Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Comité d'Entreprise (CE) » Actualités

Brève Comité d'Entreprise (CE)

Vrai-Faux : le burn-out peut être reconnu comme maladie professionnelle

Par , Juriste Rédactrice web - Modifié le 06-02-2018

Abonnez-vous 1€ pendant 15j


Vrai-Faux : le burn-out peut être reconnu comme maladie professionnelle

VRAI, votre burn-out peut être reconnu comme maladie professionnelle. Les pathologies psychologiques étant des maladies hors tableau, certaines conditions doivent être réunies pour que l'Assurance Maladie reconnaisse l'origine professionnelle de votre affection. Découvrez lesquelles !

Vos conditions de travail (ex : stress, objectifs trop élevés, accroissement de la charge de travail) affectent votre état de santé physique mais aussi psychique. Vous pensez que votre activité professionnelle est à l'origine de votre mal être et la cause de vos nombreux arrêts de travail. Quels sont les éléments pour identifier une maladie professionnelle et la faire reconnaître ?

Reconnaître une maladie professionnelle et la déclarer

Comment bien identifier une maladie professionnelle et la faire reconnaître ?

2 conditions à remplir pour faire reconnaître une pathologie psychique

À ce jour, il n'existe pas de tableau des maladies professionnelles pour les pathologies psychiques telles que le syndrome d'épuisement professionnel.

Mais il est possible de faire reconnaître le burn-out comme étant d'origine professionnelle même si c'est une maladie dite hors tableau.

12% des actifs présentent un risque de burn-out

Une pathologie psychique, comme le burn-out, peut être reconnue au titre des maladies professionnelles si deux conditions sont réunies (1):

  • il est établi que la pathologie est essentiellement et directement causée par le travail
  • et, elle a entraîné une incapacité permanente partielle (IPP) égale ou supérieure à 25%.

S'il doit exister un lien direct et essentiel avec les conditions de l'exercice professionnel, ceci ne signifie cependant pas, que ce lien doit être exclusif.

En effet, pour apprécier l'origine professionnelle de la pathologie, il est nécessaire de prendre en compte un éventuel état antérieur ainsi que les facteurs extraprofessionnels qui peuvent impacter la santé mentale du salarié.

Pour obtenir la prise en charge de votre affection psychique au titre de la législation sur les risques professionnels, il est important de bien préparer son dossier de demande de reconnaissance d'une maladie professionnelle.

Déclarer sa maladie à la Caisse Primaire d'Assurance Maladie

Victime d'un syndrome d'épuisement professionnel, vous vous demandez comment faire pour "se mettre en burn-out" ?

L'Assurance Maladie-Risques professionnels a reconnu en 2016, près de 600 affections psychiques au titre des maladies professionnelles.

Étude de l'Assurance Maladie-Risques professionnels, publiée le 19 janvier 2018

Lorsque vous tombez malade et que votre maladie est liée au travail, vous devez formuler une demande de reconnaissance du caractère professionnel de votre maladie auprès de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM).

Attention au délai puisque vous devez déclarer votre maladie dans les 15 jours qui suivent l'arrêt de travail (2).

Votre demande doit être adressée à votre CPAM à l'aide du formulaire suivant :

Références :
(2) Articles L461-5 et R461-5 du Code de la sécurité sociale
(1) Articles L461-1 et R461-8 du Code de la sécurité sociale

Sur le même sujet


Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité du droit du travail

Vous avez des questions sur le sujet Comité d'Entreprise (CE)  ?

Posez-la à un expert Juritravail et obtenez une réponse sous 48h

Vous êtes...

  •  
  •  
  •  
  •  

Vos Réactions

  • fred59680 - Visiteur Le 12-07-2018 à 19:50

    j'ai 54 ans toujours travailler depuis mes 17 ans , 1 arrêt maladie , peu de période de chômage  moins d'un an je pense .Suite à la fermeture de mon ancienne société pour cause de retraire du patron , ou j'ai travailler pour eux pendant plus de 22 ans , je suis parti me reconvertir a 51 ans  pendant 9 mois dans le métier de boucher.De retour dans mon entreprise j'ai été licencier en 2016 et aprés 3 semaine de chômage , j'ai retrouver un emplois comme boucher dans une superette . Travail difficile mais trés plaisant , je me senter bien dans cet emplois . Aprés la perriode d'essais j'ai donc signé un cdi  et pensez que j'allais finir sur se poste jusqu'à la retraitre . hors les cadence se sont accélerer , le chef boucher présent tomba en dépression , et me voila propulser chef boucher avec un jeune collègue , a deux et devant la demande de résultat , on a commencer a faire beaucoup d'heure jusqu'à 90 h d'heure sup en 4 semaine,40 heure seulement  payer le reste a voir plus tard  ,  8 jour sans repos , mais les résultat était la , ensuite se fut les reproche comme quoi il y avait trop d'heure , mais comment faire autrement si on veut une hygienne et du résultat ? dont on prend les heure a faire a son compte et on ne les déclare pas , ou on fait la partie papier chez soi ,  aprés une "discution " dans le labo avec mes responsable je me suis effondré , conscient mais plus de jambe et une grande fatigue , enmener aux urgence , le médecin ma parler du burn out et par la suite mon médecin traitant , la je suis en attente de voir un psychiatre pour un suivit .Trés difficile d'expliquer se qui vous arrive , grande fatigue , vous dormez en permanence , vos paupière sont si lourde que vous arriver pas a gardez vous yeux ouvert. et il y a les période de coup de gnac ou vous voulez vous en sortir et tout de suite aprés les perriode de grande fatigue , sans parler des perriode de culpabilité ou je n’ose pas sortir la journée de peur de passer pour un fainéant qui se promène au lieu de bosser , aussi le refus de voir la fatigue et votre état qui se détériore , on refuse l’appel de votre Corp. qui demande du repos , si le chiffre est pas la c’est  obligatoirement votre faute et vous réagissez de la sorte ,alors voila , maintenant sa fait une semaine que je suis arrêter , je dois voir le psychologue du travail lundi , ensuite le médecin du travail , que faire a part subir ,  je me pensait plus fort que ça , et je ressent de la colère devant un travail qui a prix 3 vie , mes 2 collègue et la mienne en 1 an , car qu’allons nous devenir , je ne me sens pas la force de devoir expliquer encore et encore se qui m’arrive , avoir toujours la sensation d’être le faible , voir même le menteurs , se sentir toujours devoir se justifier   

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Publicité

Edition abonné

Publicité


30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2018 JuriTravail tous droits réservés