Déroulement des Travaux : devis, vices, chantier, facture, désordres

Isolation thermique : en l'absence de surconsommation d'énergie, pas de garantie décennale


Par Marine Venin, Avocat - Modifié le 05-02-2021 - Blog : Blog Maitre Marine Venin

Isolation thermique : en l'absence de surconsommation d'énergie, pas de garantie décennale

Isolation thermique : la surconsommation d'énergie doit être caractérisée pour entraîner la garantie décennale (3ème Civ, 17 septembre 2020, n° 19-16329).

 

Un couple a confié à une société des travaux de réfection de la toiture de leur maison, afin de lui apporter une isolation thermique. 

 

Considérant que l'isolant sous couverture était affecté de non-conformités et de malfaçons, les maîtres d'ouvrage ont, après expertise, recherché la responsabilité décennale du constructeur et la garantie de son assureur.

 

La Cour d'Appel a mis hors de cause l'assureur décennal, et a rejeté les demandes dirigées à son encontre.

 

Les maîtres d'ouvrage ont alors formé un pourvoi en cassation. Ils ont fait valoir que la non-conformité de l'isolation thermique avait engendré des infiltrations mais également l'insuffisance de garde feu ainsi que des déperditions thermiques, ce qui rendait l'immeuble impropre à sa destination.

 

La Cour de Cassation a rejeté le pourvoi et a confirmé la position des premiers Juges.

 

Elle a noté que le seul désordre constaté par l'expert judiciaire, se manifestant par des traces d'humidité au niveau de la souche de cheminée, n'était pas de nature décennale.

 

La Haute Juridiction a souligné que les maîtres de l'ouvrage ne justifiaient d'aucune surconsommation d'énergie. Ils n'établissaient pas non plus avoir été dans l'impossibilité d'utiliser leur cheminée en raison d'un risque d'incendie, que l'expert n'avait d'ailleurs pas signalé.

 

Il pouvait donc en être déduit que les non-conformités affectant l'isolation thermique ne rendaient pas l'ouvrage impropre à sa destination. Dès lors, l'assureur n'était pas tenu à garantie.

 

Il s'agit d'une jurisprudence constante (3ème Civ, 12 juillet 2018, n° 17-21163).

 

Faute pour les maîtres de l'ouvrage d'établir une impropriété de l'ouvrage à sa destination, par exemple en raison d'une surconsommation d'énergie, la responsabilité décennale du constructeur ne pouvait pas être engagée.

 

En effet, si les dispositions de l'article 1792 du Code Civil font bénéficier au maître de l'ouvrage d'une présomption de responsabilité du constructeur, encore faut-il que le demandeur apporte la preuve de l'existence de la nature décennale du désordre. Tel n'était pas le cas en l'espèce.

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail