Accueil » Droit de la presse, image & publicité » Communiqué de Presse Juridique » Information Cabinet d'Avocats » Actualités

Article avocat Information Cabinet d'Avocats

Avec ou sans avocat devant mon juge ?

Par , Avocat - Modifié le 28-03-2017

de l’intérêt ou pas de se faire assister ou représenter en justice.

Avec ou sans avocat pour me défendre ?

Lorsque la présence de l'avocat n'est pas obligatoire, beaucoup de justiciables considèrent pouvoir se présenter seuls pour être mieux compris du juge.

C'est parfois vrai.

 

Il nous est arrivé, au cabinet, de rédiger les écritures du client (les conclusions)  sans y mettre notre nom et qualité d'avocat, et de dire au client : allez présenter votre défense seul devant le juge d'instance : il vous écoutera plus que nous  et sera peut être votre défenseur subjectif!

 

Et ça marche souvent lorsque le "petit" justiciable endetté doit faire face à  "l'ogre" créancier, comme l'illustre cette réaction  en pleine audience d'un juge d'instance s'adressant au justiciable :

-      "Et comme vous êtes seul sans avocat, je peux encore vous dire  que vous pouvez saisir,.,que vous avez  le droit de ,., pour vous opposer aux demandes."

 

Le magistrat  s'érigeait ainsi en conseil du justiciable pour  mieux l'aider à gérer sa situation financière face à la banque.

 

Évidement ce  positionnement n'est pas systématique, mais se passer d'avocat, selon le type de litige n'est pas nécessairement une erreur, même si pour un justiciable un procès est avant tout  ressenti comme une histoire subie qui génère des soucis, des contrariétés, des craintes, des sacrifices, et du temps perdu  au regard du résultât, bon ou mauvais, obtenu.

 

Mais les clients du cabinet qui prennent cette décision de comparaître seuls sont capables d'éteindre  la flamme de la subjectivité qui déforme la vision de leurs problèmes.

 

Or peu de personnes sont capables  de s'extraire de la subjectivité du vécu  et ce quel que soit  le  niveau culturel constaté : la "vérité" du vécu d'une situation conflictuelle est éloignée de la "vérité " du dossier  appréciée par le magistrat  et l'avocat. C'est la force "injuste"  de la loi qui s'imposera au vécu des parties.

 

En effet la subjectivité qui gagne et ronge chaque justiciable jusqu'à le priver d'un raisonnement cohérent modifie vraiment l'appréciation  certes de  la nécessité ou pas d'un avocat, mais aussi et surtout, celle des données objectives.

Par exemple comparaître seul en qualité de défendeur dans l'instance en conciliation  d'une procédure de divorce devant le Juge Aux Affaire Familiales  constitue très souvent une erreur : la subjectivité est en effet très, trop, présente.

 

Bien que lui-même juge aux affaires familiales en fonction,  ce magistrat,  est venu consulter pour être assisté  dans l'instance en  divorce lancée par son conjoint.

Son audition au cabinet fut complexe  tant sa nervosité transparaissait par une agressivité inutile et un exposé factuel  à charge peu crédible et respectueux.

 

Intelligent et à l'écoute, il a su  cependant s'extraire, ou presque, de cette subjectivité le jour de l'audience de conciliation  bien que son audition par son homologue ait constitué pour lui , selon son impression, une  "véritable épreuve inquisitoriale".

 

Le bon résultat acquis, et bien plus tard  il  m'a dit: Je pense toujours à cette audition. Sans la préparation  à l'acceptation de  l'écoute des griefs qui détruisaient mon  honneur et mon honnêteté, je  dérapais."

 

Il en est même des dossiers trops personnels  concernés par l'amitié ou les liens familiaux.

Un magistrat  de mes amis, nous consulte sur un  litige qu'il souhaite  engager et diriger pour un membre très proche de sa famille.  Avis défavorable unanime des membres du cabinet.  Il engage  néanmoins le procès avec un autre avocat et le perd.

" -Dis moi,  si je fais appel,  quelle chambre statuera en matière ?

"- La première.

"- Ah, elle est encore présidée par le  Mr. D..  ?

"- Oui.

"- C'est un Excellent Magistrat, sans surprise, et en droit je sur de gagner avec lui!

"- C'est en effet un excellent magistrat, sans surprise, donc tu perdras."

 Et l'arrêt rendu fut une grosse déception pour lui.

 Un an plus tard je le reçois dans un cadre amical et il me dit :  

"- tu sais, j'ai relu le dossier, le jugement et l'arrêt. Comment ai-je pu être si aveugle ?

"- tu n'étais  pas objectif. C'est le problème que l'on rencontre avec beaucoup de justiciables : ils viennent nous voir pour conforter leur idée et pas pour un vrai conseil qui  peut les décevoir en les mettant en face du champ du réel juridique et factuel."

 

Ces deux exemples, parmi tant d'autres, sont révélateurs des faiblesses de chaque justiciable, quelque soit sa profession.

 

Un point de vue  professionnel, neutre, extérieur, est très souvent pour ne pas dire toujours utile en matière de contentieux, sans même prendre en considération la technique du droit dont l'articulation  processuelle peut être beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît.

 

En conclusion, sachez réfléchir sur ce que votre entourage d'une part, et  votre conseil d'autre part vous diront. Soyez réceptifs  à la critique sans la balayer d'un revers  de manche et réfléchissez sur le pourquoi de ces dires. Vous ferez un gros progrès sur la perception objective de ce que vous devrez faire, avec ou sans avocat.

 

 Roger Congos

Avocat au Barreau de Douai

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Pour aller plus loin


Maître Roger Congos

Maître Roger Congos

Avocat au Barreau de DOUAI

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit Bancaire
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit des affaires

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés