Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Gérer les Absences & les Congés » Gérer les Congés Payés des salariés : calcul, décompte, paiement, délais » Actualités

Article avocat Gérer les Congés Payés des salariés : calcul, décompte, paiement, délais

Le salarié ne peut pas prendre ses congés payés pendant la mise à pied conservatoire

Par , Avocat - Modifié le 18-09-2014

Pendant une mise à pied conservatoire, qui a pour effet de suspendre le contrat de travail, le salarié ne peut pas prendre ses congés payés, même si les dates de congés avaient été fixées avant la mesure de mise à pied. Tout dépend de la date du début des congés payés.

Ce principe est rappelé par la Cour de Cassation dans un arrêt du 15 mai 2014 (Cass. Soc. 15.05.2014 : 11-22800).

La mise à pied conservatoire

La mise à pied conservatoire est une mesure préventive prise par l’employeur, afin d’éloigner temporairement le salarié de l’entreprise, en le dispensant de travailler et en suspendant son contrat de travail.

L’employeur ne peut mettre provisoirement à pied un salarié que si celui-ci a commis une faute suffisamment grave qui rend la mise à pied « indispensable ».

Seule une faute grave, voire lourde, peut justifier une telle mesure (Cass. Soc. 06.11.2001, n° 99-43012 ; Cass. Soc. 27.09.2007 : n°06-43867). Toutefois, l’employeur n’est pas tenu de prendre cette mesure, facultative, avant de licencier un salarié pour faute grave (Cass. Soc. 04.11.1992, n°91-41189 ; Cass. Soc. 24.02.2004, n°01-47000).

Cette mesure de mise à pied conservatoire permet à l’employeur de bénéficier du temps nécessaire pour choisir la sanction qu’il va prononcer à l’encontre de son salarié et, le cas échéant, pour mener son enquête (Cass. Soc. 27.09.2006 : n° 06-43867).

Effets de la mise à pied conservatoire

La mise à pied conservatoire suspend immédiatement l’exécution du contrat de travail du salarié (article L1332-3 du code du travail).

La mise à pied conservatoire constitue l’engagement de poursuites disciplinaires qui interrompt la prescription des faits fautifs (la prescription étant en matière disciplinaire, de deux mois à compter de la découverte des faits par l’employeur).

Conséquences de la mise à pied conservatoire sur les congés payés

Les salariés ont droit à un congé annuel payé de 2,5 jours ouvrables par mois de travail effectif accompli chez le même employeur entre le 1er juin de l’année précédente et le 31 mai de l’année en cours (sauf certains secteurs d’activité) (article L3141-3 du Code du travail).

La durée totale du congé exigible ne peut excéder 30 jours ouvrables.

La question s’est posée de savoir quel est le sort des congés payés lorsque le salarié est mis à pied à titre conservatoire.

Aux visas des articles L1332-3, L3141-12 et L3141-14 du Code du travail, la Cour de Cassation précise que lorsqu’un salarié fait l’objet d’une mise à pied conservatoire, laquelle a pour effet de suspendre le contrat de travail, il ne peut, pendant cette période, valablement prendre ses congés payés, peu important que leur date ait été décidée antérieurement à la mesure de mise à pied.

Le report des congés payés est possible, de manière classique.

Cette décision n’empêche pas l’employeur de reporter le début d'une période de mise à pied conservatoire au retour de congés du salarié dans l'entreprise, dans le cas où ses congés débuteraient le lendemain des faits reprochés ayant entraîné la décision de mettre le salarié à pied à titre conservatoire (Cass. soc. 04.10. 2011 n° 10-18862). Le report d'effet de la mesure ne fait pas perdre son caractère conservatoire à la mise à pied.

Par contre, si les congés payés ont été fixés à une période qui commence plusieurs jours après le début de la période de mise à pied conservatoire, ils ne pourront plus être pris, le contrat de travail étant déjà suspendu.

Par Maitre Virginie LANGLET

Avocat au Barreau de Paris

57 Bd de Picpus 75012 PARIS

Tél : 01.84.79.16.30

www.cabinet-avocats-langlet.fr

Sources : Cass. Soc. 15 mai 2014, n°11-22800

Cass. Soc. 06 novembre 2001, n°99-43012

Cass. Soc. 27 septembre 2007, n°06-43867

Cass. Soc. 4 novembre 1992, n°91-41189

Cass. Soc.24 février 2004, n°01-47000

Cass. Soc. 27 septembre 2006, n°06-43867

Cass. Soc. 4 octobre 2011, n°10-18862

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Virginie Langlet

Maître Virginie Langlet

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.