Évaluation annuelle des salariés : mener l'entretien individuel

Les employeurs d’au moins 50 salariés ont jusqu’au 31 décembre 2020 pour se mettre en conformité


Par Isabelle De Bourbon Busset, Avocat - Modifié le 11-12-2019 - Blog : Blog Maitre Isabelle De Bourbon Busset

Les employeurs d’au moins 50 salariés ont jusqu’au 31 décembre 2020 pour se mettre en conformité

ENTRETIEN PROFESSIONNEL : Les employeurs d’au moins 50 salariés ont jusqu’au 31 décembre 2020 pour se mettre en conformité avec la législation applicable et échapper à la sanction prévue en cas de manquement.

Depuis la loi n°2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, tout employeur, quelle que soit la taille de l’entreprise, a l’obligation, tous les deux ans, d’organiser un entretien professionnel individuel avec chacun de ses salariés.

Tous les six ans, l’entretien professionnel doit faire l’objet d’un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié. 

Il s’agit de vérifier qu’il a bénéficié de tous les entretiens auquel il avait droit et de s’assurer qu’au cours de cette période de 6 ans, il a :

-          Suivi au moins une action de formation ;

  •  Acquis des éléments de certification par la formation ou par la validation des acquis de son expérience ;
  • Bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle.

Cet entretien professionnel doit également être proposé à tout salarié qui reprend son activité après une période d’interruption de son contrat : congé maternité, congé parental, congé d’adoption, congé de soutien familial, congé sabbatique et période de mobilité volontaire sécurisée, arrêt maladie de plus de six mois, mandat syndical.

 

Cependant, seule l’entreprise de plus de 50 salariés n’ayant pas respecté ce dispositif encourt une sanction.


Les cas dans lesquels les entreprises de plus de 50 salariés encourent une sanction ont été modifiés par la loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 dite loi Avenir professionnel :

 

Auparavant la sanction n’était encourue que si, pendant une période de 6 années consécutives, le salarié n’avait bénéficié ni des entretiens professionnels ni d’au moins deux des trois mesures d’évolution visées plus haut.

Désormais, depuis le 1er janvier 2019, la sanction est encourue si le salarié n’a bénéficié ni des entretiens professionnels ni d’au moins une action de formation non obligatoire.

La sanction est la suivante : l'employeur doit abonder le compte personnel de formation (CPF). Le CPF du salarié est alors crédité de 3000 .

 

L’ordonnance du 21 aout 2019 laisse aux employeurs de plus de 50 salariés jusqu’au 31 décembre 2020 pour se mettre en conformité avec ce nouveau dispositif.

(Ordonnance n°2019-861 du 21 août 2019, article 7)

 

Les avocats du cabinet BOURBON BUSSET BOISANGER se tiennent à votre disposition pour vous conseiller en droit social et veiller à la sauvegarde de vos droits.  

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail