Accueil » Droit des affaires » Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité » Créer une Entreprise » Entreprendre seul ou à plusieurs : création d'entreprise » Actualités

Actualité Entreprendre seul ou à plusieurs : création d'entreprise

Fin du stage obligatoire pour les artisans

Par , Juriste rédacteur web - Modifié le 13-04-2019

Fin du stage obligatoire pour les artisans Juritravail

C'est désormais acté ! L'Assemblée Nationale a définitivement adopté, le jeudi 11 avril 2019, le projet de loi PACTE (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) visant notamment à mettre fin au caractère obligatoire du stage de préparation à l'installation (SPI) . Il faut encore attendre la publication prochaine du texte au Journal Officiel pour que celui-ci entre en vigueur. Les créateurs d'une entreprise artisanale ne seront plus obligés d'effectuer le SPI pour s'immatriculer, et cela sans même avoir besoin de justifier d'un cas de dispense légal. Quelles conséquences pour les futurs chefs d'entreprises artisanales ? 

Réduction des coûts de formalité

Selon l'étude d'impact du projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises, le coût total du SPI est estimé à 242 euros pour le micro-entrepreneur et 548 euros pour les autres.

Ce coût comprend le prix du SPI fixé légalement à 194 euros (1), mais également l'estimation du manque à gagner pendant les 30 heures de formation (2).

Ce stage pouvait présenter un coût rédhibitoire pour certains professionnels, notamment ceux qui envisageaient une activité réduite (les micro-entrepreneurs notamment). 

Rétablissement d'une égalité de traitement

Depuis le 31 décembre 1973 (3), les réseaux consulaires (Chambre de Métiers et Chambre de Commerce) ont l'obligation de proposer aux créateurs d'entreprises des stages de courte durée d'initiation à la gestion de leur entreprise.

Ce stage s'est imposé comme une obligation légale pour les artisans souhaitant s'inscrire à la Chambre de Métiers dès le 25 décembre 1983 (4), puis s'est étendu aux artisans autoentrepreneurs dés le 19 décembre 2014 jusqu'alors dispensé de cette inscription (5).

S'agissant des commerçants, le stage d'initiation à la gestion est aujourd'hui encore facultatif.

Sans raisons légitimes, les formalités d'immatriculation pour un artisan devenaient ainsi plus onéreuses et plus longues, sauf à justifier d'un cas de dispense légal.

Amélioration de la qualité d'accompagnement.

Jusqu'à maintenant, les Chambres de Métiers disposaient d'un monopole à la dispense du SPI. Celui-ci traitait de la gestion globale d'une entreprise en abordant des connaissances juridiques, fiscales, sociales et comptables. Une formation qui ne traitait pas de questions propres à l'artisanat. 

La formation s'adressait aussi bien à un charcutier qu'à un maçon en bâtiment.

En rendant le SPI facultatif, l'entrepreneur dispose du choix de son accompagnement ce qui stimulera la concurrence et devrait donc créer une émulation pour accroître la qualité de celui-ci.

C'est également dans un soucis concurrentiel que le prix du SPI sera désormais librement fixé par la Chambre de Métiers.  

Références:
(1) Article 118 de la loi n° 83-1179 du 29 décembre 1983 de finances pour 1984 et article 1601 du Code général des impôts
(2) Article 4 du Décret n° 83-517 du 24 juin 1983 fixant les conditions d'application de la loi 82-1091 du 23 décembre 1982 relative à la formation professionnelle des artisans
(3) L'article 59 de la loi n° 73-1193 du 27 décembre 1973
(4) Article 2 de la loi n°82-1091 du 23 décembre 1982
(5) Article 27 de la loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Entreprendre seul ou à plusieurs : création d'entreprise ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Vos Réactions

  • Marco15 - Visiteur Le 16-04-2019 à 12:02

    Bonjour,
    Avez-vous deja suivi un SPI ? Les personnes qui ont pris cette décision ont-ils suivi ces 30 h de cours dispensés par les CMA ? Les croyances et méconnaissances de l'auteur de cette article principalement sur ce que contient un SPI sont criantes. Dire que "la formation ne traitait pas de questions propres à l'artisanat" et que la fin du monopole permettra "la monté en qualité de l'accompagnement" sont de nature à faire croire que le stage était mauvais, cher et inadapté.
    Pour animer la partie commerciale de SPI sur un département, on ne peut que constater que "oui" il était un monopole pour les CMA mais encadré au niveau des tarifications par l'Etat et très loin du compte pour 30 HEURES DE COURS. Combien coutera un accompagnement par un consultant privé avec un coût journée entre 750 et 1 000 euros ?
    Une sélection par le prix sera ainsi faite ce que les CMA ne faisaient pas. Tout le monde pouvait démarrer avec le même niveau de connaissance, sans parler des échanges au sein du groupe, des interventions banques, assurances, CAPEB pour le BTP, des rendez-vous individuel qui en découlait avec un conseille (gratuit je rappelle aussi).
    L'Artisanat s'est 250 métiers et 530 activités, il est impossible de faire du sur-mesure et donc de"traiter des questions propres à l'artisanat" par contre pour les questions en lien  avec la mise en place d'une organisation, la gestion quotidienne d'une entreprise, la facturation et devis, les statuts, la communication notamment digitale,... là une réelle information était amenée. Je rappelle aussi que 94 % des stagiaires recommanderaient le stage à l'issu des 30h, largement passé sous silence...
    Que dire du niveau des stagiaires tant sur le niveau de français que des ressources financières... Que dire de la multiplication des personnes en charge de la création d'entreprises dans les intercommunalités et mairies de France depuis 10 ans et de ceux qui seront, à court terme, embauchés pour pallier le manque de "suivi des porteurs de projets"par le privé ?
    La mort des chambres consulaires est en cours dans l'indifférence général mais la taxe sera toujours prélevée rassurez-vous. Je m'appui pour dire cela sur le prélèvement de la Taxe sur les surfaces commerciales affectées directement au budget de l'état depuis 2007 et de moins en moins affectée pour alimenter le fond FISAC dont la mort vient elle aussi d'être annoncée pour 2019... Bref moins de services publiques et toujours des prélèvements et taxes sans réelles économies.


  • St-cham - Visiteur Le 20-04-2019 à 14:10

    Bonjour à tous, Pour ce qui est de nos chambre consulaire le revers est enfin là. Jamais elles n'accompagne les entreprises dans l'intérêt de l'entreprise, beaucoup TROP de magouille oui oui de MAGOUILLE. Alors oui nous taxer lors de notre enregistrement mais bientot fini vos monopole. Et ceci dans toutes nos CMA je ne rentrerais pas dans les détails mais le message précédent est une blague. Allez c'est la fin plus d'obligation et ceux qui le désirent viendront vous voir et vous pourrez présenter vos amis VOS AMIS pour gonfler leur chiffre d'affaire. Bonne continuation.

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Publicité

Publicité



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés