Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la Famille - Divorce » Divorce & séparation » Garde des enfants » Actualités

Article avocat Garde des enfants

Droit de visite du père non respecté

Par , Avocat - Modifié le 15-06-2020

Droit de visite du père non respecté

Lorsque la garde d'un enfant est accordée à l'un des parents, l'autre se voit généralement confier un droit de visite et d'hébergement. Que faire lorsque ce droit de visite n'est pas respecté ?

Droit de visite et d’hébergement

L’article 373-2 du Code civil stipule que : « Chacun des père et mère doit maintenir des relations personnelles avec l'enfant et respecter les liens de celui-ci avec l'autre parent ».

En outre, selon l’article 373-2-1 : « Si l'intérêt de l'enfant le commande, le juge peut confier l'exercice de l'autorité parentale à l'un des deux parents.

L'exercice du droit de visite et d'hébergement ne peut être refusé à l'autre parent que pour des motifs graves ».

Ainsi, le droit de visite est accordé au parent qui n’a pas la garde habituelle de l’enfant.

 

Les recours lorsque le droit de visite n’est pas respecté

Le droit de visite est un droit et non une obligation. Ainsi, le parent qui a un droit de visite peut ne pas exercer son droit.

Si le père n’exerce pas ce droit, la mère de l’enfant ne peut pas l’y contraindre. En revanche, elle pourra demander une révision des modalités de fixation du droit de visite et d’hébergement. Elle peut également demander une révision à la hausse de la pension alimentaire.

En revanche, le parent qui a la garde habituelle de l’enfant ne doit pas empêcher le droit de visite de l’autre parent. Ceci peut être considéré comme un délit de non-représentation de l’enfant.

Quoiqu’il en soit, il faut apporter les preuves du non-respect du droit de visite. Il est alors conseillé de déposer une main courante à chaque fois que le parent ne s’est pas présenté. Il est aussi possible de le faire constater par un acte d’huissier.

Le parent qui bénéficie du droit de visite et qui en est empêché peut porter plainte auprès du procureur de la République du tribunal de grande instance du domicile de l’enfant.

Ce délit de non-représentation est passible d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 15 000 euros.

 

 

 

Maître Romain Omer

Maître Romain Omer

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.