L’étape finale de la construction d’un ouvrage est sa réception.

La réception d’un ouvrage est ainsi définie par l’article 1792 6 du Code civil :

« La réception est l’acte par lequel le maître de l’ouvrage déclare accepter l’ouvrage avec ou sans réserve ».

Cette réception a, selon l’expression utilisée en droit, un « effet de purge » concernant les désordres apparents à cette occasion et qui n’ont fait l’objet d’aucune réserve.

Toutefois, comment le caractère apparent ou caché des désordres existants lors de la réception d’un ouvrage doit il s’apprécier ?

Au terme d’un arrêt rendu le 18 avril 2019 (Civ. 3ème, 18 avril 2019, n° 18 14. 337), la Cour de cassation confirme que le caractère caché ou apparent des désordres s’apprécie en fonction de celui qui prononce la réception, à savoir le maître d’ouvrage, en statuant comme suit :

« Qu’en statuant ainsi, alors que le caractère apparent ou caché des désordres s’apprécie en la personne du maître de l’ouvrage au jour de la réception, la cour d’appel a violé les textes susvisés...".

À propos de l’auteur

Photo de                         Cabinet Virginie miré et jérôme blanchetière

Cabinet Virginie miré et jérôme blanchetière

Avocat au barreau de Paris

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail