Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Mise en conformité » Connaître vos obligations en matière de discrimination » Actualités

Article avocat Connaître vos obligations en matière de discrimination

CJUE : discrimination à l'embauche fondée sur l'orientation sexuelle

Par , Avocat - Modifié le 04-05-2020
Des déclarations homophobes constituent une discrimination en matière d’emploi et de travail lorsqu’elles sont prononcées par une personne qui a ou peut être perçue comme ayant une influence déterminante sur la politique de recrutement d’un employeur.

Lors d'un entretien réalisé au cours d'une émission radiophonique, un avocat déclare ne pas vouloir recruter ni faire travailler de personnes homosexuelles dans son cabinet. A la suite de cet évènement, une association d'avocats défendant en justice les droits LGBTI a saisi le juge national pour obtenir réparation. Cette demande a été accueilli en première instance et confirmée en appel. L'avocat s'est ensuite pourvu en cassation. La Cour de cassation italienne a interrogé la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) à titre préjudiciel quant à l'interprétation de la notion de "conditions d'accès à l'emploi [...] ou au travail", au sens de la directive "antidiscrimination".

Le 23 avril 2020, la CJUE juge que les déclarations effectuées par une personne au cours d'une émission audiovisuelle, selon lesquelles elle ne recruterait ni ne ferait travaillers les personnes d'une certaine orientation sexuelle dans son entreprise, relèvent du champs d'application matériel de la directive 2000/78. En particulier, la notion de "condition d'accès à l'emploi [...] ou au travail", au sens de l'article 3, serait applicable et ce même si aucune procédure de recrutement n'était en cours ou programmée lorsque ces déclaration ont été effectuées, à condition, toutefois, que le lien entre lesdites déclarations et les conditions d'accès à l'emploi ou au travail au sein de l'entreprise ne soit pas hypothétique.

La Cour précise que ce lien doit être apprécié par les juridictions nationales sur la base de l'ensemble des circonstances caractérisant lesdites déclarations. Doivent être analysés le statut de l'auteur, la qualité dans laquelle il s'est exprimé, si celles-ci pourraient avoir une influence déterminante sur la politique de recrutement de l'employeur, ainsi que le contexte dans lequel ces déclarations ont été effectuées, en particulier leur caractère public ou privé.
La Cour rappelle que la liberté d'expression n'est pas un droit absolu et que son exercice peut comporter des limitations, à condition qu'elles soient prévues par la loi, qu'elles respectent le contenu essentiel de ce droit ainsi que le principe de proportionnalité. Or, la directive "antidiscrimination", s'appliquant en l'espèce, garantit le respect du principe d'égalité de traitement en matière d'emploi et de travail et la réalisation d'un niveau d'emploi et de protection sociale élevé, en interdisant uniquement les déclarations qui constituent une discrimination en matière d'emploi ou de travail. Ne peuvent donc échapper de son application les déclarations effectuées dans le cadre d'une émission audiovisuelle de divertissement et qui constituent l'expression d'une opinion personnelle de leur auteur.
Sur la recevabilité de l'action de l'association d'avocats, la Cour précise qu'il appartient aux Etats membres de décider à quelles conditions une association peut engager une procédure juridictionnelle visant à faire constater l'existence d'une discrimination et à sanctionner celle-ci, lorsqu'aucune personne lésée n'est identifiable.

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Patrick LINGIBE

Maître Patrick LINGIBE

Avocat au Barreau de CAYENNE

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Fiscalité de l'Entreprise
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit des étrangers : en France et à l'étranger
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit de l'Environnement
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.