le salarié peut parallèlement consulter son médecin traitant afin d'effectuer un bilan de santé. Ce bilan permettra au professionnel de santé d'identifier les causes des symptômes et éventuellement de décider d'un arrêt de travail.

 

Etape 3 : faire reconnaître son burn out en maladie professionnelle

Le salarié peut faire reconnaître son burn out en maladie professionnelle, comme le permet la loi Rebsamen depuis 2015.

Toutefois, il est précisé que le burn out n'est pas prévu dans la liste des maladies professionnelles de la CPAM. Un dossier doit donc être adressé à cet organisme afin qu'il se prononce sur l'existence d'un lien entre la maladie et le travail.

La CPAM adresse un questionnaire au salarié et réalise une enquête.

En cas de refus de reconnaissance, un recours est possible devant la Commission de recours amiable. Puis, la procédure peut se poursuivre si nécessaire devant le Tribunal judiciaire compétent.

Le salarié dont le burn out sera reconnu comme maladie professionnelle pourra obtenir la réparation de son préjudice ainsi que l'octroi d'indemnités journalières en cas d'interruption temporaire de travail et d"une rente en cas d'incapacité permanente.

Enfin, le salarié pourra prendre acte de la rupture de son contrat de travail aux torts exclusifs de l'employeur.

Le cabinet est à votre disposition pour toute information complémentaire.

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail