Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit du Sport » Les Contrats Sportifs » Contrat de Travail et Droit du Sport » Actualités

Article avocat Contrat de Travail et Droit du Sport

La tacite reconduction du contrat de scouting avait donné naissance à un CDI entre les parties

Par , Avocat - Modifié le 13-05-2019

La Cour d'appel de Reims a récemment estimé que la tacite reconduction d'un contrat de scouting avait donné naissance à un CDI entre un Club sportif et une société. 

Le Club de football de Troyes (ESTAC) a conclu en juillet 2014 avec une société de "consulting" une convention d'assistance portant sur la supervision de matchs et la préparation du recrutement de joueurs.

Ce contrat de "scouting" d'une durée d'une saison sportive a été reconduit par les parties sans qu'aucune nouvelle convention ne soit signée.

Par courrier en recommandé en date du 31 octobre 2015, l'ESTAC a notifié à son cocontractant sa volonté de résilier la convention moyennant un préavis de trois mois et en dispensant son partenaire d'effectuer des prestations pour le compte du club pendant cette période de préavis.

La société de scouting a contesté cette résiliation et saisi le tribunal de commerce de Troyes, lequel, par jugement du 27 mars 2018, l'a débouté de ses demandes. Appel a été interjeté de ce jugement devant la Cour d'appel de Reims.

Sur la qualification juridique des relations contractuelles entre les parties, la Cour considère qu'en l'absence de contrat signé par les parties au delà du 30 juin 2015, un nouveau contrat à durée indéterminée avait pris effet à compter du 1er juillet 2015.

La cour estime ensuite que le délai de prévenance de 3 mois laissé par l'ESTAC à son cocontractant était raisonnable tout comme la rémunération versée pendant ce délai, de sorte que les demandes indemnitaires formulées par la société à titre de dommages-intérêts, manque à gagner et perte de chance de renouvellement de contrat sont de nouveau rejetées.

 

Source :

CA Reims, 07-05-2019, n° 18/00897

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Antoine SEMERIA

Maître Antoine SEMERIA

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit Commercial
  • - Droit Pénal
  • - Droit du Sport

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.