Nouveaux départements en zone rouge

La circulation du virus progresse sur tout le territoire national mais certains départements sont plus touchés que d'autres.

Certains départements ont dépassé le seuil d'incidence de 50 pour 100.000.

C'est pourquoi 19 nouveaux départements viennent d'être inscrits en zone rouge, ce qui porte au total le nombre de départements concernés à 21 (les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Gard, la Haute-Garonne, la Gironde, l'Hérault, le Loiret, le Rhône, la Sarthe, Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, le Var, le Vaucluse, l'Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, le Val-d'Oise, la Martinique et la Guadeloupe).

On est encore loin de la situation que l'on a connue en mars/avril, mois au cours desquels le taux d'incidence se situait autour de 1.000 pour 100.000, soit 20 fois plus qu'aujourd'hui.

Néanmoins, Jean Castex estime que c'est aujourd'hui qu'il faut intervenir puisque la croissance de l'épidémie peut être exponentielle si on ne réagit pas rapidement.

Port du masque obligatoire dans l'espace public des grandes agglomérations ?

Selon Jean Castex, le port du masque permet de lutter efficacement contre la circulation du virus.

Le Gouvernement envisage de généraliser le port du masque obligatoire dans l'espace public dans les grandes agglomérations. C'est déjà le cas à Marseille et ça le sera prochainement à Paris et dans la petite Couronne.

Jusqu'à présent, seuls certains quartiers de Paris étaient concernés par le port du masque obligatoire dans l'espace public.

👓 À lire également :

Protocole sanitaire renforcé pour la rentrée scolaire

L'école est un élément essentiel pour notre société... Le confinement a montré le sens et l'importance de l'école. Sans l'école les inégalités scolaires s'accentuent, les inégalités sociales aussi. Il est évident que tous les enfants de France doivent retrouver le chemin de l'école.

Jean-Michel Blanquer

Plusieurs mesures ont été annoncées par le Gouvernement pour que la rentrée scolaire se déroulent dans les meilleures conditions sanitaires possibles :

  • le port du masque sera obligatoire dès la rentrée le 1er septembre 2020 pour tous les collégiens et les lycéens mais également pour tous les adultes de la maternelle jusqu'à la terminale ;
  • le lavage systématique des mains plusieurs fois par jour et mise à disponibilité de gel hydroalcoolique et/ou savon dans les établissements scolaires ;
  • la limitation du brassage des élèves dans un même établissement ;
  • la désinfection quotidienne des locaux.

Lorsque des cas Covid sont suspectés ou confirmés au sein d'un établissement, une procédure se déclenchera immédiatement :

  • isolement de la personne ;
  • remise de la liste des personnes contact à l'ARS ;
  • dépistage des cas contacts ;
  • analyse des résultats ;
  • et mesures de fermeture temporaire d'une ou plusieurs classes voire d'un établissement.

Le cas échéant, une continuité pédagogique en présentiel ou à distance sera assurée pour tous les élèves.

Il pourra ainsi être décidé de mesures localisées dans les zones où le virus circule activement.

Dans l'enseignement supérieur également, le masque sera obligatoire pour tout le monde.

👓 Vous aimerez aussi cet article : Rentrée scolaire 2020-2021 : les conditions de reprise de l'école

Augmentation de la capacité à tester

C'est un effort de dépistage sans précédent dans l'histoire des maladies infectieuses en France.

Olivier Véran

Nous sommes aujourd'hui en capacité de réaliser 800.000 tests par semaine.

Olivier Véran qui s'est dernièrement entretenu avec les laboratoires, leur a demandé d'être en capacité de réaliser 1 million de tests par semaine à court terme.

S'il existe dans certaines zones, des délais relativement longs pour obtenir un RDV pour se faire tester, le Gouvernement assure qu'il surveille de près les délais dans lesquels les résultats des tests de dépistage sont rendus.

Dans 80% des cas, ces délais sont inférieurs à 36h.

Capacité de réponse face à l'épidémie

Si la France devait affronter une seconde vague de l'épidémie, Olivier Véran l'affirme, elle est prête à y faire face.

À retenir :

Le Gouvernement a anticipé et sécurisé sa capacité de réponse face à l'épidémie qu'il s'agisse des stocks stratégiques de masques, des équipements individuels tels que les gants et les masques ou des équipements de réanimation (nombre de lits disponibles en réanimation, médicaments, respirateurs...).

En effet, une commande de 400 millions de gants a été passée. le Gouvernement pourrait prendre un arrêté de plafonnement des prix des gants si cela devenait nécessaire.

Concernant le stock stratégique de masques, l'objectif de 1 milliard de masques en stock sera atteint fin septembre.

12.000 litsen réanimation disponibles

Par ailleurs, chaque région dispose désormais d'une capacité d'augmenter son nombre de lits de réanimation notamment en déprogrammant les actes chirurgicaux qui peuvent l'être.

Ainsi, 12.000 lits de réanimation pourraient ainsi être disponibles, soit 5.000 lits de plus qu'au pic de l'épidémie où 7.000 lits étaient occupés simultanément.

Enfin, la France est désormais en capacité de fournir des médicaments de réanimation à 29.000 malades au total.

Une attention particulière a également été portée aux ressources humaines :

  • organisation des épiques en réanimation ;
  • réserves régionales de volontaires pouvant répondre dans l'urgence aux besoins ;
  • formation renforcée des soignants.

Possible reconfinement ?

Lors de son communiqué de presse, Jean Castex a réaffirmé que l'objectif est d'éviter un reconfinement généralisé, qui aura des conséquences dramatiques au niveau économique, social mais aussi humain.

Néanmoins, des plans de reconfinement sont prêts et des mesures localisées pourront être prises.

Un vaccin pour 2021 ?

De nombreux laboratoires travaillent et progressent sur différentes technologies de vaccins à travers le monde.

Le jour où nous proposerons aux français un vaccin, c'est qu'il sera à la fois efficace, sûr et qu'il aura rempli toutes ces conditions.

Olivier Véran

La mise sur le marché d'un vaccin correspond à des règles très strictes.

Des précommandes ont été passées auprès de certains laboratoires qui se disent être près du but. Certains disent qu'ils pourraient y arriver d'ici la fin de l'automne.

Concernant les traitements du Covid, nous en sommes toujours au stade de la recherche scientifique. La France accompagne de grands essais thérapeutiques.

Enfin, les chercheurs travaillent également sur des tests de dépistages notamment des tests salivaires.